Gravelot à front blanc

Charadrius marginatus - White-fronted Plover

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Charadriidés

  • Genre
    :

    Charadrius

  • Espèce
    :

    marginatus

Descripteur

Vieillot, 1818

Biométrie
  • Taille
    : 18 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 42 à 55 g
Distribution

Distribution

Description identification

En plumage nuptial, le large front blanc est contigu avec le sourcil blanc qui descend jusqu'en arrière des couvertures auriculaires. Une barre noire ou noirâtre traverse le haut du front, remontant jusqu'au capuchon. Un trait oculaire noir va de la base du bec jusqu'aux oreillons. Les parties inférieures et le collier qui encercle l'arrière du cou sont blancs avec plus ou moins de nuance crème ou roux chamoisé sur la poitrine mais aussi parfois sur le ventre, les flancs et le collier. Chez certains individus, ce lavis chamois se restreint à quelques taches sur les côtés de la poitrine. Le dessous des ailes et les axillaires sont blancs.
Le capuchon, la nuque, le manteau, les scapulaires, les tertiaires, les couvertures alaires, le centre du dos, le croupion et les sus-caudales sont brun moyen, souvent avec de larges bordures chamois ou rousses sur les plumes. Occasionnellement, les parties supérieures sont teintées de grisâtre. Les grandes couvertures et les plus grandes couvertures primaires ont des terminaisons blanches. Les rémiges sont noir brunâtre. Les primaires et les secondaires sont plus ou moins teintées de blanc. Les côtés du bas du dos, le croupion et le dessus de la queue sont blancs. Les rectrices centrales sont noir brunâtre, les deux paires les plus externes sont blanc pur.
En plumage éclipse, le noir de la tête devient brunâtre. Parfois mais rarement, la barre frontale est perdue chez les femelles. Les juvéniles n'ont pas de barre frontale noire mais affichent un large front blanc et une épaisse barre foncée qui traverse les lores. Le dessous est blanc avec parfois une nuance crème. Les plumes du dessous ont de larges liserés chamois-sable. La nuque et les scapulaires sont particulièrement colorées de roux. Certains oiseaux ont des parties supérieures fortement rousses.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Charadrius marginatus mechowi (Africa south of the Sahara south to n Angola, Botswana, Zimbabwe and n Mozambique)
  • Charadrius marginatus marginatus (sw Angola to sw South Africa)
  • Charadrius marginatus arenaceus (s Mozambique to s South Africa)
  • Charadrius marginatus tenellus (Madagascar)

Noms étrangers

  • White-fronted Plover,
  • Chorlitejo Frentiblanco,
  • Borrelho-de-testa-branca,
  • Weißstirn-Regenpfeifer,
  • fehérhomlokú lile,
  • Vale Strandplevier,
  • Corriere frontebianca,
  • Vitpannad strandpipare,
  • Strandlo,
  • kulík bieločelý,
  • kulík proměnlivý,
  • Sandpræstekrave,
  • hietatylli,
  • Vaalstrandkiewiet,
  • corriol de front blanc,
  • sieweczka białoczelna,
  • Белолобый зуёк,
  • シロビタイチドリ,
  • 白额沙鸻,
  • 白額沙鴴,

Voix chant et cris

Il ya plusieurs cris de contact : un "pwut" rude ainsi qu'un "twit" et un "kewi" graves et tranquilles. Le répertoire comprend également un "chuit" et un "trrr" sec qui sont utilisés en cas de stress ou d'alarme.

Habitat

Les gravelots à front blanc fréquentent les littorals sableux. On les trouve aussi le long des rives sableuses des larges rivières et des lacs. On peut également les observer sur les côtes rocheuses, dans les vasières du bord de mer ou de l'intérieur des terres, dans les marais salants et dans les estuaires. Ces oiseaux se reposent au-dessus des plages, soit en solitaire, soit en formant des dortoirs communs.

Comportement traits de caractère

Les gravelots à front blanc sondent les sédiments humides ou alors ils enfoncent leur bec d'un coup sec dans la vase. Il leur arrive également de pratiquer le foot trembling pour faire surgir leur proie du sol. Occasionnellement, ils se lancent dans les airs pour poursuivre des termites ailés. Ils recherchent leuir nourriture dans les parties sableuses des vasières à la périphérie des plages ou dans les mares peu profondes laissées par les marées. Ils prospectent également dans les espaces humides situés entre les dunes. Ces oiseaux se restaurent pendant la journée et pendant les nuits bien éclairées par la lune. La plupart du temps, ils procèdent en couple et en petites bandes mais parfois, en dehors de la saison de reproduction, on peut les trouver en grands rassemblements pouvant compter jusqu'à 375 individus. Les gravelots à front blanc sont sédentaires avec des mouvements locaux saisonniers pour les immatures. Les populations du centre et du sud de l'Afrique ont tendance à migrer vers la côte est (Province du Cap) quand les rivières débordent , c'est à dire entre décembre et mai. Les populations du Mali restent toute l'année le long du fleuve Niger, le pic dans les effectifs ayant lieu en décembre et janvier.

Alimentation mode et régime

Les gravelots à front blanc se nourrissent d'insectes, tels que les mouches, les sauterelles, les termites et les nymphes de moustiques. Ils consomment également des larves de crevettes, des gastéropodes, des coquillages bivalves, des petits crustacés, des isopodes et des vers de terre.

Reproduction nidification

De la Sénégambie au Nigeria, la saison de nidification se déroule pendant la période qui va de février à septembre. En Afrique Orientale, elle a lieu de mai à juillet mais, un peu plus au sud, elle intervient légèrement plus tard. En Afrique Australe, les gravelots à front blanc se reproduisent pendant toute l'année, avec cependant une période de pique en juillet-septembre et en janvier en Namibie. Ces oiseaux sont monogames et ils nichent en couples isolés, ce qui n'empêche pas certains nids d'être aussi proches que 16 mètres les uns des autres. Ils sont territoriaux mais ils n'utilisent pas les mêmes endroits pour se nourrir et pour nicher. Les populations sédentaires peuvent occuper le même territoire pendant toute l'année. Les densités de nichage varient selon les régions : un couple tous les 2 hectares le long du fleuve Zambèze, 7 oiseaux par kilomètre le long du littoral de l'Afrique du Sud et zéro à 4 oiseaux par kilomètre en bordure des côtes du Gabon. Les gravelots à front blanc sont très fidèles à leurs sites de nidification.
Le nid est un grattage peu profond, il est délimité avec des galets, des fragments de coquilles, des algues séchées et des brindilles. Il est placé sur le sol sableux, non loin de la limite de la marée haute, sur une dune, un banc de sable ou même une carrière.
La ponte comprend habituellement 2 œufs qui sont déposés à 2 ou 4 jours d'intervalle. De nombreuses couvées de subsitution peuvent être également entreprises. L'incubation, qui dure de 26 à 33 jours, est assurée par les 2 parents.Tôt le matin, les œufs sont généralement couverts avec un peu de sable lorsque les adultes quittent le nid et ils sont à nouveau mis à jour à la tombée de la nuit. Au fur et à mesure que la couvaison progresse, plus on s'approche de l'éclosion, les œufs sont couverts de plus en plus fréquemment, sans doute pour en réguler la température et pour les camoufler.
Quand ils naissent, les poussins ont un dessus gris avec des mouchetures noires qui forment des lignes qui descendent le long de la tête et le long du dos. Le dessous est blanc. Les jeunes restent dans les dunes jusqu'à ce qu'ils sont autonomes, c'est à dire au bout de 35 à 38 jours. Après, ils se déplacent en direction de plages. En Afrique du Sud, le succès des nichées est de 38%, la mortalité est due essentiellement aux prédateurs (les mangoustes), aux inondations, aux marées hautes et aux véhicules à moteur.

Distribution

Les gravelots à front blanc sont originaires du continent africain, au sud du Sahara. On les trouve presque sans discontinuer le long des côtes qui vont du Liberia jusqu'au sud de la Somalie, en passant par le cap de Bonne Espérance. A l'intérieur des terres, ils vivent au bord des grands fleuves comme le Zambèze, le Congo, le Niger et le Sénégal ainsi que sur les rives des grands lacs comme le lac Tchad ou le lac Victoria. Ces oiseaux sont également présents le long des côtes de Madagascar. 4 sous-espèces sont officiellement reconnues : C. m. mechowi (Nord-Angola, Botswana, Zimbabwe et Nord-Mozambique) - C. m. marginatus, la race nominale (du Sud-Angola jusqu'au sud-ouest du Cap) - C. m. arenaceus (du Sud-Mozambique jusqu'au sud-ouest du Cap) - C. m. tenellus (du Natal à l'Ethiopie ainsi que Madagascar).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, bien qu'aucune population n'ait été évaluée précisément, cette espèce n'est pas globalement menacée. Dans le nord de son aire, le gravelot à front blanc est rare (Ethiopie), localement commun (Somalie, Nigeria, Ghana, Gabon, Mali) ou abondant (Kenya, Tanzanie). Au mois de février, on peut apercevoir 5 000 ou 6 000 oiseaux sur les côtes de la Tanzanie. A l'intérieur des terres, les densités les plus importantes se rencontrent sur les rives des lacs Malawi ou Turkana. Sur les côtes d'Afrique du Sud, les effectifs sont estimés à 18 000 individus.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/01/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net