Grive des bois

Hylocichla mustelina - Wood Thrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Hylocichla

  • Espèce
    :

    mustelina

Descripteur

(Gmelin, JF, 1789)

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : 30 à 34 cm.
  • Poids
    : 40 à 50 g
Longévité

8 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Cet oiseau est légèrement plus grand et plus trapu que les autres grives du genre Catharus. Les deux sexes sont identiques. A première vue, les parties supérieures paraissent uniformément brunes, mais à bien y regarder, on peut apercevoir quelques nuances. Le dessus de la tête du front jusqu'au haut du manteau est brun roussâtre ou brun-cannelle, devenant plus brun sur le bas du manteau, le dos, les ailes et la queue. Le centre des grandes et des moyennes couvertures, les filets intérieurs des tertiaires sont brun plus foncé ou noirâtres. Les bordures des scapulaires et les filets extérieurs des tertiaires sont brun éclatant. Les bordures extérieures des primaires sont brun-cannelle brillant. Les lores et l'anneau oculaire sont blanchâtres. Les joues et les oreillons sont mouchetés de blanc. Le dessous est blanc avec d'abondantes taches noirâtres sur la poitrine et sur les flancs. Le bec présente un dessus noir et une mandibule inférieure rosâtre. Les pattes sont rosâtres.

Les juvéniles n'ont pas de roux. Leurs parties inférieures sont tachetées comme celles des adultes. Leur dessus est strié de chamois.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Wood Thrush,
  • Zorzalito Maculado,
  • Tordo-dos-bosques,
  • Walddrossel,
  • erdei fülemülerigó,
  • Американский лесной дрозд,
  • 棕林鸫,
  • Amerikaanse Boslijster,
  • Tordo boschereccio,
  • Fläckskogstrast,
  • Flekkskogtrost,
  • drozdek rudy,
  • drozd hrdzavochvostý,
  • drozd lesní,
  • Plettet Skovdrossel,
  • täplärastas,
  • ,
  • モリツグミ,

Voix chant et cris

La saison des chants se déroule surtout de la mi-avril jusqu'au mois de juillet, bien que des chants en sourdine soient également parfois entendus dans les quartiers d'hiver au mois de mars. La grive des bois chante tôt le matin, souvent même avant l'aube, la plupart du temps à partir d'un perchoir bien dissimulé à l'étage moyen des feuillages. Le mâle émet d'un perchoir plus exposé ou d'une branche sans feuilles. Le chant comprend des phrases musicales et sonores composées de cinq ou six notes de différentes tonalités, et finissant en trille doux mais guttural. Le cri le plus courant est un "bup bup bup" ou un "whe whe whe wheh" qui est émis lorsque l'oiseau est agité ou qu'il veut pendre contact avec un partenaire. On peut également entendre un "trr trr" nasal, un "quert" simple ou un "whiou" plaintif lorsque l'oiseau veut défendre son nid. En vol, la grive des bois produit un "jeen" rude et nasal.

Habitat

La grive des bois fréquente surtout les zones densément boisées d'arbres à larges feuilles jusqu'à une altitude d'environ 600 mètres. Ces dernières peuvent contenir une grande variété d'essences : hêtres, érables, ciguës, gommiers, cornouillers, charmes et chênes. Elles possèdent souvent un sous-bois fourni composé de petits arbustes, de rhododendrons et de myrtilles. Ces forêts doivent être fortement ombragées et humides, posséder de petites mares ou se situer à proximité d'une zone marécageuse ou d'un cours d'eau. Néanmoins, la grive des bois peut s'adapter à des bois et à des collines plus arides. Depuis près d'un siècle, cette espèce a pris l'habitude de venir nicher dans les grands jardins à la périphérie des villes quand elle y trouve un habitat qui lui convient. Dans ses quartiers d'hiver, en Amérique Centrale, la grive s'installe de préférence dans les sous-bois et dans les fourrés marécageux. On la trouve aussi dans les forêts tropicales humides et dans les plantations de bananiers. Par contre, elle évite les zones boisées sèches.

Comportement traits de caractère

Cet oiseau solitaire et extrêmement discret, vivant à terre, dans le sous bois ou sur les branches basses des arbres, n'est souvent repéré que grâce à ses cris et à son chant. Toutefois, dans certaines parties de son aire de distribution, notamment dans les villes et en bordure des zones urbaines, c'est devenu un oiseau familier. Il a perdu son caractère réservé et on peut souvent l'apercevoir recherchant sa nourriture, dans les massifs d'arbustes, sur les pelouses et les parterres de fleurs. La grive des bois vit généralement seule mais, en hiver, il lui arrive de former des groupes assez importants ou de se joindre à des bandes formées de plusieurs autres espèces d'oiseaux.
Sur le sol, elle marche, elle sautille et progresse par petites étapes successives, à la manière des autres grives du genre Catharus. Il lui arrive également de courir plutôt vite sur de courtes distances. Elle adopte un comportement nerveux et fait toujours preuve de vigilance à l'égard des intrus, agitant souvent les ailes et se montrant prompte à prendre son envol au moindre signe de danger. Dès qu'ils éprouvent une crainte, à la fois les adultes et les jeunes dressent les plumes de leur capuchon et on dirait alors qu'ils possèdent une crête. Ils peuvent également ébouriffer les plumes de leur corps, donnant l'impression d'être ventripotents.

Alimentation mode et régime

La grive des bois se nourrit surtout d'invertébrés qu'elle trouve sur le sol, bien qu'à partir de la fin de l'été et jusqu'au début du printemps, la consommation de fruits et de végétaux augmente considérablement. Au début de l'automne, cet oiseau quitte donc les sous-bois ombragés recouverts de litière pour venir s'installer dans les zones de broussailles où les fruits et les baies sont plus abondants. Entre mai et juillet, on estime que son menu est constitué d'environ 62% de matières organiques et de 38% de végétaux. Il comprend principalement des coléoptères, des mouches, des hyménoptères (en priorité des fourmis), des lépidoptères (particulièrement des chenilles), des scolopendres, des mille-pattes et des mollusques. Les fruits prélevés pendant la période estivale proviennent du laurier benzoin, du cornouiller, de la pytholaque, du sureau. On peut également noter des myrtilles, du raisin, des prunes, des graines d'Arisaema triphyllum. Tant qu'ils sont âgés de moins de 9 jours, les oisillons ne reçoivent que des insectes à corps mou et des pulpes de fruits. Pendant la période hivernale, les proies capturées ne changent pas tellement et appartiennent principalement à la catégorie des arthropodes (araignées, fourmis, insectes aux pattes articulées) et des mollusques (vers de terre). Par contre, les matières végétales sont plus variées (jusqu'à 750 espèces) et peuvent atteindre parfois plus de 50% du régime.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de mai à la mi-août. Le nid est est une structure volumineuse assez semblable en taille et en forme à celle du merle américain (Turdus migratorius). Elle comprend une coupe profonde qui est construite principalement avec des herbes sèches ou d'autres matériaux similaires. La couche intermédiaire est habituellement enduite de boue et l'intérieur est garni de petites radicelles brunes, éventuellement de chiffons ou de petits papiers colorés. Le nid est placé dans un endroit ombragé, sur la fourche d'une branche ou parfois contre le tronc, entre 0,60 et 22 mètres au-dessus du sol, dans un arbre, un buisson ou une plante grimpante. Exceptionnellement, il est posé à terre. La femelle s'occupe seule de la construction de l'édifice . Le site de nidification est utilisé pendant plusieurs années consécutives. La ponte comprend ordinairement 3 ou 4 œufs dont la couleur varie du bleu clair au vert pâle ou au vert bleuâtre, ce qui n'est pas sans rappeler ceux du merle américain bien qu'ils soient plus petits et plus pointus à leur extrémité. La femelle couve seule pendant 11 à 14 jours. Les jeunes quittent le nid 12 à 13 jours après l'éclosion. Ils recherchent leur nourriture seuls à partir de 20 à 23 jours mais ils ne sont pleinement autonomes qu'au bout d'un mois. La grive des bois pond deux nichées dans la saison. La première est précoce et prolifique (occasionnellement 5 œufs) mais la seconde ne contient généralement que deux ou trois unités.

Distribution

La grive des bois est endémique d'Amérique du Nord et d'Amérique Centrale. Elle niche dans la partie est des Etats-Unis et le sud-est du Canada, de l'Ontario et du sud du Québec jusqu'au golfe du Mexique. La limite orientale de son aire est fixée à l'est du Texas, l'est de l'Oklahoma et du Kansas. La grive des bois est absente de Floride. A partir du mois de septembre ou d'octobre selon les régions, cet oiseau migre vers l'Amérique Centrale où elle est plus courante sur le versant caraïbe que sur le versant pacifique. Ses quartiers d'hiver couvrent alors l'ensemble des terres du centre-sud du Mexique jusqu'à Panama, excepté les zones montagneuses.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Dans son aire de nidification, les densités de populations sont très variables. Dans toutes les parties de son aire de répartition, mais peut-être plus particulièrement dans les zones tropicales de plaine d'Amérique Centrale, la déforestation est un important facteur qui explique le déclin de certaines populations de grives des bois. En effet, celles qui vivent dans les zones fragmentées, sont plus sévèrement pénalisées que celles qui vivent dans des habitats denses. Plus que les autres, elles sont victimes de la prédation et du parasitisme. Dans ces paysages ouverts, les nids sont plus vulnérables, les œufs et les poussins sont menacés par les ratons laveurs, les geais, les corbeaux, les serpents, les écureuils, les belettes et les chats. Les adultes constituent de bonnes proies pour les hiboux et les faucons. La grive des bois voit ses nids parasités par le Vacher à tête brune (Molothrus ater). Ce parasitisme est très important dans le Midwest, il est moins sensible dans les états de l'est des Etats-Unis. En dépit de ces menaces, l'espèce n'est pas globalement en danger.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 09/04/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net