Gros-bec à ailes blanches

Mycerobas carnipes - White-winged Grosbeak

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Fringillidés

  • Genre
    :

    Mycerobas

  • Espèce
    :

    carnipes

Descripteur

Hodgson, 1836

Biométrie
  • Taille
    : 24 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 56 à 62 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Fringillidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (9 à 25 cm de longueur). Leur plumage est extrêmement variable et souvent haut en couleurs. Leur bec court et conique est adapté à une alimentation granivore, mais non exclusive. Ils occupent des milieux souvent dominés par les l... lire la suite

Description identification

Ce fringillidé au bec massif est surtout reconnaissable à sa barre alaire blanche qui est particulièrement visible en vol. Chez le mâle adulte les parties supérieures sont noires. Les filets extérieurs des primaires sont bordés de blanc, créant une tache ou une barre alaire qui est particulièrement remarquable lorsque l'aile est fermée. La partie basse du dos et le croupion présentent une couleur jaune-moutarde. Les secondaires affichent quelques taches d'une couleur identique. Les sus-caudales sont noir terne ou noirâtre avec des liserés jaunes. La queue, relativement longue par rapport aux autres espèces de grosbecs, présente une extrémité carrée. La gorge, les côtés du cou et la poitrine forment un ensemble noir dans la continuité du manteau et de la tête. Le reste des parties inférieures, c'est à dire le centre du ventre et les flancs varient du jaune-moutarde au jaune-cire. Les cuisses sont gris pâle. Chez la femelle adulte, la tête et le dos affichent une teinte gris-noir, contrastant avec le croupion qui est jaune-cire. Les couvertures alaires sont gris-brun avec une miroir blanc, une bande alaire jaunâtre et des motifs blanchâtres et couleur citron au niveau des secondaires. Les côtés de la tête, la gorge et la poitrine sont gris avec de légères mouchetures chamois. Le ventre et les flancs sont jaune terne, les cuisses gris clair.
Chez les juvéniles les plumes du dessus sont brun-olive avec de petits motifs subterminaux clairs et des pointes plus sombres. Le croupion est identique à celui des adultes. Les couvertures alaires proposent une teinte brun foncé, excepté les petites et les moyennes couvertures qui ont des terminaisons jaune verdâtre. Le dessous est brun cendré avec des lignes verticales claires.
Adultes et jeunes ont des iris bruns. Le bec est brun corne avec une tache couleur chair à la base de la mandibule inférieure. Les pattes et les pieds sont brun-chair pâle.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Mycerobas carnipes speculigerus (n Iran and s Turkmenistan to w Pakistan)
  • Mycerobas carnipes merzbacheri (e Kazakhstan and nw China)
  • Mycerobas carnipes carnipes (ne Afghanistan through the Himalayas to c China and n Myanmar)

Noms étrangers

  • White-winged Grosbeak,
  • Picogordo aliblanco,
  • Bico-grossudo-de-asas-brancas,
  • Wacholderkernbeißer,
  • borókavágó,
  • Spiegeldikbek,
  • Beccogrosso alibianche,
  • Tujastenknäck,
  • Einerkjernebiter,
  • glezg vrchovský,
  • dlask jalovcový,
  • Hvidvinget Kernebider,
  • katajanokkavarpunen,
  • durbec alablanc,
  • grubodziób żałobny,
  • baltspārnu dižknābis,
  • Арчовый дубонос,
  • ハジロクロシメ,
  • 黄腰拟蜡嘴雀,
  • 白翅擬臘嘴雀,

Voix chant et cris

Les grosbecs à ailes blanches émettent leurs vocalises à partir de perchoirs proéminents et bien exposés. Le chant, formé de 4 syllabes, "wil-ye-go-ame" est produit en de très rares occasions. Le cri de reconnaisance, un "croak-et-et" trisyllabique est plus courant. Il existe une autre version du chant qui est décrite comme un "dja-dji-dji-dji". Les grosbecs à ailes blanches ont une communication très différente de celle du grosbec à ailes tachetées (Myrocebas melanozanthos).

Habitat

Les grosbecs à ailes blanches affectionnent particulièrement les forêts de genévriers nains au-dessus de la ligne des arbres. On les trouve également dans les forêts mixtes de genévriers et de sapins à la limite supérieure de la forêt. A des altitudes inférieures, ils fréquentent les parcelles mixtes de rhododendrons, de genévriers et de sapins, les peuplements de sapins avec un sous-bois formé de bambous. Dans l'ouest de leur aire, ces oiseaux apprécient également les boisements de pins. Dans cette région, ils nichent entre 3000 et 3600 mètres alors qu'à partir du Gharwal jusqu'au Népal , ils peuvent se reproduire jusqu'à 4200 mètres. Les grosbecs à ailes blanches sont sujets à des mouvements altitudinaux. En hiver, ils descendent régulièrement jusqu'à 2700 m, et parfois même bien plus bas (1500 m). Néanmoins, certains individus sont sédentaires et continuent à résider aux plus hautes altitudes même pendant la partie le plus rigoureuse de la saison.

Comportement traits de caractère

De manière générale, les grosbecs à ailes blanches sont moins timides que les autres grosbecs du genre Mycerobas. Selon les saisons, ils vivent en couples ou en petites bandes . En hiver, les rassemblements atteignent souvent la cinquantaine d'individus Ces oiseaux sont très sociables et s'associent souvent avec les roselins à dos rouge (Carpodacus rhodochlamys) Ils sont particulièrement bruyants quand ils s'alimentent, car lorsqu'ils dénoyautent les fruits des genévriers ou des autres arbres, ils provoquent des craquements qui s'entendent jusqu'à 20 ou 30 mètres de distance. S'ils sont alarmés, les grosbecs à ailes blanches restent silencieux et immobiles dans les feuillages. Si la bande en est chassée par un prédateur, elle se disperse dans toutes les directions avec un vrombissement maladroit et un vol plongeant à la manière des pics. Chaque membre du groupe continue à émettre son ronflement grinçant jusqu'à ce que le groupe soit de nouveau réuni.

Alimentation mode et régime

Les grosbecs à ailes blanches sont presque exclusivement végétariens. Les genévriers fournissent apparemment les aliments de première nécessité. Comme ils consomment principalement des fruits à noyaux, ces oiseaux ont un mode opératoire très particulier : ils enfoncent leur bec dans la chair du fruit, le bord tranchant des mandibules effectuant un travail de découpage, en même temps, la langue en forme de spatule nettoie le noyau de sa pulpe et celui-ci, débarassé de ses éléments nutritifs, tombe sur le sol au pied de l'arbre. Les grosbecs consomment également une grande variété de matières végétales : graines de conifères ou d'oseille (Rumex), baies telles que les fraises sauvages. Pendant leur très jeune âge, les oisillons reçoivent principalement des insectes et des graines de genévriers.

Reproduction nidification

Dans l'ouest de l'Himalaya, la saison de nidification se déroule de juin à août. Dans l'est, et plus particulièrement au Népal, les femelles restent en condition de se reproduire jusqu'à la fin août et la prolongation de la période de reproduction jusqu'en septembre est due vraisemblablement aux conditions climatiques locales. Le nid a la forme d'une coupe profonde, il est construit avec des brindilles, des tiges d'herbe et parfois avec de la mousse et des feuilles sèches. L'intérieur est garni avec des morceaux d'écorce. La plupart du temps, il est placé dans des genévriers à environ 2 mètres au-dessus du sol. Cependant, on peut aussi le trouver parfois dans des épicéas ou d'autres grands arbres à une hauteur de près de 20 mètres. La ponte contient habituellement 3 œufs, de couleur gris verdâtre clair avec des taches et des gribouillures noir violacé et quelques petites marques violettes. Les œufs mesurent en moyenne 27 millimètres sur 19. La femelle accomplit le plus gros de la tâche en ce qui concerne la construction du nid, elle reçoit l'aide occasionnelle du mâle. Par contre, les deux partenaires unissent leurs efforts pour l'incubation qui dure aux alentours de 15 à 16 jours. Ils collaborent également pour l'alimentation et le soin des petits. L'envol des jeunes s'effectue environ 20 jours après l'éclosion.

Distribution

Les grosbecs à ailes blanches sont originaires des parties montagneuses du centre du continent asiatique. Leur aire de distribution s'étend du Kazakhstan et du nord de l'Iran jusqu'au centre de la Chine en passant par toute l'étendue de la chaîne himalayenne. Sur ce vaste territoire, 2 sous-espèces sont officiellement reconnues : M.c. speculigerus (nord nord-est de l'Iran, Sud-Turkmenistan, est , nord-ouest et centre-est de l'Afghanistan et Ouest-Pakistan (Baluchistan)) - M.c. carnipes (est sud-est du Kazakhstan (Dzhungarian Alatau et Tien Shan), sud et est de l'Ouzbekistan, Nord-Est-Afghanistan et Tajikistan, ouest, centre et sud de la Chine (Sud-Ouest-Xinjiang, sud de la Mongolie Intérieure, Gansu, Ningxia and Nord-Est-Qinghai Sud et Sud-Est-Xizang, Nord-Ouest-Yunnan, Sud-Sichuan et Sud-Shaanxi), chaîne himalayenne du nord du Pakistan jusqu'à l'est, le nord-est de l'Inde (Arunachal Pradesh) et le nord du Myanmar).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce possède une aire de distribution très vaste (plusieurs centaines de milliers de kilomètres carrés). La population globale n'est pas quantifiée mais elle est considérée comme commune ou assez commune par l'ensemble des observateurs sur la totalité de son territoire. De plus, en l'absence de véritable menace, elle semble stable. L'ensemble des ouvrages qui ont traité cette espèce (Handbook, Birdlife, IUCN) s'accorde pour déclarer qu'elle ne présente aucun souci majeur.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 11/04/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net