Guillemot de Troïl

Uria aalge - Common Murre

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Uria aalge

((Pontoppidan, 1763))


Ordre : Charadriiformes

Famille : Alcidés  ;

Genre : Uria

Espèce : aalge

Sous-espèces : 5 [+] [-]
Uria aalge aalge(n coasts)
Uria aalge hyperborea(n Norway to Svalbard and nw Russia)
Uria aalge albionis(British Isles to w Iberian Pen.)
Uria aalge inornata(e Korea, Japan through the Bering Sea to w Alaska and sw Canada)
Uria aalge californica(n Washington to California. USA.)

Chant :

Biométrie :

Taille : 43 cm
Envergure : 64 à 71 cm.
Poids : 850 à 1130 g

Longévité : 32 ans

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : alkoun úzkozobý (cs), Lomvie (da), Trottellumme (de), Common Murre (en), Arao Común (es), etelänkiisla (fi), lumma (hu), Uria comune (it), ウミガラス (ja), Lomvi (nb), Zeekoet (nl), nurzyk (zwyczajny) (pl), Airo (pt), Тонкоклювая кайра (ru), norec tenkozobý (sk), Sillgrissla (sv), 崖海鸦 (zh)

Identification :
Guillemot de Troïl Alcidé septentrional commun dans l'Atlantique Nord. Population nicheuse relictuelle en France. Description de l'oiseau posé en hiver : joues (avec sourcil noir) et dessous blancs, calotte et masque noirs sur les yeux, ailes noires avec une barre alaire blanche, dos et croupion noirs, bec noir long et pointu. En été : les joues et la gorge sont noirs. Confusion possible avec le pingouin torda : ce dernier est plus rondelet, son bec est assez court et épais avec une collerette blanche. Le guillemot de Troïl est le plus grand des 3 alcidés se reproduisant sur les côtes françaises. Limite sud d'aire de répartition : le Portugal.

Chant : Très bruyant dans les colonies. Cris assez graves rappelant des croassements.

Habitat : Le guillemot de Troïl Guillemot de Troïl est un oiseau pélagique septentrional. Son cycle biologique se déroule majoritairement en haute mer. Seule la reproduction le contraint à se rendre sur la terre ferme. Niche sur les corniches rocheuses des côtes continentales et insulaires : Grande-Bretagne, Islande, Scandinavie, France... Hiverne notamment en Manche et dans le golfe de Gascogne.

Comportements : Comme les autres alcidés, le guillemot de Troïl est grégaire. En hiver, il forme des troupes importantes qui sillonnent la haute mer en quête de nourriture. Pour pêcher, les bandes de guillemots plongent allègrement en quête de bancs de poissons. Hors en cas de marée noire ou de dégazage, ce type de gagnage lui est fatal : l'oiseau plonge sans s'en rendre compte dans des nappes de pétrole ou autres hydrocarbures résiduels. Il pêche généralement dans les eaux de surface mais on l'a trouvé noyé dans des filets à environ 150 m de profondeur !

Vol : Le vol du guillemot est marqué de rapides battements d'ailes et par une trajectoire rectiligne souvent au ras de l'eau.

Nidification : Il niche généralement en très vastes colonies sur les corniches rocheuses des côtes continentales ou insulaires. L'unique œuf de l'unique ponte est déposé à même la roche. L'œuf est conique afin d'éviter un roulé-boulé dans la mer en contrebas. La couvaison est assurée alternativement par les 2 partenaires pendant 28 à 34 jours. L'envol des jeunes intervient Guillemot de Troïl au bout de 7 à 10 semaines.

Régime : Le guillemot de Troïl consomme presque exclusivement des poissons (hareng, morue, merlan, maquereau...). Il pêche en plongeant en groupes dans les bancs de poissons. Il ne peut transporter qu'un poisson à la fois dans son bec à l'opposé du pingouin torda et du macareux moine. Il se nourrit occasionnellement de crustacés.

Protection / Menaces : Espèce nicheuse en danger en France (population relictuelle d'environ 250 couples en Bretagne en déclin, diminution de 20 à 50 % depuis les années 1970). Parmi les facteurs explicatifs on compte par ordre d'importance décroissant : les captures accidentelles dans les filets maillants (les oiseaux meurent noyés), les pollutions aux hydrocarbures (dégazages et marées noires) et la forte prédation par les corvidés. Statut cependant non-défavorable en Europe. Plus de 2 millions de couples en Europe.

Sources :

 

Autres liens :
D'après Buffon : LE GUILLEMOT.
Iucn
Birdlife
Avibase
Hbw Alive


Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl


Fiche créée le 13/01/2004 par Alexandre KNOCHEL


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 30/08/2014 04:34:59 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Le guide Ornitho : Le guide le plus complet des oiseaux d'Europe, d'Afrique du Nord et du Moyen-Orient : 900 espèces

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl

Guillemot de Troïl