Glaréole isabelle

Stiltia isabella - Australian Pratincole

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Glaréolidés

  • Genre
    :

    Stiltia

  • Espèce
    :

    isabella

Descripteur

Vieillot, 1816

Biométrie
  • Taille
    : 24 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 65 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, les parties supérieures sont brun-cannelle clair, avec un croupion blanc, des lores noires, une gorge blanchâtre se fondant dans le rose-cannelle de la poitrine et le châtain foncé du ventre. Les couvertures sous-caudales sont également blanchâtres. La queue, terminée en carré, est blanche avec une large tache centrale noire. Le dessous des ailes a un fond noir avec des primaires et des secondaires gris argenté. Les ailes sont extrêmement longues, fines et pointues avec des primaires noires. Celles qui sont placées le plus à l'extérieur sont très développées et dépassent largement l'extrémité de la queue lorsque la glaréole se tient debout. Les longues pattes gris-brun dépassent largement l'extrémité de la queue lorsque l'oiseau est en vol. La combinaison des longues pattes et des longues ailes avec la courte queue constitue un caractère discriminant essentiel chez la glaréole isabelle.
En non-nuptial, les adultes ont un plumage bien plus terne : les lores noires sont absents et le châtain du ventre est nuancé. Les juvéniles ont un bec rouge terne. Les plumes du manteau sont liserées de chamois et les primaires externes ne sont pas allongées contrairement à celles des individus matures. Les non-nuptiaux de première année ont un dessus plus foncé, leur cou et leur poitrine sont striés de brun.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Australian Pratincole,
  • Canastera Patilarga,
  • Perdiz-do-mar-isabela,
  • Stelzenbrachschwalbe,
  • Izabell-székicsér,
  • Steltvorkstaartplevier,
  • Pernice di mare australiana,
  • Styltvadarsvala,
  • Isabellabrakksvale,
  • prieložníkovec belavý,
  • ouhorlík australský,
  • Australsk Braksvale,
  • sirppipääskykahlaaja,
  • perdiu de mar australiana,
  • żwirowiec australijski,
  • Длинноногая тиркушка,
  • Terik australia,
  • アシナガツバメチドリ,
  • 澳洲燕鸻,
  • 澳洲燕鴴,

Voix chant et cris

Les glaréoles isabelle sont connus pour leur cris pendant les orages d'été. Ces cris sont des sifflements doux et plaintifs qui alternent parfois avec des trilles ou des notes rudes et puissantes. En principe, il n'y a pas de différences entre les cris des mâles et ceux des femelles. Pour l'instant, 4 types de vocalisation ont été identifiés :
-1) un chant de vol, qui est un "weeteet" ou un "quirrieoeet", composé de 3 ou 4 notes rapides, répétées et variant en longueur et en ton. - 2) un cri de contact de loin qui est un "tuwhee" geignard et descendant. Il est utilisé par les 2 partenaires pour communiquer près du nid, il sert aussi aux adultes pour appeler les petits. - 3)des cris de salutation qui sont des "pree" répartis dans une courte phrase "pree-pree-pippip-pip" et utilisés pendant la parade. - 4) le cri d'alarme est formé de notes rudes qui prennent progressivement du volume "WIT-itit", "Weetle-itit" et "wee-WIT-ititit".

Habitat

Les glaréoles isabelle fréquentent plutôt les sols nus. Dans le Queensland, elles marquent une préférence pour les terres noires qui ont une végétation très éparpillée. Ailleurs, on peut les rencontrer sur les crêtes de sol rouge qui sont recouvertes de broussailles, dans les plaines de gravier, les terriers, les espaces ouverts pourvus de galets calcaires et de broussailles basses. Elles ne dédaignent pas les petits aérodromes, les rives des lacs, des lagunes et des rivières. Elles s'éloignent rarement de points d'eau. En dehors de la saison de nidification on peut aussi les rencontrer dans les champs de riz récoltés et dans les jachères. En Papouasie- Nouvelle-Guinée, ces oiseaux vivent du niveau de la mer jusqu'à 1 740 mètres.

Comportement traits de caractère

Les glaréoles isabelle obtiennent la plupart de leurs proies sur le sol, mais ils se nourrissent également dans les airs. Ces oiseaux sont capables de courir rapidement sur le sol en poursuivant les insectes. Quand ils sont en vol, ils attrapent les insectes en écartant fortement les ailes et faisant de brusques mouvements avec le bec vers l'avant. Les insectes aériens peuvent être saisis à partir du sol, ces prédateurs accomplissant des bonds et ou prenant leur envol avant de revenir à terre, ce qui est une technique assez inhabituelle et surprenante. Occasionnellement, ces glaréoles chassent à de grandes hauteurs. Elles ont besoin de se désaltérer assez fréquemment.
2 types de mouvements sont répertoriés : le premier est de faible et de moyenne distance, il englobe les oiseaux qui fuient vers le sud de l'Australie pour éviter la trop grande humidité produite par les précipitations. Le second est une migration d'assez longue distance, les glaréoles se dirigeant vers l'ouest jusqu'à Sumatra pour y passer l'hiver. A Darwin, dans le Territoire du Nord, les oiseaux arrivent sur les lieux de nidification entre avril et juin et repartent hiverner en Indonésie entre novembre et décembre.

Alimentation mode et régime

Les glaréoles isabelle consomment des sauterelles, des coléoptères, des libellules, des termites et d'autres insectes de grande taille. Ils ingurgitent aussi des mille-pattes, des araignées et des graines.

Reproduction nidification

Les glaréoles isabelle se reproduisent surtout en fonction du climat. Elles déposent habituellement leur ponte du mois d'août au mois de janvier. Le paroxysme dans l'activité reproductive a lieu de septembre à novembre. Les nids sont disposés en petites colonies lâches, chaque édifice occupant un territoire aussi important que 2 kilomètres carrés sur le sol nu. Le nid est généralement placé sur le sol caillouteux mais contrairement à beaucoup de nicheurs terrestres, il ne constitue pas une petite cuvette creusée peu profondément. L'emplacement de la ponte est souvent limité par une bordure de galets ou de petits cailloux qui est agrémentée par quelques végétaux divers. Le nid est situé généralement à moins de 2 kilomètres de distance d'un point d'eau.
La ponte comprend habituellement de 1 à 3 œufs qui sont couvés par les 2 parents pendant 18 à 21 jours.
A la naissance, les poussins pèsent environ 5 grammes, et sont recouverts d'un plumage chamois-argile sur le dessus. Ils ont des ornements fuligineux et de fines rayures fauves sur le front et des taches fauves sur les ailes. Le dessous est couleur miel, virant au blanc sur l'abdomen. Le bec est noir avec du rose sur la mandibule inférieure, les pattes sont gris rosâtre.
Après l'éclosion, les jeunes trouvent parfois refuge dans des terriers de lapins pour se protéger des divers dangers. Ils se dissimulent également derrière les grosses touffes d'herbes ou dans les broussailles. Les poussins sont soignés et nourris par les 2 parents. Ces derniers utilisent parfois des parades de tromperies, faisant semblant d'avoir l'aile brisée pour attirer les prédateurs et les détourner du nid. Les jeunes quittent le nid au bout de 3 à 5 semaines. La cause principale de l'échec des couvées est la prédation par les corbeaux, les renards introduits, les serpents et les lézards.

Distribution

Les glaréoles isabelle vivent dans les régions les plus arides du nord et de l'est de l'Australie, allant loin vers le sud au cours des années les plus humides, mais étant toujours absents du sud-ouest. Ces oiseaux nichent occasionnellement dans la plaine de la Fly,bien que cet évènement soit plutôt rare au nord du 18° de Latitude Nord. Leurs quartiers d'hiver se situent au nord du Queensland, dans le Territoire du Nord, en Nouvelle-Guinée et en Indonésie aussi loin à l'ouest que la grande île de Sumatra.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. La population totale est estimée a environ 60 000 oiseaux. En hiver, il y a 50 000 individus au Timor-Oriental et ces oiseaux se promènent en grosses bandes de 700 ou 800 hivernants. En Nouvelle-Guinée et immédiatment aux alentours du golfe de Carpentaria, on peut apercevoir des milliers d'oiseaux en dehors de la période de reproduction. Pendant tout le mois de septembre, on assiste à l'arrivée continuelle de bandes de 50 individus à la fois qui s'installent pour nicher. La moyenne journalière des arrivants est proche de mille oiseaux. Ces glaréoles préfèrent les régions à faible densité humaine car les dangers et les risques y sont nettement moins importants.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 15/05/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net