Ganga de Lichtenstein

Pterocles lichtensteinii - Lichtenstein's Sandgrouse

Systématique
  • Ordre
    :

    Pterocliformes

  • Famille
    :

    Pteroclidés

  • Genre
    :

    Pterocles

  • Espèce
    :

    lichtensteinii

Descripteur

Temminck, 1825

Biométrie
  • Taille
    : 26 cm
  • Envergure
    : 48 à 52 cm.
  • Poids
    : 175 à 250 g
Distribution

Distribution

Description identification

La tête et le corps sont similaires en taille à celle d'un petit pigeon, avec une queue assez courte et échelonnée de 14 à 16 rectrices. C'est le plus petit des gangas et celui qui possède la queue la plus courte. L'iris est brun avec un anneau orbital jaune (plus pâle ou plus gris chez la femelle). Le bec est rouge brunâtre, les tarses chamois clair à blanc. Les sexes diffèrent mais moins fortement que chez la plupart de ses autres congénères. Le mâle adulte présente une tête, un cou et des parties inférieures blanchâtres, l'ensemble étant fortement barré de noir excepté le capuchon, les joues et la partie basse de la gorge qui sont striés et pointillés. Le sourcil blanc et les deux bandes noires et blanches situées sur le front constituent les caractères les plus remarquables de la tête. Le dos, le croupion et les couvertures alaires jaune-chamois sont également fortement barrés de noir, avec des barres chamois doré clair sur l'aile pliée. Des taches analogues sont visibles sur les scapulaires, les tertiaires et les couvertures sus-caudales les plus longues. La large bande pectorale chamois-jaune est traversée en son centre et bordée en dessous par une ligne noire. En vol, la partie extérieure de l'aile semble nettement plus sombre, excepté les primaires qui ont des liserés clairs et le dessous de l'aile qui est gris chamois pâle.
La femelle adulte présente un plumage et des motifs légèrement plus ternes que le mâle. Le front et la face sont jaune-chamois, le capuchon et le cou plus fortement tachés. La bande pectorale est absente ou réduite à une fine ligne jaune-chamois. Les juvéniles ressemblent beaucoup aux femelles mais ils sont plus densément barrés dessus et dessous et leurs rémiges sont grises. Les individus de premier hiver des deux sexes ont quasiment la même apparence que leurs adultes respectifs. Toutefois, il est possible que le mâle ne possède pas les deux bandes frontales noires et blanches et que sa bande pectorale soit moins visible.
Il existe cinq variations géographiques : Pteroclides.L. Targius (Sahara et Sahel du Maroc jusqu'au Tchad). P.L. Lichtensteinii, race type (d'Israel jusqu'au nord de l'Ethiopie et de la Somalie) P.L. Sukensis (sud-est du Soudan, sud de l'Ethiopie et sud-ouest de la Somalie jusqu'au centre du Kenya). P.L. Ingramsi (est du Yemen) P.L. Arabicus (sud de l'Arabie en direction de l'est jusqu'en Iran et au Pakistan).

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Pterocles lichtensteinii targius (Morocco and Mauritania to Chad)
  • Pterocles lichtensteinii lichtensteinii (ne Chad, n Sudan to Eritrea and n Somalia, e and ne Egypt to Jordan)
  • Pterocles lichtensteinii sukensis (se Sudan, s Ethiopia to c Kenya)
  • Pterocles lichtensteinii arabicus (s Arabian Pen. through s Iran and Afghanistan to Pakistan)
  • Pterocles lichtensteinii ingramsi (Hadhramaut. s Yemen.)

Noms étrangers

  • Lichtenstein's Sandgrouse,
  • Ganga de Lichtenstein,
  • Cortiçol-pedrês,
  • Wellenflughuhn,
  • csíkos pusztaityúk,
  • Lichtensteins Zandhoen,
  • Grandule di Lichtenstein,
  • Strimmig flyghöna,
  • Stripesandhøne,
  • stepiar vlnkovaný,
  • stepokur pruhovaný,
  • Lichtensteins Sandhøne,
  • pitsihietakyyhky,
  • ganga de Lichtenstein,
  • Gáruspjátra,
  • stepówka prążkowana,
  • viļņotā smilšvistiņa,
  • grahasta stepska kokoška,
  • Рябок Лихтенштейна,
  • クロビタイサケイ,
  • 里氏沙鸡,
  • 橫斑沙雞,

Voix chant et cris

En vol, le ganga de Lichtenstein émet des cris répétés 'ouit-ouit-ouit' ou 'couitou', qui sont moins grinçants et plus bas que ceux de la plupart des autres gangas. Par contre, ils produisent le même bavardage musical lorsqu'ils visitent les points d'eau. Quand ils s'envolent précipitamment, on entend un 'krerwerwerwer' guttural. Leur cri d'alarme est un 'krre-krre-krre-krre'. Pendant la journée, ils sont assez silencieux.

Habitat

Cet oiseau est extrêmement bien adapté aux habitats désertiques extrêmes, bien qu'il soit généralement absent des zones arides ouvertes qui manquent de végétation et de parcelles cultivées. Il fréquente en partie les régions pierreuses et sableuses sur lesquelles se développent des broussailles épineuses. On le trouve également au bord des cours d'eau temporaires pourvus de buissons, sur le versant des collines caillouteuses et dans les zones dégagées. En Afrique Orientale, il peut grimper jusqu'à 1800 mètres d'altitude. Le ganga de Lichtenstein est endémique d'Afrique et du Moyen-Orient et son aire est très morcelée. En Afrique, son territoire longe principalement la bordure sud du Sahara, du Maroc et de l'ouest de la Mauritanie jusqu'au sud-est de l'Egypte, la Somalie et les îles Socotra en passant par le Mali et le nord-est du Soudan. Il se poursuit en direction du sud vers le sud-est du Soudan, le Kenya et l'Ouganda. En Asie, sa présence est confirmée de l'est du Sinaï et du sud d'Israël jusqu'en Arabie Saoudite, dans le sud de l'Iran et de l'Afghanistan, au Pakistan Occidental. Elle est douteuse dans la province du nord-ouest en Inde. Le ganga de Lichtenstein est erratique au Sénégal.

Comportement traits de caractère

Les gangas de Lichtenstein sont grégaires, mais ils sont rarement aperçus en larges groupes, bien qu'occasionnellement des bandes contenant jusqu'à 300 individus soient repérées à Oman. Ce sont normalement des oiseaux sédentaires mais quelques mouvements nomadiques sont parfois signalés dans certaines régions. Ils sont surtout nocturnes, se désaltérant juste après le crépuscule ou un peu avant l'aube et parcourant de longues distances à basse altitude pour parvenir aux points d'eau. Les gangas fréquentent régulièrement les mêmes sources et les rassemblements sont nombreux aux heures d'abreuvage. En Israël, d'octobre à février, les nombres sont moins élevés, sans doute en raison des besoins en eau qui sont moins importants pendant cette période. Les gangas de Lichtenstein restent à l'ombre pendant la majeure partie de la journée, encore qu'il ne soit pas rare de rencontrer des bandes recherchant leur nourriture durant cette période.

Alimentation mode et régime

Les gangas de Lichtenstein consomment habituellement des graines, appréciant particulièrement celles de l'arbre à gomme (acacia sayal) et quand elles sont disponibles celles des asphodèles, des arbres du genre prosopis ainsi que les fleurs et les feuilles des herbes buissonneuses du genre mesembryanthemum. Ils capturent également des insectes, principalement des coléoptères, des fourmis, des fourmilions et leurs larves.

Reproduction nidification

On en connaît peu de choses. Le nid est creusé dans le sol, souvent au milieu d'arbres épars ou dans des rochers, en terrain découvert ou sous de petits arbustes. Les gangas de Lichtenstein semblent préférer les flancs de collines plutôt que les terrains plats, parfois à très grande proximité des habitations. Occasionnellement, ils peuvent nicher en association avec d'autres couples . Contrairement aux autres gangas, ils ne s'enfuient pas en marchant. Ils choisissent de s'envoler si on s'approche trop près du nid. La ponte est constituée de 2 ou 3 oeufs de forme elliptique et de couleur rosâtre à chamois avec des marques chamois-brun ou gris-violet. L'incubation est assurée par les deux parents, le mâle couvant surtout la nuit. Le mâle est également chargé d'hydrater la couvée et d'apporter les soins aux jeunes. Ces derniers sont précoces et nidifuges, mais on ne connaît pas exactement la durée d'incubation et de séjour au nid. La période de nidification se déroule de février à septembre, avec une pointe de mai à juillet (jusqu'à septembre au Kenya). Au Kenya, la prédation sur les nids est très forte et les couvées sont souvent décimées.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/02/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net