Geai enfumé

Psilorhinus morio - Brown Jay

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Corvidés

  • Genre
    :

    Psilorhinus

  • Espèce
    :

    morio

Descripteur

Wagler, 1829

Biométrie
  • Taille
    : 44 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 173 à 224 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet oiseau brun et massif affiche une silhouette assez différente de celle que présentent habituellement les geais, même si ses larges ailes, sa queue relativement longue et ses cris rauques l'approchent parfois de ces derniers. Le geai enfumé possède un bec moyen et trapu, avec un culmen courbé. La huppe frontale est composée de plumes rigides, mais elle est courte et discrète. Les plumes qui recouvrent les lores sont courtes et ont l'aspect du velours. Un petit sac gonflable orne le milieu de la poitrine. Il n'est visible que lorsque l'oiseau chante. La queue est relativement longue et elle est fortement graduée. Chez la race nominale, la tête est presque entièrement brun noirâtre. Les plumes veloutées de la région lorale contrastent avec celles de la région malaire, les faisant apparaître plus sombres. Les parties inférieures deviennent de plus en plus claires au fur et à mesure que l'on progresse vers le ventre. Le ventre et la partie anale ont une couleur blanc défraîchi. L'ensemble du dessus comprenant également les ailes et la queue présentent une couleur brun terreux, mais plus pâle que la tête. Les ailes et la queue ont des reflets gris caractéristiques en plumage frais. Une petite zone de peau nue occupe l'arrière de l'oeil. L'iris est brun sombre, l'anneau orbital noir. Le bec et les pattes sont noirs.

Les sexes sont identiques. Les juvéniles ont une zone de peau nue jaunâtre en arrière de l'oeil. Peu de temps après l'envol, elle devient verdâtre, mais ce processus de colorisation semble variable selon les individus. De nombreux oiseaux conservent leur tache jaunâtre pendant de nombreuses années. Il existe deux variations géographiques importantes qui ne sont pas traitées en tant que sous-espèces mais en tant que morphes différents. Chez les oiseaux qui appartiennent au "morphe queue uniforme", les parties inférieures sont brun sombre et s'éclaircissent progressivement pour devenir blanc brunâtre sur le ventre. La queue est entièrement brun sombre. On trouve ces oiseaux dans le sud du Texas, le sud-est du Nuevo Léon et du Tamaulipas, l'est de Oaxaca, le nord de Tabasco et le nord-est du Chiapas. Chez les oiseaux appartenant au "morphe queue à pointe blanche", les parties inférieures à partir du bas de la poitrine sont nettement blanches et la pointe de toutes les rectrices excepté celle des rectrices centrales est blanche. On trouve ces oiseaux à partir du centre de Vera Cruz, du centre du Chiapas et du Yucatan en direction de l'est jusqu'à la frontière du Panama.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Psilorhinus morio palliatus (extreme s Texas. s USA. , ne and e Mexico)
  • Psilorhinus morio morio (se Mexico to w Panama)
  • Psilorhinus morio vociferus (n Yucatán Pen.. se Mexico.)

Noms étrangers

  • Brown Jay,
  • Chara papán,
  • Braunhäher,
  • füstös szajkó,
  • Bruine Gaai,
  • Ghiandaia bruna,
  • Brunskrika,
  • Brunskrike,
  • kapuciarka hnedá,
  • sojka hnědá,
  • Brunskade,
  • ruskonärhi,
  • gaig bru,
  • brązowronka,
  • brūnais sīlis,
  • Бурая сойка,
  • チャイロカケス,
  • 褐鸦,
  • 褐鵲,

Voix chant et cris

Geai enfumé
adulte

Son vocabulaire est moins complexe que celui de la plupart des geais néotropicaux. Son cri principal est un "peeeeeah" ou un "eeeeeeeeeurr" aigu et nasal, qui est répété à de nombreuses reprises en variant l'intonation, la hauteur et la vitesse. Noyé parmi les autres sons, on peut entendre un son cliquetant ou hoquetant qui est délivré seul. Ce son est produit grâce à la poche d'air gonflable située sur le devant de sa poitrine.

Habitat

Les geais enfumés fréquentent surtout les zones boisées ouvertes, les forêts qui longent les cours d'eau, les lisières des plantations et les bordures des terres agricoles. Ils préfèrent les forêts modifiées aux forêts vierges. Leur aire de distribution s'échelonne du niveau de la mer jusqu'à 1700 mètres. Au Costa Rica, il peut même atteindre 2500 m. Cette espèce est originaire d'Amérique Centrale, du cours inférieur du rio Grande au Texas jusqu'au nord-ouest du Panama. Au Mexique, au Belize, au Guatemala, Honduras, Nicaragua et Costa Rica, elle fréquente le versant orienté vers le golfe des Caraïbes.

Comportement traits de caractère

Ce geai arboricole aux moeurs très grégaires parcourt les zones boisées ouvertes en petites troupes bruyantes formées de 6 à 10 individus. Ces troupes sont habituellement composées d'un ou deux couples nicheurs auxquels vient s'adjoindre un nombre variable d'immatures. La couleur de la petite pièce de peau nue située en arrière de l'oeil est sensée fournir des renseignements sur l'âge de chaque individu. Les geais enfumés recherchent leur nourriture à tous les niveaux de la végétation. Ils descendent volontiers à terre où ils fouillent dans la litière de feuilles et se déplacent en bondissant. A l'intérieur de la canopée, ces oiseaux glanent des insectes dans les feuillages et inspectent le bois pourri ou l'écorce qui se décolle. Occasionnellement, ils poursuivent les insectes en vol. Les geais enfumés ont un vol lourd et légèrement ondulant composé d'amples battements d'ailes qui alternent avec de longues glissades.

Alimentation mode et régime

Les geais enfumés possèdent un régime très varié composé principalement d'invertébrés. Il comprend des libellules capturées en vol, des petits lézards et des grenouilles, des oeufs et des oisillons d'espèces de petite taille et une grande variété de fruits, de graines et de baies. Les geais enfumés boivent également à petites gorgées le nectar des fleurs de balsa et de bananiers.

Reproduction nidification

Le geai enfumé niche en colonies. Son nid est une structure volumineuse composée de larges brindilles et de plantes grimpantes. L'intérieur est garni avec des racines fibreuses. Occasionnellement, il est adossé au tronc principal d'un arbre, placé dans un fouillis de plantes grimpantes ou dans la couronne d'un bananier, mais la plupart du temps, on le trouve sur une fine branche extérieure, à une hauteur qui varie de 8 à 22 mètres au-dessus du sol. Le nid est construit par les deux parents, parfois aidés par un assistant. La ponte comprend 2 à 7 oeufs (habituellement 3 ou 4). Les pontes les plus importantes sont l'oeuvre de plusieurs femelles qui déposent dans le même nid. Les oeufs sont gris, avec de fines taches brunes. Ils sont surtout couvés par la femelle qui reçoit l'aide épisodique du mâle et parfois d'un aide. Les femelles couveuses et les oisillons sont ravitaillés en nourriture par toute une équipe d'assistants. L'envol des jeunes s'effectue 23 ou 24 jours après l'éclosion. La saison de nidification se déroule de mars à juin, mais elle bat son plein en avril.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/04/2008 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net