Fulmar boréal

Fulmarus glacialis - Northern Fulmar

Systématique
  • Ordre
    :

    Procellariiformes

  • Famille
    :

    Procellariidés

  • Genre
    :

    Fulmarus

  • Espèce
    :

    glacialis

Descripteur

(Linnaeus, 1761)

Biométrie
  • Taille
    : 50 cm
  • Envergure
    : 102 à 112 cm.
  • Poids
    : 700 à 900 g
Longévité

34 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Oiseau pélagique fascinant. Sa parure ne paye pas de mine : la tête et le dessous sont blanc pur, l'œil est entouré d'un petit masque noir, les couvertures alaires et le croupion sont gris, les rémiges primaires et secondaires sont sombres et l'extrémité de la queue est blanche. Il existe 2 formes : la forme "bleue" se distingue au corps entièrement gris ; on la trouve près de l'Arctique. La forme claire a été décrite ci-dessus. Le bec crochu jaune et gris du fulmar est très particulier : les narines forment des tubes. L'envergure et le vol souple frappent l'observateur en premier lieu. Le fulmar boréal (précédemment appelé pétrel fulmar) est le seul représentant de la famille de procellariidés a avoir un plumage clair et une vie diurne.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Fulmarus glacialis glacialis (widespread)
  • Fulmarus glacialis auduboni (se Canada, s Greenland, Iceland, Scandinavia)
  • Fulmarus glacialis rodgersii (e Siberia, Alaska)

Noms étrangers

  • Northern Fulmar,
  • Fulmar Boreal,
  • Pombalete,
  • Eissturmvogel,
  • északi sirályhojsza,
  • Глупыш,
  • 暴风鹱,
  • Noordse Stormvogel,
  • Fulmaro boreale,
  • Stormfågel,
  • Havhest,
  • fulmar (zwyczajny),
  • fulmar ľadový,
  • buřňák lední,
  • Mallemuk,
  • myrskylintu,
  • ,
  • フルマカモメ,

Voix chant et cris

Les émissions sonores du fulmar boréal sont sommaires. En effet, elles se résument à des "caquètements" assez graves que l'on peut entendre durant la parade nuptiale.

Habitat

En dehors de la période de reproduction, le fulmar boréal évolue uniquement en haute mer sans guère se poser. Il se rend à terre par obligation pour la reproduction. Les colonies de ce procellariidé sont hébergées dans les falaises maritimes (côtières ou insulaires) comme en Bretagne ou en Normandie. La France constitue la limite sud de l'aire de répartition de ce pélagique septentrional. Son aire de distribution couvre une vaste partie de l'hémisphère nord jusqu'au Groenland et au Spitzberg. Première nidification en France: en 1960 aux Sept-Îles.

Comportement traits de caractère

L'une des particularités biologiques du fulmar est d'avoir une glande de dessalage de l'eau de mer lui permettant ainsi de boire. Le sel est rejeté au niveau des narines à la morphologie si particulière. Il est commun dans l'Atlantique Nord. Il suit les chalutiers en quête de nourriture. Il prélève sa pitance à la surface de l'eau. Longévité exceptionnelle.
Le vol : Le fulmar est une merveille de la nature d'adaptation au milieu aérien. Les ailes sont configurées de telle façon qu'elles font de lui un voilier supportant les pires conditions météorologiques. Les ailes sont longues et étroites ; ainsi l'oiseau dispose d'une souplesse et d'une force appréciables dans ses mouvements. C'est un grand adepte du vol plané. Il vole au ras des vagues.

Alimentation mode et régime

Cette espèce pélagique consomme des poissons, du plancton, des céphalopodes (calmars, seiches...), des crustacés, des déchets de poissons.

Reproduction nidification

Les fulmars boréaux nichent en colonies sur les corniches et dans les anfractuosités des falaises côtières. L'unique œuf de l'unique ponte (caractéristique constante chez les procellariidés) est déposé par la femelle à même la roche. L'incubation est conduite alternativement par les 2 partenaires pendant 52 à 53 jours. Les poussins sont de "grosses boules" de duvet blanc. Ils sont nourris à partir d'un liquide huileux nourrissant secrété par les parents. Les jeunes prennent leur envol au bout d'environ 7 semaines. La première nidification intervient tardivement : au bout 9 ans en moyenne. La reproduction est la seule phase biologique terrestre du procellariidé.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Nicheur rare en France (liste rouge). Pas de menaces particulières sur l'espèce mais effectif français faible. Population estimée entre 1 100 et 1 400 couples. En expansion vers le sud de l'Europe : statut non-défavorable.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/01/2004 par Alexandre Knochel © 1996-2017 Oiseaux.net