Geai à gorge blanche

Aphelocoma coerulescens - Florida Scrub Jay

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Corvidés

  • Genre
    :

    Aphelocoma

  • Espèce
    :

    coerulescens

Descripteur

Bosc, 1795

Biométrie
  • Taille
    : 26 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 75 à 85 g
Longévité

15 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Ce geai de taille moyenne, sans crête et avec une queue assez allongée, possède un bec trapu terminé par un crochet. Il a une tête bleu violacé avec un front blanc de givre qui se mélange avec le blanc de la région sourcilière. La gorge blanche est striée de bleu. Les parties supérieures sont gris-brun clair, contrastant avec le croupion, les sus-caudales et les rectrices qui forment un ensemble bleu terne. Les couvertures alaires sont bleu mat, les primaires ont une bordure gris sombre sans éclat. On peut apercevoir un collier bleu qui sépare la gorge blanchâtre du ventre et de la poitrine grisâtres. Les flancs sont légèrement striés de brun, les couvertures sous-caudales sont bleues. Les iris sont bruns, le bec et les pattes affichent une couleur noire.
Les geais à george blanche se distinguent des autres geais du genre Aphelocaoma par le fait que le blanc du front se fond dans le blanc du sourcil et par la plus grande pâleur du dos. Les sexes sont similaires. Toutefois la femelle est un peu plus petite et son plumage est plus clair. Les juvéniles se distinguent de leurs parents par leur tête brun foncé, leurs ailes et leur queue bleu plus terne, leurs scapulaires, leurs couvertures moyennes et leurs sus-caudales brunes. Ils ont initialement un bec brunâtre, une bouche jaune et des pattes brun noirâtre. Les immatures sont plus facilement différenciables des adultes grâce aux pointes brunes de leurs couvertures primaires.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Florida Scrub Jay,
  • Chara floridana,
  • Gaio-dos-matos-da-flórida,
  • Buschhäher,
  • floridai bozótszajkó,
  • Struikgaai,
  • Ghiandaia della Florida,
  • Floridaskrika,
  • Floridaskrike,
  • kapuciarka modrohlavá,
  • sojka křovinná,
  • Floridakratskade,
  • floridanpensasnärhi,
  • gaig de bardissa de Florida,
  • modrowronka zaroślowa,
  • Floridas sīlis,
  • Голубая кустарниковая сойка,
  • アメリカカケス,
  • 丛鸦,
  • 灌叢鴉,

Voix chant et cris

Les geais à gorge blanche ont un vaste répertoire constitué de cris dont la hauteur est très différente. Pour la défense du territoire, ils émettent des séries de "weep" puissants dont la longueur et la cadence sont souvent très variables. Un "kweep" simple est délivré pour prévenir le groupe de la présence d'un prédateur près d'un nid où il y a des petits. Plusieurs séries de "kweep" avertissent en cas de prédateurs aériens. De nombreux grondements de réprimande peuvent être entendus pendant le défense du nid, des "chiop" doux peuvent marquer l'anxiété pendant cette période. Les oiseaux calmes et détendus expriment leur bien-être par une combinaison de sifflements, de pépiements et de notes gutturales qui sont intégrés dans un chant dont la tonalité est gazouillante. Les oiseaux qui échangent des matériaux pour la construction du nid délivrent des "kuk" bas et râpeux. Les femelles nicheuses émettent des "wah" quand elles réclament. Certaines femelles produisent des séries de hoquets mécaniques quand elles sont agitées.

Habitat

Les geais à gorge blanche fréquentent les parcelles isolées et les broussailles de chênes qui sont situées sur les dunes sableuses. Ils évitent les forêts de pins et ils s'installent volontiers dans les lotissements en développement qui prennent la place des chênaies. Ces oiseaux ont un habitat unique dépendant des incendies et composé de petits chênes à feuilles permanentes (quercus), d'arbustes feuillus du genre Lyonia et de buisson de romarins (ceratiola ericoides). Ils aiment aussi les zones de végétation éparses recouvertes de palmiers nains (serenoa repens). Les sols nus et sableux sont très importants pour la recherche et l'enfouissement de nourriture. Les geais à gorge blanche préfèrent généralement les habitats arides, ils résident cependant dans des régions où les précipitations sont plus importantes que dans celles qui sont habituellement habitées par les autres geais du genre Aphelocoma.

Comportement traits de caractère

Les geais à gorge blanche se concentrent sur la collecte des glands entre le mois d'août et le mois de décembre. Ils cachent ou ils enfouissent de 6 500 à 8 000 glands sur leur territoire chaque automne. La récupération et la consommation des réserves s'effectuent principalement à la fin de l'hiver ou au début du printemps lorsque les ressources en arthropodes viennent à manquer. Ces oiseaux inspectent régulièrement les caches et les déplacent. Les geais à gorge blanche constituent également des réserves avec des restes d'animaux et d'œufs d'oiseaux, mais celles-ci sont cachées au-dessus du sol, à l'intérieur de buissons et elles sont consommées dans un délai assez bref.
Ces corvidés recherchent leur nourriture dans les parties sèches de leur territoire, c'est à dire les chênes de petite taille, les bords herbeux des routes et les zones de palmiers nains. Ils chassent aussi aux abords des réservoirs temporaires afin d'y trouver des lézards et des amphibiens, surtout en hiver. Ils prospèctent dans les broussailles et rampent sous la végétation pour essayer de débusquer des insectes ou des petits vertébrés. Parfois, les geais poursuivent leurs proies dans les airs à la manière des gobemouches. Ils frappent les buissons avec leurs ailes et avec leurs pieds pour faire fuir leurs proies. Il leur arrive d'être très opportunistes et de chasser en groupe pour attraper des serpents de moyenne taille.
Les geais à gorge blanche sont majoritairement sédentaires. Les mouvements de dispersion après la période de reproduction excèdent rarement quelques dizaines de kilomètres, que ce soit dans les zones de végétation dense ou dans les zones d'habitat fragmenté.

Alimentation mode et régime

Les geais à gorge blanche sont omnivores. Ils consomment une grande variété de matières végétales telles que les baies, les glands et les graines de pins. Dans la catégorie des arthropodes, ils ingurgitent des sauterelles et des criquets (othoptères), des guêpes et des abeilles (hyménoptères), des tiques, des larves de lépidoptères et des araignées. Les petits vertébrés comme les serpents, les lézards, en particulier les anoles verts, les grenouilles arboricoles, les oisillons et les œufs des autres oiseaux, y compris ceux de leurs congénères, font également partie du menu. Ils mangent aussi des souris, des charognes et des restes de repas qu'ils trouvent dans les mangeoires artificielles.

Reproduction nidification

La construction des nids se déroule de février à la fin avril (principalement en mars). La ponte a lieu de la fin mars à mai, toutefois un peu plus précocément dans les sites urbains. Il n'y a généralement qu'une couvée par an, même si à la périphérie des villes, 30 à 40% des couples tentent une seconde nichée peu de temps après l'envol de la première. Ces secondes couvées ne sont habituellement pas très productives.
Les geais à gorge blanche établissent de longs liens conjugaux et ils sont territoriaux. Dans les contrées sauvages, les territoires mesurent en moyenne 8 à 9 hectares, mais dans les banlieues de villes où ces oiseaux bénéficient des déchets et des détritus laissés par les humains, ils sont relativement plus réduits et ne dépassent pas en général les 5 hectares.
Les geais à gorge blanche nichent en couples isolés ou en mode coopératif, avec parfois jusqu'à six assistants qui sont souvent des jeunes des couvées précédentes. Le taux d'assistanat est très variable selon les régions, 27 à 80% des couples recevant l'aide de jeunes oiseaux pour les différentes tâches de la nidification. Dans les habitats qui ont un rendement optimal, 1 couple sur 2 (52%) est aidé par au moins un assistant qui se charge de défendre le territoire, de prévénir par ses appels de la présence de prédateurs et de nourrir les petits. La présence d'assistants augmente considérablement la productivité des nids, diminue le pourcentage de mortalité des jeunes et permet un meilleur aménagement du territoire pendant la période de reproduction.
Le nid est une plate-forme volumineuse construite avec de grossières brindilles de chêne, il mesure 18 à 20 centimètres de diamètre extérieur, mais la coupe intérieure ne mesure en général que 8 à 9 cm de largeur. Il est installé sur la branche principale d'un petit chêne, à environ 1 mètre au-dessus du sol. Il est habituellement bien dissimulé dans le feuillage ombragé de cet arbuste. Dans les villes et dans les plantations de citronniers, l'édifice est généralement placé à une plus grande hauteur dans des arbres de plus grande taille. La ponte comprend entre 1 et 4 œufs, sauf dans les sites urbains où le nombre d'œufs est nettement plus élevé. La femelle couve seule pendant 16 à 21 jours, elle est ravitaillée au nid par son partenaire. Les oisillons sont couverts et abrités par la femelle pendant les 12 à 25 jours (moyenne 18) que dure le séjour au nid. Ceux-ci sont nourris par les deux parents et par l'ensemble des assistants. Après l'envol, les jeunes continuent à bénéficier des soins de l'équipe jusqu'à ce qu'ils aient atteint l'âge de 85 jours. Plus ils avancent dans l'âge plus les couples deviennent expérimentés et plus le taux de réussite des couvées est important. Les geais à gorge blanche se reproduisent en moyenne un peu plus de 7 années. Les couples qui vivent en ville se reproduisent plus précocément et mènent à terme de plus grandes couvées car ils ont un plus grand éventail de ressources et de plus, celles-ci sont quasiment constantes. Par contre, les nichées perdues sont plus importantes du fait de la présence fréquente de prédateurs. Les nichées précoces ont un rendement inférieur aux nichées normales du fait de l'accès limité à certaines ressources naturelles comme les arthropodes à la fin de l'hiver et au début du printemps.

Distribution

Les geais à gorge blanche sont endémiques du sud-est des Etats-Unis d'Amérique. Comme leur nom anglais l'indique bien, ils résident exclusivement dans la péninsule de la Floride

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les geais à gorge blanche sont localement communs, mais leur habitat est restreint aux zones d'arbustes et de broussailles en Floride. Ces oiseaux ont un aire de distribution fragmentée et une population réduite qui décline à une assez grande vitesse. Les effectifs globaux sont estimés environ à 8 000 individus. A ce déclin, on peut trouver deux raisons principales : l'habitat naturel des chênaies est remplacé progressivement par des lotissements et des plantations d'agrumes. Le cycle normal des incendies (dont la fréquence normale est de 3 à 15 ans) a été modifié, si bien qu'on assiste à une prolifération des broussailles et un acroissement des pinèdes, ce qui rend l'habitat impropre à cette espèce. La diminution des buissons et des arbustes le long des routes diminue la surface et la qualité des territoires. Résultat de toutes ces dégradations, les geais qui vivent le long de la côte de l'Atlantique ont vu leurs effectifs décroître de 4% par an dans la décennie qui va de 1992 à 2002. L'espèce est classée comme VULNERABLE.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Geai à gorge blancheFiche créée le 24/10/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net