Guêpier à gorge rouge

Merops bulocki - Red-throated Bee-eater

Systématique
  • Ordre
    :

    Coraciiformes

  • Famille
    :

    Méropidés

  • Genre
    :

    Merops

  • Espèce
    :

    bulocki

Descripteur

Vieillot, 1817

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 20 à 30 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez les adultes, les parties supérieures sont vertes, avec du chamois foncé sur l'arrière du cou et le haut du manteau. Les secondaires sont terminées de noir. Les tertiaires sont décolorées et souvent teintées de bleu terne. Les rectrices centrales sont vertes, les rectrices externes sont chamois bronzé avec une extrémité et un bord verts.
Il y a un large trait oculaire noir qui couvre les lores, les parotiques et les joues. La gorge est écarlate, rarement jaune. Chez de nombreux oiseaux, on peut apercevoir une fine ligne verte entre le masque noir et la gorge rouge. Les parties inférieures, c'est à dire la poitrine, les flancs et le ventre sont chamois-brun clair. Les cuisses, le bas du ventre et les couvertures sous-caudales sont bleu-outremer foncé. Le dessous des ailes est chamois pâle. Le dessous de la queue est ardoisé ou cannelle selon qu'elle est fermée ou déployée.
Le bec est noir et le menton rose. Les iris affichent une couleur brun foncé. Les pattes sont gris foncé.
Les juvéniles ressemblent aux adultes, mais le rouge de la gorge et le bleu du bas-ventre sont beaucoup moins intenses. La ligne verte sous le masque est plus large et toujours présente. La race frenatus se distingue de la nominale en ayant un front et un masque bleus.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Merops bulocki bulocki (Senegal and Gambia to Central African Republic)
  • Merops bulocki frenatus (s Sudan and w Ethiopia to ne DRCongo and n Uganda)

Noms étrangers

  • Red-throated Bee-eater,
  • Abejaruco Gorgirrojo,
  • Abelharuco-verde-e-vermelho,
  • Rotkehlspint,
  • vöröstorkú gyurgyalag,
  • Roodkeelbijeneter,
  • Gruccione golarossa,
  • Rödstrupig biätare,
  • Rødstrupebieter,
  • včelárik zelenočelý,
  • vlha zelenočelá,
  • Rødstrubet Biæder,
  • rotkomehiläissyöjä,
  • abellerol gola-roig,
  • żołna czerwonogardła,
  • Красногорлая щурка,
  • アカノドハチクイ,
  • 赤喉蜂虎,
  • 赤喉蜂虎,

Voix chant et cris

Perché ou en vol, le guêpier à gorge rouge émet un "ouip" ou un "ouit" qui est plus perçant et plus fort lorsque l'oiseau est angoissé. La cérémonie de salutation est accompagnée d'un trille "trrr-trrr-trrr-trr-teu" ou "titi peu peu pirri pirri pirri prrrp teu teu". Le cri d'excitation ou d'alarme est une sorte de jacassement "tiiiiii icicicic". Le cri pour avertir de la présence d'un rapace ou d'un prédateur est "prrr'ng" bref. Le répertoire comprend encore 8 ou 9 autres cris.

Habitat

Les Guêpiers à gorge rouge fréquentent les savanes buissonneuses qui sont découpées par de petits cours d'eau boisés ou par des ruisseaux temporaires. Ils ne s'éloignent jamais très loin des berges sablonneuses ou des petits ravins qui leur tiennent lieu de sites de nidification. Ils apprécient également les jardins et les terres cultivées pourvues d'arbres, les lisières des zones boisées à proximité des champs et des marais, les paysages de parcs et les bordures des forêts-galeries. On les trouve aussi parfois dans les broussailles sèches de Combretum dont l'aspect rappelle un peu les saules et dans les prairies sur-pâturées. Pour nicher, ils utilisent des petites falaises de latérite dont la hauteur ne dépasse pas les 5 mètres. Les Guêpiers à gorge rouge sont généralement des oiseaux de plaine et de régions basses, ils ne vivent au-dessus de 1 000 mètres qu'au centre du Nigéria et dans l'ouest de l'Éthiopie.

Comportement traits de caractère

Les Guêpiers à gorge rouge ont une vie sociale assez complexe, ils sont grégaires pendant toutes les saisons. Les colonies peuvent compter jusqu'à 50 nids, mais il peut y avoir jusqu'à 100 trous sur 2 mètres carrés en comptant les ébauches et les nids des années précédentes qui ne sont plus occupés. La densité des nids est à l'origine de disputes presque perpétuelles entre voisins. Les femelles tentent de pondre le plus d'œufs possible dans les nids proches des leurs. Les titulaires tentent de leur en interdire l'accès en adoptant une attitude agressive, avançant la tête, ouvrant largement le bec, en hérissant les plumes du manteau et en criant vivement. Deux oiseaux peuvent s'accrocher en vol, se faire chuter et poursuivre le combat à terre pendant encore quelques minutes.
Quand 2 oiseaux qui se connaissent et qui s'estiment se rencontrent, ils entament des séries de salutations bruyantes qui sont accompagnées de plumes hérissées et agitées de palpitations. Certains groupes paradent ensemble puis se blottissent les uns contre les autres, la tête rentrée dans les épaules. Les parades nuptiales comportent des discrets hochements de tête et des offrandes rituelles de nourriture. Après l'envol, certains jeunes demeurent avec les parents. Pendant six semaines ils apprennent alors les différentes techniques de chasse et la préparation des proies.
L'unité de reproduction, c'est à dire le couple nicheur plus les assistants nouent des liens privilégiés avec 2 ou 3 autres unités de la colonie. Ce véritable clan utilise pour ses besoins un espace réservé qu'il interdit aux autres clans. En fin d'après-midi, chacun revient à la colonie pour dormir dans son nid respectif et le lendemain matin, ils se réunissent et partent en groupe pour chasser dans leur domaine. Ces clans sont assez stables, seules la mortalité et la copulation avec des sujets étrangers viennent en modifier la composition.
Les Guêpiers à gorge rouge se perchent à 3 mètres au-dessus du sol et chassent une trentaine de fois par heure. La poursuite des insectes est brève et le retour au perchoir est rapide. L'immobilisation et l'enlèvement du système venimeux par friction dure de 5 à 10 secondes. Chaque jour, les guêpiers rejettent 3 à 8 pelotes ovales, noirâtres et lisses. Certains oiseaux ne chassent pas, ils restent à la colonie et pratiquent le kleptoparasitisme, harcelant les chasseurs qui rentrent et les obligeant à lâcher leur proie dont ils s'emparent avec empressement. Entre les périodes de chasse, ces oiseaux apprécient beaucoup les bains de soleil qu'ils alternent avec les lissage de plumes. Ils se baignent aussi en effleurant la surface de l'eau, ce qui a induit parfois à de mauvaises interprétations, certains observateurs pensant qu'ils pêchaient des poissons.
Les Guêpiers à gorge rouge sont strictement sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les Guêpiers à gorge rouge consomment surtout des insectes volants qu'ils chassent à l'affût à partir de petits arbres. Au Nigeria, ils mangent surtout des abeilles (apis), mais leur proportion dans le menu est très variable, allant de 5% en juillet-août jusqu'à 45% pendant la période de mars à juin. Au printemps, les abeilles sans dard sont capturées en abondance, le reste de la diète est formé de fourmis ailées, d'un grand nombre d'hyménoptères, de coléoptères, de punaises, de mouches, de libellules, de divers papillons, de termites et de sauterelles. Les insectes qui sont rapportés au nid pour nourrir les oisillons ont tendance à être plus gros, pesant parfois non loin d'un gramme. Ce sont des cigales, des criquets, des sphinx, des rhopalocères et des grosses guêpes.

Reproduction nidification

Les tunnels sont creusés en septembre, juste avant que la terre ne se dessèche et ne se durcisse. Les œufs sont pondus en février-mars. Les Guêpiers à gorge rouge nichent en colonies de 5 à 50 nids dont les trous d'entrées ne sont souvent distants que de 20 centimètres les uns des autres. Les nids sont placés dans la partie supérieure d'une paroi verticale de falaise ou dans un remblai abrupt de route, quelque soit la hauteur de ceux-ci. Les nombreuses cavités qui criblent ces surfaces ne sont pas toutes utilisées. Les galeries mesurent environ 80 cm et sont légèrement inclinées sur leurs 2/3.
Les unités reproductrices sont composées de couples, de trios, de quatuors ou même parfois de groupes plus nombreux, si bien qu'il peut y avoir 1, 2 ou plusieurs assistants. Les assistants sont généralement des jeunes mâles issus des couvées de la saison précédente. Certains sont des mâles ou des femelles qui ont échoué dans leur tentative de reproduction et qui ont un lien de parenté avec le couple nicheur. 2 à 4 nichées forment un clan.
La ponte qui comprend de 1 à 5 œufs est déposée dans une chambre qui mesure 10 cm de hauteur, 20 cm de longueur et 15 cm de largeur. Le second œuf est déposé 24 heures après le premier et le troisième 1 ou 2 jours après le deuxième. L'incubation dure 19 à 21 jours et commence dès le premier ou le second œuf. L'éclosion des œufs n'est pas simultanée. Les jeunes oisillons restent au nid pendant environ 4 semaines. Les guêpiers procèdent à la visite des tunnels du même clan. Chaque mâle exerce une grande surveillance pour tenter d'empêcher les accouplements hors-couple. Malgré leur grande vigilance, ceux-ci surviennent malgré tout. Il arrive donc assez souvent que les couples couvent des œufs qui ne sont pas les leurs.

Distribution

Les Guêpiers à gorge rouge sont originaires du continent africain, au dessous du Sahara mais au-dessus de la ligne de l'Équateur. Leur aire de distribution forme une fine bande qui part du Sénégal et de la Mauritanie et qui aboutit jusqu'en Éthiopie. Deux sous-espèces sont officiellement reconnues : M. b. bullocki la race nominale (du Sénégal jusqu'à la République centrafricaine) - M. b. frenatus (ouest de l'Éthiopie, sud du Soudan, nord-est du Zaïre et nord-ouest de l'Ouganda). Une variante pourvue d'une gorge jaune est parfois proposée sous l'appellation de M. b. boleslavskii, mais cette race est considérée comme non-valide.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce n'est pas globalement menacée. Dans de nombreux endroits, elle est commune, du moins localement Au Nigeria, il y a 260 couples nicheurs tous les 25 kilomètres carrés ou 21 oiseaux par kilomètre carré. Dans une réserve protégée, la densité peut varier 25 à 50 oiseaux, dans les vallées arrosées par des importants cours d'eau, elle peut atteindre jusqu'à 90 oiseaux par kilomètre carré. La population n'est pas quantifiée de façon très précise mais d'après certaines extrapolations, les effectifs sont estimés à 1 700 000 individus. Cet oiseau est présent dans de nombreux parcs nationaux au Sénégal, en Côte d'Ivoire, au Cameroun, au Soudan et en Ouganda.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/09/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net