Grive de Hodgson

Zoothera mollissima - Alpine Thrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Zoothera

  • Espèce
    :

    mollissima

Descripteur

Blyth, 1842

Biométrie
  • Taille
    : 27 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 80 à 112 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Il y a 3 sous-espèces qui ont des différences peu marquées : les populations de l'ouest de l'aire (whiteheadi) ont un dessus légèrement plus pâle, celles de l'est (griseiceps) sont un peu plus foncées particulièrement sur le capuchon. Chez la race nominale, les deux sexes sont identiques. En ce qui concerne le mâle, les parties supérieures sont uniformément brun-olive chaud de la tête jusqu'au croupion et aux sus-caudales.
L'anneau orbital blanc est très visible. La face est tachetée de sombre derrière l'œil, sur les oreillons et sur les joues, créant une moustache assez saillante.
Les parties inférieures sont blanc chamoisé avec de larges croissants noirs du bas de la gorge jusqu'au bas de l'abdomen. Les couvertures sous-caudales sont nettement tachetées de noir et de blanc.
Le bec est noir, excepté la mandibule inférieure plus pâle. Les pattes sont couleur chair. Les immatures sont plus ternes que les parents, mais ils ont une strie longitudinale chamois qui va de la nuque aux scapulaires. Cette ligne est plus foncée sur la poitrine et le côté du cou.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Alpine Thrush,
  • Zorzal Dorsiliso,
  • Himalayadrossel,
  • nepáli földirigó,
  • Himalajalijster,
  • Tordo dorsouniforme,
  • Himalayatrast,
  • Nettingtrost,
  • drozd horský,
  • drozd ladný,
  • Mollissimadrossel,
  • pensaskirjorastas,
  • griva de dors llis,
  • drozdoń łuskobrzuchy,
  • Himalaju zemesstrazds,
  • Гималайский земляной дрозд,
  • アカトラツグミ,
  • 光背地鸫,
  • 淡背地鶇,

Voix chant et cris

Les Grives de Hogdson sont généralement assez silencieuses sauf dans deux cas bien caractéristiques : pour établir un contact avec un congénère, ces oiseaux émettent des "chuck" simples et ténus, pour signaler un danger elles produisent des notes rudes et grinçantes. En dehors de la nidification, elles sont extrêmement discrètes.
Le chant principal est assez semblable à celui de la Grive dorée (Zoothera dauma), mais il a une cadence plus rapide, des phrases plus sifflantes et plus musicales presque sans aucune pause. Les Grives de Hogdson chantent à partir d'un perchoir bien élevé, à la limite du sommet d'un grand arbre ou de la cime d'un rocher. Elles s'expriment à l'aube et au crépuscule mais également en pleine journée lorsque le climat est déplorable.

Habitat

Pendant la saison de nidification, les Grives de Hogdson nichent entre 2 400 et 4 500 mètres dans les rochers alpins ou les éboulis de pierre avec des genévriers rabougris et des rhododendrons nains. On peut souvent les apercevoir dans les dépressions humides recouvertes de mousses, à la limite de la ligne des arbres.
Ces grives ne dédaignent pas les prairies alpines et les pâtures parsemées de cailloux et de buissons, avec des versants pierreux et broussailleux et des pentes de collines herbeuses.
Pendant la saison hivernale, les Grives de Hogdson fréquentent un peu le même genre d'habitat, mais à des élévations plus modérées entre 1 600 et 2 865 mètres. Dans le sud-est de l'Asie, ces passereaux de moyenne taille occupent les contrées ouvertes avec ou sans pierrailles, les pentes humides à la limite des terres cultivées, les vallées parcourues par les cours d'eau et les sentiers. Pendant la migration, il n'est pas rare de les apercevoir dans les bouquets de sapins ou dans les zones boisées qui ont un sous-bois composé d'arbres à baies.

Comportement traits de caractère

Les Grives de Hogdson vivent en couples et en solitaire pendant la saison estivale, mais il se peut qu'elles établissent de petites bandes dispersées pendant la période hivernale. Bien qu'elles soient très souvent surestimées en effectifs, ces espèces de grives sont très timides et assez difficiles à approcher. Elles ont un vol très rapide et, au moindre signe de danger dû à l'intrusion des humains, elles volent très bas et à toute vitesse en plongeant pour rejoindre un perchoir qui n'est pas accessible pour le prédateur.
En hiver, les Grives de Hogdson peuvent être mobiles, mais souvent elles se figent et demeurent sans mouvements, si le camouflage procuré par le feuillage n'est pas suffisant.
Ces oiseaux recherchent leur nourriture à terre, dans les sous-bois ou sous les grands arbres, surtout dans les endroits humides et ombragés mais également dans les zones ouvertes ou à la lisière des champs éloignés des arbres, ce qui procure une plus grande luminosité. Les couples prospectent en pratiquant des mouvement circulaires au-dessus des amas de feuilles ou de végétation en cours de décomposition.
Toutes les races de Grives de Hogson pratiquent des mouvements migratoires altitudinaux. En plus de cela, elles effectuent des migrations de faible distance, même si la race nominale est capable de se déplacer jusqu'au Myanmar.

Alimentation mode et régime

Les Grives de Hogdson consomment surtout des insectes, des escargots, des sangsues et aussi des baies. Les fruits et les graines viennent compléter le menu.

Reproduction nidification

La saison de reproduction s'étend de la fin avril jusqu'au mois de juillet. Le nid est une très large et très profonde cavité en forme de coupe. Il est structuré avec des herbes sèches, de la mousse, des racines noires de fougères et des fines tiges végétales.
Généralement, il est placé sur le sol, sous des buissons ou des rhododendrons rabougris. Occasionnellement, il est installé sur la fourche basse d'un arbre ou sur une corniche rocheuse, au dessus de la limite de la ligne des arbres.
La ponte contient 4 œufs blanchâtres avec une multitude de taches rouges ou brun rougeâtre positionnées sur la partie large de la coquille. On aperçoit également une large couche de taches gris-violet pâle. Les poussins et les immatures sont pris en charge par les deux parents.

Distribution

Z. m. whiteheadi - nord de l'Himalaya (nord du Pakistan).
Z. m. mollissima - centre-est de l'Himalaya à partir du nord de l'Inde), est et sud de la Chine (Sud-Est-Xizang, Sud-Ouest-Sichuan, Nord-Yunnan).
Z. m. griseiceps - sud-centre de la Chine (Nord-Sichuan Sud, Centre-Est-Yunnan), nord-ouest du Vietnam (Ouest-Tonkin).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après Peter Clement, cet oiseau est relativement commun. Toutefois, la répartition peut être assez inégale et dans certains régions, comme le sud-centre de la Chine et le nord du Pakistan, il peut être assez rare. Par contre, il est assez répandu au Népal.
Actuellement, l'aire de distribution mesure 764 000 kilomètres carrés. L'espèce est en léger déclin.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/12/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net