Glaucope de Wilson

Callaeas wilsoni - North Island Kokako

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Callaéidés

  • Genre
    :

    Callaeas

  • Espèce
    :

    wilsoni

Descripteur

Bonaparte, 1850

Biométrie
  • Taille
    : 38 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 218 g
Longévité

20 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

La famille des callaeidae comprend cinq espèces, dont une a disparu. Elles sont toutes endémiques de Nouvelle-Zélande.

Description identification

Le glaucope de Wilson, espèce endémique, évoque les forêts de l'ancienne Nouvelle-Zélande, peut-être plus que toute autre espèce. On a plus de chance de l'entendre que de le voir. De petites populations ont survécu en particulier dans le centre de l'île du Nord ainsi que dans le parc national Te Urewera. C'est un habitant typique de la haute forêt indigène dominée par le tawa "Beilschmiedia tawa". Les populations continentales sur l'île du Nord ne persistent que par un contrôle durable des mammifères nuisibles introduits (Rattus norvegicus et Trichosurus vulpecula). Toutes les populations non suivies se sont éteintes.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • North Island Kokako,
  • Kokako,
  • Graulappenvogel,
  • Noordelijke Kokako,
  • Kokako,
  • Nordökokako,
  • laločník lesný,
  • Nordkokako,
  • kokako,
  • koralnik modropłatkowy,
  • Kokako,
  • 北岛垂耳鸦,
  • 北島垂耳鴉,

Voix chant et cris

Glaucope de Wilson
adulte

Le glaucope de Wilson chante toute l'année généralement à l'aube et au crépuscule. Son chant est une lente et sonore mélodie qui rappelle l'orgue. Parfois mâle et femelle chantent en duo à partir d'un perchoir élevé.

Habitat

Ils résident dans les hautes forêts indigènes diversifiées, généralement en forêt mixte de tawa ou Taraire avec podocarpes ou Kauri. Ils se reproduisent avec succès dans les forêts arbustives et arborescentes de feuillus plantés sur Tiritiri Matangi Island.

Comportement traits de caractère

Le glaucope de Wilson défend un vaste territoire tout au long de l'année par des chants complexes, y compris en duo avec la femelle. La dispersion des juvéniles est généralement de 1,3 km avant de se fixer sur un territoire. Leurs populations sont facilement isolées par la fragmentation des forêts. La repasse est couramment utilisée pour leur capture à l'aide de filets japonais.
Le vol : C'est un mauvais voilier. Ils se tiennent généralement sur les arbres, se déplacent par bonds dans les branches, réalisent de courts vols, mais peuvent aussi effectuer des vols planés de quelques centaines de mètres depuis la cime des arbres.

Alimentation mode et régime

Ils se nourrissent principalement de fruits, de feuilles, moins souvent de fleurs, de mousse, de bourgeons, de nectar et d'invertébrés.

Reproduction nidification

Ils nichent généralement entre novembre et février, après quoi ils muent. La saison de reproduction peut durer 6 mois et il peut y avoir jusqu'à trois couvées lors d'années à forte production alimentaire. Le nid est situé à une hauteur moyenne de 13 m. Deux à trois œufs gris rosé, tachés de brun et brun-violet sont pondus, seule la femelle se chargera de la couvaison. Le nid est une plate-forme surélevée, en forme de coupe évasée. Une végétation variée est déposée sur cette plate-forme composée de brindilles posées sur des touffes de plantes épiphytes, bordée de fougère arborescente. L'incubation est effectuée par la femelle seule durant 18 jours. Les deux adultes nourrissent les oisillons. Ils quitteront le nid entre 32-37 jours, et seront totalement indépendants au bout de plusieurs mois. A l'envol ils restent habituellement sur le territoire des parents durant quelques mois, jusqu'à un an, tout en continuant à être nourris par les adultes. La dispersion maximale est en moyenne à moins de 2 km du site de nidification.

Distribution

Les populations de glaucope de Wilson se limitent à quelques forêts clairsemées dans la moitié nord de l'île du Nord, en particulier dans la région Waikato, Baie de l'abondance et le Parc National de Te Urewera. Depuis 1981, la réintroduction sur les îles de Little Barrier, Kapiti, Tiritiri Matangi, dans la Scenic Reserve du mont Bruce (Wairarapa), Island Mainland ruisseau Boundary (Hawkes Bay), Ngapukeriki (East Cape), Ark dans le parc (Waitakeres, à l'ouest d'Auckland), Whirinaki et Otanewainuku.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Statut de conservation UICN en danger.
La prédation des nids par le surmulot et l'opossum est la principale cause de disparition du glaucope de Wilson. Toutes les populations actuelles doivent être continuellement suivies pour lutter contre la prédation de l'espèce par les mammifères introduits. Une régulation contrôlée et répétée des espèces nuisibles sur le continent et les îles est nécessaire. Surmulots et opossums sont régulièrement visés par le piégeage et l'empoisonnement au "1080" en période reproduction. La quantité de nourriture accessible influe sur le nombre pontes. Plusieurs populations clés sont restaurées par la réintroduction de jeunes femelles provenant de populations de sources différentes. Le maintien de la santé génétique influe également sur la gestion de l'espèce.

Iconographie

plus de photos

Autres références utiles

Fiche créée le 19/01/2016 par Yann Cambon © 1996-2017 Oiseaux.net