Garrot albéole

Bucephala albeola - Bufflehead

Systématique
  • Ordre
    :

    Ansériformes

  • Famille
    :

    Anatidés

  • Genre
    :

    Bucephala

  • Espèce
    :

    albeola

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 40 cm
  • Envergure
    : 55 cm.
  • Poids
    : 340 à 450 g
Longévité

14 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Le garrot albéole est un petit canard plongeur du Canada au plumage contrasté et à la silhouette trapue. Le mâle adulte possède un manteau noir, une poitrine blanche et des pattes d'un rose vif. Il arbore une tache blanche en forme de triangle à l'arrière de la tête et chaque aile est couverte par une large bande transversale blanche. La femelle et les juvéniles de moins d'un an ont une teinte plus terne. Les zones sombres sont gris noirâtre ou brunâtres au lieu d'être franchement noires alors que les zones blanches ont moins d'éclat et ont une superficie plus restreinte que chez le mâle adulte. A l'image de ses cousins le garrot à l'oeil d'or et le bec-scie couronné, le petit garrot n'acquiert son plumage définitif qu'au cours du deuxième hiver.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Bufflehead,
  • Porrón Albeola,
  • Olho-dourado-de-touca,
  • Büffelkopfente,
  • fehérfejű kerceréce,
  • Buffelkopeend,
  • Quattrocchi minore,
  • Buffelhuvud,
  • Bøffeland,
  • hlaholka malá,
  • hohol bělavý,
  • Bøffeland,
  • pikkutelkkä,
  • morell capblanc,
  • Hjálmönd,
  • gągołek,
  • mazā nira,
  • mali zvonec,
  • Гоголь-головастик,
  • ヒメハジロ,
  • 白枕鹊鸭,
  • 巨頭鵲鴨,

Voix chant et cris

Le garrot albéole n'est pas très bruyant, excepté pendant la saison de reproduction. Le mâle émet des bruits perçants ou des bavardages, souvent en groupes.

Habitat

En hiver, il fréquente les eaux peu profondes et abritées des anses et des estuaires ainsi que les lagunes côtières au fond vaseux ou graveleux. Il aime se nourrir à proximité de quais et de jetées à claire-voie montées sur de grands pieux. Quelque soit la saison, il fuit en général les côtes dégagées. Pendant la saison de reproduction, il choisit les étangs de taille modeste situés au coeur de zones forestières. Contrairement aux espèces qui lui sont proches, il niche rarement à proximité des rivières ou des vastes pièces d'eau, sans doute parce que ces eaux abritent le grand brochet, prédateur qui s'attaque volontiers aux nichées de canetons.

Comportement traits de caractère

Souvent, le mâle tente de chasser un rival qui veut courtiser sa femelle. Il fonce vers lui à la surface de l'eau ou bien il plonge pour ressortir directement sous l'intrus, dans une énorme gerbe qui se voit de très loin et qui lui est caractéristique. Ce comportement permet de reconnaître indiscutablement le petit garrot, même quand la distance empêche de le distinguer nettement. Les petits garrots émigrent vers le sud, tard en automne, à la fin d'octobre et au début de novembre. Certains franchissent les montagnes en haute altitude et se dirigent vers les réservoirs disséminés en Arizona, au Nouveau-Mexique ou en Californie. Mais la plupart survolent les prairies et mettent le cap vers l'est et les côtes de l'Atlantique. La distance jusqu'à ces régions est d'environ 800 km, soit l'équivalent d'une nuit de vol pour des canards voyageant à une vitesse moyenne de 55 à 65 km/h.
Le vol : Le garrot albéole vole vite. Il décolle de la surface de l'eau sans effort, en courant sur l'eau. Il vole bas sur l'eau et plus haut au-dessus du sol.

Alimentation mode et régime

Le petit garrot appartient à la catégorie des canards plongeurs. Il utilise toujours cette technique, même en cas d'existence de bas-fonds. Il tire l'intégralité de sa subsistance du milieu aquatique et ses plongées sont plus ou moins longues en fonction de la profondeur des pièces d'eau. En eau douce, ce garrot se nourrit principalement d'arthropodes, en particulier de larves d'insectes. En eau salée, son régime est constitué de petits crustacés tels que les crevettes, les crabes et les amphipodes. En automne, il consomme énormément de graines et de plantes aquatiques. A cette époque précise, il emmagasine jusqu'à 115 g de réserves de graisse - soit plus du quart de son poids - en prévision de la migration. En hiver, il mange des petits escargots de mer et des myes, petits mollusques bivalves, qu'il extrait du sable des plages ou de l'argile des côtes.

Reproduction nidification

La parade nuptiale qui bat son plein pendant la saison hivernale, atteint son paroxysme et trouve sa conclusion au début du printemps car la plupart des couples qui parviennent sur les lieux de nidification sont déjà appariés. Comme chez la plupart des canards plongeurs, les mâles forment le gros des troupes si bien qu'un grand nombre d'entre eux se retrouve sans partenaire. Au cours de la parade, le mâle multiplie les mouvements vifs et saccadés consistant la plupart du temps en des hochements de tête. Cependant, la phase la plus spectaculaire intervient, lorsque le mâle, tête et queue baissées, survole rapidement la femelle en battant des ailes et atterrit en glissant comme s'il se livrait à une séance de ski nautique pour mieux exhiber ses pattes et son plumage.

Dans la plupart des régions, la nidification commence peu de temps après l'arrivée des couples. La femelle dépose sa ponte dans une cavité d'arbre, en priorité dans un nid de pic abandonné. Les espèces apparentées, comme les garrots à oeil d'or et les becs-scies, nichent elles aussi dans les arbres, toutefois le petit garrot est le seul de cette espèce à utiliser les nids de pics, les autres canards ayant besoin de cavités plus grandes. La couvée compte généralement entre 7 et 11 oeufs mais peut être aussi réduite que 5 et aussi importante que 14. Il peut arriver que plus d'une femelle ponde dans le même nid, ce qui peut porter le total à une quinzaine et même à une vingtaine d'oeufs. Ce cas n'est pas si fréquent et intervient plutôt chez des canards de plus grande taille qui éprouvent davantage de difficultés à trouver un emplacement pour nicher. L'incubation dure environ une trentaine de jours et l'éclosion se produit habituellement entre la moitié et la fin du mois de juin. Les poussins gardent le nid entre 24 et 36 heures, puis leur mère les mène à la mare la plus proche.

La femelle s'occupe des poussins pendant environ un mois jusqu'au moment où elle doit quitter la couvée pour muer. Pendant cette période, les petits ont constamment besoin d'être couvés, car le moindre temps froid et humide peut occasionner des pertes considérables chez les jeunes de moins de deux semaines. D'autres sont victimes des brochets et des prédateurs de telle sorte que seule la moitié des petits survit assez longtemps pour prendre son envol qui intervient au bout de 7 à 8 semaines. En septembre, les garrots albéoles, quelque soit leur âge, renouvellent leur plumage et accumulent des réserves de graisse en prévision de la migration d'automne.

Distribution

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le garrot albéole est l'un des canards les plus rares d'Amérique du Nord. Le défrichage et le débroussaillage des forêts détruisent une bonne partie de l'habitat de l'espèce, et celui qui est le mieux adapté à ce petit canard.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 05/03/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net