Faisan de Salvadori

Lophura inornata - Salvadori's Pheasant

Systématique
  • Ordre
    :

    Galliformes

  • Famille
    :

    Phasianidés

  • Genre
    :

    Lophura

  • Espèce
    :

    inornata

Descripteur

Salvadori, 1879

Biométrie
  • Taille
    : 55 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Le Faisan de Salvadori (Lophura inornata) ne possède pas de crête. Il a une queue assez courte, arrondie et légèrement échelonnée, composée de 14 rectrices. Le bec est pâle, de couleur blanc verdâtre. Les iris sont rouge-orange, plus bruns chez la femelle. La peau nue orbitale est vert jaunâtre ou vert grisâtre, avec une petite tache jaune en arrière de l'œil. Les caroncules faciales sont rouge écarlate. Les pattes présentent une teinte gris verdâtre et sont pourvues d'éperons chez le mâle. Les sexes sont différents. Chez le mâle adulte, le plumage est presque entièrement bleu-noir. La plupart des plumes du corps et du cou sont noires avec une large frange bleu-acier. Le ventre, la zone anale, les plumes des ailes et la queue sont noir terne. La femelle adulte est presque totalement châtain rougeâtre. Chaque plume est finement saupoudrée de noir avec un trait clair et une strie chamois. La gorge est brun plus pâle. La queue est brun noirâtre. On sait peu de choses sur les juvéniles. Ils ressemblent aux femelles mais leurs plumes sont liserées de chamois clair, ce qui donne à leur livrée un aspect écaillé et strié.
Le Faisan d'Atjeh ou de Sumatra (Lophura hoogerwerfi) appartient très probablement à la même espèce. On ne possède pas de description officielle du mâle mais certaines photos prises sur le terrain suggèrent qu'il ressemble étroitement à la race nominale inornata et qu'il ne présente aucune différence morphologique marquante avec elle. Par contre, la femelle diffère significativement par son plumage brun plus sombre et plus uni. Elle n'a pas les mouchetures et les stries qui caractérisent sa proche parente. L'ensemble est finement vermiculé de noir, plus grossièrement sur les couvertures alaires. La gorge est blanchâtre. La couleur rousse n'apparaît que sur le bas du dos, le croupion et les flancs.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Salvadori's Pheasant,
  • Faisán Sencillo,
  • Faisão-simplório,
  • Salvadorifasan,
  • Salvadori-fácán,
  • Salvadori's Fazant,
  • Fagiano di Salvadori,
  • Salvadorifasan,
  • Sumatrafasan,
  • bažant tmavý,
  • bažant černý,
  • Salvadorifasan,
  • sumatranfasaani,
  • faisà de Salvadori,
  • kiściec czarny,
  • Суматранская лофура,
  • Sempidan sumatera,
  • クロウチワキジ,
  • 黑尾鹇,
  • 黑尾鷴,

Habitat

Cette espèce fréquente normalement les forêts pluviales primaires pourvues d'un sous-bois dense, entre 600 et 2 000 mètres d'altitude. Il n'y a pas de différences marquantes entre les deux sous-espèces. D'après des observations récentes, toutes deux semblent capables de s'adapter à des types de forêts dégradées par les activités humaines. Les Faisans de Salvadori sont plutôt des oiseaux des régions montagneuses mais ils peuvent descendre occasionnellement à des altitudes modestes.

Comportement traits de caractère

Les Faisans de Salvadori vivent en couples ou en petits groupes. Ce sont des oiseaux très farouches qui gardent le couvert de la forêt dense et qui s'enfuient rapidement à travers le sous-bois à la moindre alerte. Les femelles sont encore plus craintives et plus méfiantes que les mâles. Les Faisans de Salvadori semblent être monogames. Pendant la période nuptiale, dès l'aube, le mâle commence à émettre une série de gloussements. L'anneau orbital et la petite tache jaune vif qu'il a derrière l'œil deviennent très marqués. Il entame alors une parade au cours de laquelle il exhibe ses caroncules écarlates et se met à battre frénétiquement des ailes. Il se hisse sur la pointe des pattes et suit gentiment la femelle dans tous ses déplacements.

Alimentation mode et régime

Le Faisan de Salvadori a un régime principalement végétarien. Des contenus d'estomac ont révélé la présence d'amandes et de différents fruits à coque. Dans les parcs nationaux, il profite de la présence des humains et consomme les miettes éparpillées et les restes abandonnés par les visiteurs et les randonneurs.

Reproduction nidification

On connaît très peu de choses sur les mœurs reproductives de ce faisan. On n'a jamais découvert aucun nid concernant l'espèce nominale. Un nid de la race hogerwerfi a été découvert au mois de février 1979 à 1 800 mètres d'altitude. En captivité, les femelles de la race type pondent 2 œufs brun-chocolat qu'elles couvent pendant une période de 22 jours.

Distribution

Le Faisan de Salvadori est endémique de Sumatra. La race nominale inornata vit dans la région montagneuse de Pigunungan Barisan, au sud-ouest de l'île. La sous-espèce hogerwerfi est confinée au Parc National Leuser dans le nord.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce est considérée comme vulnérable. Ses effectifs sont estimés entre 2 500 et 10 000 individus. Cette imprécision est due à l'absence de véritables rapports sur sa situation et sa répartition rendus difficiles en raison de sa nature très secrète. Les Faisans de Salvadori souffrent principalement de deux plaies récurrentes : la déforestation intempestive et l'importante pression humaine qui dégrade continuellement leur habitat, même dans les parcs nationaux où l'espèce est sensée être protégée. Le défrichage illégal et la culture sur brulis, surtout dans la zone la plus basse où vivent les faisans, constituent une menace sérieuse pour l'espèce. Plus récemment, l'espèce a subi un nouveau déclin en raison de la pratique accrue de la chasse dans un but alimentaire mais non lucratif.
En réponse à ces menaces, Sumatra s'est dotée de plusieurs vastes parcs nationaux qui constituent, en principe, un refuge assuré pour les deux races du Faisan de Salvadori.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/07/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net