Grive fauve

Catharus fuscescens - Veery

Grive fauve

Grive fauve

Catharus fuscescens

((Stephens, 1817))


Ordre : Passériformes

Famille : Turdidés  ;

Genre : Catharus

Espèce : fuscescens

Sous-espèces : 4 [+] [-]
Catharus fuscescens fuscescens(widespread)
Catharus fuscescens salicicola(sw and sc Canada, w USA)
Catharus fuscescens subpallidus(nw USA)
Catharus fuscescens fuliginosus(extreme e Canada)

Chant :

Biométrie :

Taille : 19 cm
Envergure : 28 à 29 cm.
Poids : 28 à 54 g

Longévité : 10 ans

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : drozd hnědavý (cs), Rustrygget Skovdrossel (da), Wilsondrossel (de), Veery (en), Zorzalito Rojizo (es), viitarastas (fi), vörhenyes fülemülerigó (hu), Tordo usignolo brunastro (it), ビリーチャイロツグミ (ja), Viriskogtrost (nb), Veery (nl), drozdek brunatny (pl), Tordo-ruivo-americano (pt), Бурый короткоклювый дрозд (ru), drozd hnedkavý (sk), Rostskogstrast (sv), 棕夜鸫 (zh)

Identification :
Grive fauve Les oiseaux de la race nominale présentent un dessus brun roux. Leur croupion et leurs sus-caudales ont une nuance plus olive. La queue est brun foncé avec des rectrices externes brun-fauve. L'œil est entouré d'un vague anneau blanchâtre. La gorge et le haut de la poitrine affichent une couleur chamois-crème avec de petites taches brun clair. La région qui va du bas de la poitrine jusqu'à la zone anale est blanchâtre. Les flancs sont lavés de grisâtre. Le bec est sombre sur le culmen et sur la pointe, rosâtre sur la mandibule inférieure. Les pattes et les pieds sont couleur chair. Les sexes sont identiques.
Les juvéniles ressemblent aux adultes mais leurs parties supérieures sont tachées et barrées de chamois. Leur dessous est abondamment Grive fauve moucheté de brun noirâtre. Chez les immatures de première année, les grandes couvertures ont des terminaisons claires. Les différentes races sont différentiables grâce à la plus ou moins grande intensité de brun des parties supérieures et à la variabilité des taches qui ornent leur poitrine. La race fuliginosus est celle qui possède le dessus le plus sombre et qui affiche les taches les plus proéminentes sur le poitrail.

Chant : La grive fauve est considérée comme un des plus beaux Grive fauve chanteurs de l'Amérique du Nord. Son chant est une série de notes roulées et descendantes "da-vee-ur-vee-ur-veer-veer". Chaque note devient progressivement plus basse, créant une impression de spirale ou de cascade descendantes. La grive fauve chante tôt le matin, juste avant et après le lever du soleil, ainsi qu'au crépuscule, à partir d'un perchoir situé à des hauteurs variables. Le mâle et la femelle se répondent mutuellement lors de la formation des couples. Le cri le plus courant est "veer" ou un "wee-ou" qui semble être une bribe ou une reprise partielle du chant.

Habitat : La grive fauve marque une nette préférence pour les forêts mixtes de chênes et de pins avec un sous-bois fourni. Grive fauve On la trouve aussi dans des zones boisées humides ou marécageuses ainsi que dans des parcelles de saules, de peupliers, de trembles et d'aulnes situées en bordure de rivières ou de cours d'eau. Dans le nord de son aire de distribution, elle est présente dans les bois composés d'arbres à larges feuilles et possédant un sous bois bien tapissé. Dans ces régions, elle fréquente plus rarement les forêts de conifères que les autres grives du genre Catharus. Dans les Rocheuses, elle peut grimper jusqu'à 2500 mètres. Au passage, elle fréquente des habitats assez similaires, mais aussi les broussailles côtières et les mangroves. Dans ses quartiers d'hiver, au Brésil et au Venezuela, on la trouve à la lisières des forêts pluviales et dans les boisements en cours de régénération.

Distribution : La grive fauve est endémique du continent américain. De la Colombie Britannique jusqu'au New Brunswick Grive fauve en passant par la région des Grands Lacs, elle occupe une large bande qui chevauche la frontière entre les Etats-Unis et le Canada. sur ce vaste territoire, 4 sous-espèces sont officiellement reconnues : C.F. salicicolus (sud-ouest et centre-sud du Canada, ouest des Etats-Unis jusqu'au nord de l'Utah et le centre du Colorado) - C.F. subpallidus (nord-ouest des Etats-Unis) -C.F. fuscecens, la race nominale (sud-est du Canada et est des Etats-Unis) - C.F. fuliginosus (extrême est du Canada, sud du Québec et Newfoundland).

Comportements : Lorsqu'il réside sur son territoire de nidification, c'est un oiseau solitaire, plutôt timide et réservé, préférant chercher Grive fauve sa nourriture sur le plancher des forêts ou dans les fourrés. Dans les autres endroits, il se montre plus confiant et il est plus facilement approchable. Il s'aventure alors à découvert , sautillant puis marquant des temps d'arrêt pour retourner les feuilles. La plupart de ses actions sont rapides, déterminées mais empreintes de dignité. Elles alternent avec des petites pauses au cours desquelles l'oiseau reste immobile. A bien des égards, elles ressemblent à celles qu'effectue la grive solitaire (Catharus guttatus), bien que la grive fauve n'effectue pas des mouvements Grive fauve de la queue aussi prononcés. La grive fauve se déplace à travers la forêt d'un vol rapide et direct ou très légèrement onduleux. Il ne vole jamais sur de très longues distances, préférant assez rapidement plonger dans le couvert.
La grive fauve est un grand migrateur. La migration d'automne bat son plein à partir de la fin août et du début septembre. Le passage s'effectue en Louisiane dans la seconde moitié de septembre et en Amérique Centrale dans le courant du mois d'octobre. La grive fauve atteint ses quartiers d'hiver dans le centre du Brésil à la fin octobre et y reste jusqu'en avril, date à laquelle elle entame le trajet du retour. Elle arrive sur ses lieux de nidification vers la mi-mai. La grive fauve migre de nuit, le groupe restant Grive fauve sur fond de ciel noir et cessant de voler une demi-heure avant l'aube. Les individus communiquent entre eux par des cris de contact caractéristiques de l'espèce. La grive fauve peut parcourir plus de 285 km en une nuit, à la moyenne d'environ 25 kilomètres par heure. Elle navigue généralement à des altitudes qui varient de 200 à 1000 m, mais certains groupes volent parfois au-dessus de 2000 mètres.

Nidification : La saison de nidification se déroule de la mi-mai à la fin juillet ou à début août. Vu sa relative longueur, il est possible qu'il y ait deux nichées. Le nid est une volumineuse structure dont les matériaux (feuilles mortes, herbes sèches et morceaux d'écorce) sont très lâchement disposés. Dans les zones humides, la grive fauve Grive fauve construit en plus une petite plate-forme de feuilles mortes qui sert de support au nid. Ce dernier est placé à faible hauteur dans un arbre, dans un buisson ou même souvent sur le sol au milieu de petits monticules de terre recouverts de mousse. Exceptionnellement, il peut être installé jusqu'à 7 mètres 50 au dessus du sol, dans un sapin, un érable, un aulne ou un bouleau. La ponte comprend 3 ou 4 œufs, bleu pâle ou bleu verdâtre, ordinairement sans taches mais parfois avec quelques petits points bruns. L'incubation dure 10 à 12 jours. Les oisillons quittent le nid environ 11 jours après l'éclosion. Dans certaines parties de son aire, le nid est visité par le vacher à tête brune. Dans l'Alberta et le Manitoba, on estime que près de 87% des nichées sont parasitées par cette espèce.

Régime : Les grives fauves consomment principalement des invertébrés et occasionnellement de petits amphibiens. Un étude réalisée dans le New Jersey peut donner une idée assez précise de leur menu : 17% de coléoptères, 12% d'hyménoptères, 10% de lépidoptères, 5% de sauterelles, 5% d'araignées, le reste étant composé de matières végétales. Au printemps et en été, elles mangent également quelques fruits parmi lesquels Grive fauve elles semblent apprécier tout particulièrement ceux du laurier benzoin. La liste des fruits ingurgités pendant la période estivale est assez longue : ceux de l'amelanchier, du cornouiller, du chèvrefeuille, du sumac et du sureau, mais aussi des fraises, des mûres, des myrtilles, du raisin et des prunes sauvages. Pendant les 4 premiers jours, les oisillons sont nourris exclusivement de chenilles, de punaises, de mouches et de limaces. Lorsqu'ils sont un peu plus âgés, des papillons sont ajoutés à leur menu. Pendant la migration, les grives fauves consomment beaucoup de fruits mais n'en dédaignent pas pour autant Grive fauve les invertébrés (mille-pattes, termites, abeilles, fourmis et escargots).

Protection / Menaces : Les populations de grives fauves semblent en déclin depuis les dernières décades. La fragmentation des forêts rend l'accès au nids plus aisé pour les oiseaux parasites et notamment pour les vachers à tête brune. Les grives fauves comptent de nombreux prédateurs qui profitent également de l'éclaircissement des zones boisées. Les œufs et les oisillons sont victimes des serpents, des tamias, des écureuils et des geais bleus. La prédation est importante au cours des années où les ressources en glands sont abondantes, ce qui provoque une prolifération des rongeurs. Les adultes et les juvéniles constituent des proies de choix pour les rapaces. En dépit de toutes ces menaces, l'avenir de la grive fauve ne semble pas pour l'instant menacé.

Sources :

 

Autres liens :
D'après Buffon : La Grive
Iucn
Birdlife
Xeno_Canto
Avibase
Hbw Alive


Fiche créée le 17/05/2005 par Daniel LE-DANTEC


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 30/10/2014 04:37:41 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Le guide Ornitho : Le guide le plus complet des oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces

Grive fauve

Grive fauve

Grive fauve

Grive fauve

Grive fauve