Gros-bec masqué

Eophona personata - Japanese Grosbeak

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Fringillidés

  • Genre
    :

    Eophona

  • Espèce
    :

    personata

Descripteur

Temminck Schlegel, 1848

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : 30 à 33 cm.
  • Poids
    : 80 à 99 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Fringillidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (9 à 25 cm de longueur). Leur plumage est extrêmement variable et souvent haut en couleurs. Leur bec court et conique est adapté à une alimentation granivore, mais non exclusive. Ils occupent des milieux souvent dominés par les l... lire la suite

Description identification

Les deux sexes sont presque identiques. La zone qui va du front aux lores, le capuchon, la nuque, la face, le dessous des yeux et le menton forment un superbe masque noir qui constraste avec le bec massif jaune. En plumage frais, le front et le capuchon ont un lustre bleu. L'arrière des joues, les couvertures auriculaires et les côtés du cou affichent un gris très clair qui se se transforme en gris uni sur l'arrière du cou, la partie postérieure de la nuque, le manteau et le dos. Les sus-caudales présentent une teinte gris terne avec occasionnellement une nuance chamois. Sur la queue longue et fourchue, les rectrices centrales sont noir bleuâtre alors que les rectrices les plus externes sont noir uni. Les ailes sont bicolores : la partie haute formée par les tertiaires et les scapulaires ont une couleur chamois-gris alors que la partie basse formée par les petites, les moyennes couvertures, l'alula, les grandes couvertures, les secondaires et les rémiges ont une couleur noire ou sombre. Au niveau des couvertures primaires on peut apercevoir une tache triangulaire blanche qui est particulièrement bien visible lorsque l'aile est fermée. Les parties inférieures ont une dominante grise, excepté les flancs qui sont nuancés de fauve clair ou de brun-gingembre. La partie basse du ventre, la zone anale et les sous-caudales sont entièrement blancs.
Le bec est extêmement massif à la base, pointu à son extrémité. La plupart du temps, il est jaune, mais occasionnellement il peut être plus clair ou brun pâle à la base des 2 mandibules. Les pattes et les pieds varient du jaune au jaune-paille ou au brun rougeâtre.
Chez les juvéniles, le plumage est assez semblable à celui des adultes bien qu'il soit souvent brun-chamois clair et qu'il manque le capuchon noir. Les parties inférieures présentent généralement un gris plus terne. Les scapulaires portent parfois de très discrètes stries. Les ailes sont identiques à celles des adultes mais l'extrémité des grandes couvertures est parfois largement orné de chamois-jaune. La tache blanche sur les primaires est plus discrète. Les tertiaires sont souvent d'un brun chaud.
Les deux sous-espèces sont assez facilement différenciables : par rapport à la race personnata que nous venons de décrire, le race continentale magnirostris est plus pâle, de taille plus grande avec un bec plus gros et une tache alaire blanche plus petite.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Eophona personata personata (n and c Japan)
  • Eophona personata magnirostris (se Siberia, ne China and Korea)

Noms étrangers

  • Japanese Grosbeak,
  • Picogordo japonés,
  • Bico-grossudo-japonês,
  • Maskenkernbeißer,
  • álarcos meggyvágó,
  • Maskerdikbek,
  • Beccogrosso del Giappone,
  • Större maskstenknäck,
  • Gråkjernebiter,
  • glezg čiernohlavý,
  • dlask škraboškový,
  • Maskekernebider,
  • japaninnokkavarpunen,
  • durbec del Japó,
  • Köngulbítur,
  • grubodziób japoński,
  • Japānas dižknābis,
  • japonski dlesk,
  • Большой черноголовый дубонос,
  • イカル,
  • 黑头蜡嘴雀,
  • 桑鳲〔黑頭蠟嘴雀,黃嘴雀〕,

Voix chant et cris

Les gros-becs masqués produisent un "tak tak" bref mais rude lorsqu'ils sont en vol. Le chant consiste en un série de quatre ou cinq notes musicales et sifflantes. La communication du gros-bec masqué est moins puissante que celle du gros-bec migrateur qui vit en Mandchourie et dans l'est de la Chine. Ce dernier présente un chant qui a de grandes parentés avec celui de la linotte (Carduelis cannabina).

Habitat

Comme la plupart des autres gros-becs (genre Myrcebas ou Œphona), les grosbecs masqués sont des oiseaux forestiers : ils fréquentent les boisements mixtes ou les forêts d'arbres à feuilles caduques, plus souvent dans les vallées que dans les zones de collines. On les trouve aussi dans les peuplements et les plantations de bouleaux et de chênes, dans les parcs dont la végétation est bien dense et dans les jardins. Pendant la saison hivernale, compte-tenu de leur mode d'alimentation, ils s'installent fort volontiers en bordure des champs cultivés. Leur présence est également signalée dans des habitats modifiés par l'homme tels que la périphérie de Pékin ou le jardin botanique de Shanghaï.

Comportement traits de caractère

Les gros-becs masqués vivent habituellement en couples ou en petites bandes. Bien que cette impresssion soit souvent trompeuse, ils ont l'air timides et discrets. Ils préfèrent se dissimuler dans le feuillage à l'étage supérieur des arbres où leur présence n'est révélée que par leurs cris et par leurs chants. Ces oiseaux sont tantôt sédentaires, tantôt migrateurs. Les oiseaux de la race nordique quittent les lieux de nidification et se dirigent vers le sud et le sud-ouest à partir du mois de septembre. Leur trajet est variable, certains s'arrêtant dans le sud du Japon, d'autres dans l'archipel des Ryu-Kyu, ou dans le Fukien à l'est de la Chine pour passer l'hiver. Ceux qui migrent le plus au sud atteignent en errant l'île de Taïwan. Les oiseaux de la race magnirostris quittent la Mandchourie de septembre à novembre. Par rapport aux oiseaux de la race précédente, ils peuvent être considérés comme des migrateurs de longue distance car ils se rendent jusqu'en Chine Méridionale (Fukien, Kwanghung, Kweichow et même Szechwan). Ils sont de retour sur leurs terres de nidification en avril et mai.

Alimentation mode et régime

Selon les saisons, les gros-becs masqués ont un régime qui varie considérablement. Pendant la période hivernale, il est dominé par les graines d'arbres feuillus (bouleaux, érables) et par celles de conifères (pins, cèdres). Dans la dernière catégorie, le pin de Corée (Pinus koraiensis) représente une part importante de l'alimentation en automne et en hiver sur les bords du fleuve Amour et dans la Sibérie Orientale. Pendant la période de nidification, les insectes, en particulier les chenilles et les coléoptères, retrouvent une part prédominante dans la diète.

Reproduction nidification

Bien qu'il soit placé bien en évidence sur la branche d'un arbre feuillu, la description du nid représente une information très récente. L'édifice a la forme d'une coupe massive et profonde. Les rebords extérieurs sont construits avec de gros rameaux d'arbres feuillus auxquels s'ajoutent de larges brins d'herbes et des longues tiges de graminées. La coupe intérieure est garnie avec des herbes raffinées. La ponte comprend généralement 4 œufs de couleur blanche avec des taches arrondies et de longues vermiculures noires surtout sur la partie la plus large de la coquille. Des sous-motifs plus clairs ornent également l'œuf. Ce dernier ressemble davantage à un œuf de bruant qu'à un œuf de fringille. La durée d'incubation et le soin parental sont pour l'instant inconnus.

Distribution

Les gros-becs masqués sont originaires du nord-ouest du continent asiatique. Leur aire de distribution s'étend du Japon (Hokkaïdo) et de la Sibérie Orientale jusqu'au sud de la Chine, jusqu'à Shanghaï et jusqu'à l'île de Taïwan. Sur ce territoire assez vaste (1 030 000 kilomètres carrés), on reconnaît officiellement 2 sous-espèces : E.p. personnata, la race nominale (niche à Hokkaïdo, Honshu, Shikoku, Kuy Shu, hiverne dans le sud de la Chine ). E.p. magnirostris (niche dans l'extrême est sibérien, les pays de l'Amour et de l'Oussouri, Sakhaline, le nord-est de la Chine, hiverne dans le sud de la Chine, du Guizhou en direction de l'est jusqu'au Fujian).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Sa densité est assez variable. Selon les régions, il peut être commun ou localement commun. Dans certains lieux, le gros-bec masqué peut même être abondant. Sur son territoire à peine supérieur à 1 million de kilomètres carrés, le nombre d'adultes n'a pu être recensé. D'après Birdlife et l'IUCN, cette espèce ne présente aucune préoccupation majeure.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 18/04/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net