Hirondelle à collier

Riparia cincta - Banded Martin

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Hirundinidés

  • Genre
    :

    Riparia

  • Espèce
    :

    cincta

Descripteur

Boddaert, 1783

Biométrie
  • Taille
    : 17 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 20 à 23 g
Distribution

Distribution

Description identification

C'est la plus grande hirondelle du genre Riparia. Les parties supérieures sont brun-terre, plus foncées sur la tête mais plus claires sur le croupion et les couvertures sus-caudales. Les plumes du manteau, du dos, du croupion et des sus-caudales on des liserés plus pâles. On peut apercevoir une large rayure blanche qui va de la base du bec noir jusqu'au dessus de l'œil. Les lores et les sourcils sont noirs. Les couvertures auriculaires sont brunes.
Les parties inférieures sont blanches, hormis une large bande pectorale brune. Les cuisses sont brunes contrastant avec les sous-caudales qui sont blanches. Les axillaires et les sous-alaires sont blanches, ces dernières avec quelques petites taches le long du bord de l'aile, donnant une apparence mouchetée. Les primaires, les secondaires et les couvertures alaires sont brun foncé. Le bord de l'aile en dessous du joint carpial est blanc. La queue est brun sombre, les rectrices extérieures étant bordées par une très fine ligne blanc et les autres étant liserées de chamois. Le bout de la queue est carré avec des coins arrondis. Les yeux sont bruns, les pattes et les pieds sont noirâtres.
Les 2 sexes sont identiques. Les juvéniles sont assez semblables aux adultes, mais ils ont une bande pectorale plus pâle. Les plumes du capuchon ont des liserés brun-roux. Celles des scapulaires, du manteau et du dos ont des pointes rousses alors que celles des couvertures alaires et des secondaires ont des extrémités roux doré, donnant un aspect moucheté aux parties supérieures. Les plumes du croupion et des sus-caudales ont des pointes couleur crème.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Riparia cincta erlangeri (Ethiopia)
  • Riparia cincta suahelica (s Sudan and w Kenya to n Zimbabwe and w Mozambique)
  • Riparia cincta parvula (n Angola, sw DRCongo and nw Zambia)
  • Riparia cincta xerica (w and s Angola, n Namibia and n Botswana)
  • Riparia cincta cincta (se Botswana, s Zimbabwe and South Africa)

Noms étrangers

  • Banded Martin,
  • Avión Cinchado,
  • Andorinha-das-barreiras-de-colar,
  • Weißbrauen-Uferschwalbe,
  • szalagos partifecske,
  • Witbrauwzwaluw,
  • Topino fasciato,
  • Större backsvala,
  • Hvitbrynsandsvale,
  • brehuľa goliernatá,
  • břehule africká,
  • Stor Digesvale,
  • isotörmäpääsky,
  • Gebande Oewerswael,
  • oreneta de ribera de collar,
  • Barðsvala,
  • brzegówka obrożna,
  • lielā čurkste,
  • afriška breguljka,
  • Белобровая береговая ласточка,
  • マユジロショウドウツバメ,
  • 斑沙燕,
  • 斑沙燕,

Voix chant et cris

Les cris répertoriés sont de 2 sortes : un bavardage puissant et un "chuk" bref. Le chant est un gazouillement strident qui porte à faible distance et se termine parfois par un trille.

Habitat

Les hirondelles à collier sont généralement observées dans des contrées ouvertes telles que les prairies, les terres cultivées et les savanes légèrement boisées. On les trouve habituellement mais pas de façon systématique à proximité de points d'eau, en particulier près de rivières dont les berges présentent des conditions très favorables pour la nidification. La race parvula réside généralement dans les plaines herbeuses, la race serica, dans des contrées plus arides comme les plaines sableuses du Kalahari. La race suahelica vit habituellement dans les montagnes et les étendues herbeuses jusqu'à 3 000 mètres d'alltitude.

Comportement traits de caractère

Comparé aux autres membres du genre riparia, les hirondelles à collier ne sont pas particulièrement sociables. En effet, ces oiseaux peuvent être aperçus en solitaire, en couples ou en petites bandes qui ne dépassent pas quelques individus. Cependant, pendant la migration, ils forment des rassemblements qui contiennent parfois des dizaines ou des centaines d'oiseaux.
Ils se déplacent à basse altitude au-dessus des pâtures et des prairies d'un vol lent et erratique composé parfois de glissades. Ils se perchent bien vue sur les branches nues ou sur des poteaux électriques.
Les hirondelles à collier ne nichent pas en colonies comme les hirondelles de rivages ou les autres membres du genre Riparia. Elles se reproduisent en couples isolés ou en petit groupes lâches.
Les différentes races semblent migrer vers le nord et vers le sud avec l'apparition des pluies. Celles dont les sites de nidification sont les plus éloignés de l'équateur migrent le plus au nord en dehors de la saison de nidification. Les populations qui nichent dans les montagnes entreprennent également des mouvements altitudinaux, c'est à dire qu'elles descendent dans les vallées en hiver.

Alimentation mode et régime

Les hirondelles à collier se nourrissent de mouches et d'autres catégories de gros insectes comme les coléoptères. Ils capturent également des insectes sur les fleurs des prairies herbeuses.

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule généralement pendant la période des pluies, bien qu'en Zambie et au Kasaï la majeure partie de la reproduction intervienne juste avant les précipitations. En Afrique du Sud, elle a lieu d'août à octobre dans le sud de la province du Cap et de novembre à mars dans les autres régions. Plus au nord, la reproduction se déroule de septembre à février au Zimbabwe, d'août à janvier en Zambie et de février à novembre en Afrique Orientale. Elle a lieu d'août à novembre au Zaïre et de mai à août en Ethiopie.
Les tunnels sont généralement creusés dans des berges sableuses ou dans des monticules de terre, mais les nids abandonnés de martins-pêcheurs ou les terriers d'étourneaux sont également parfois utilisés. Le tunnel mesure entre 60 et 90 centimètres de profondeur et se termine par une chambre de ponte dans laquelle est installé un nid rudimentaire construit avec de la paille, des herbes, des petites racines et quelques plumes. Les plumes sont disposées de telle façon que leurs extrémités se recourbent et couvrent la ponte.
Les œufs sont de couleur blanche, mesurent 22 millimètres sur 15 et pèsent à peine 3 grammes. La ponte contient 3 ou 4 œufs en Afrique du Sud, 3 à 5 œufs en Afrique Orientale et de 2 à 4 œufs au Zaïre. La durée d'incubation et du séjour des jeunes au nid ne sont pas connus. Comme pour les hirondelles de rivage, les deux parents partagent toutes les tâches, le forage du tunnel, la construction du nid, la couvaison et le nourrissage des jeunes.

Distribution

Les hirondelles à collier sont originaire d'Afrique. Leur aire couvre une grande majorité du continent au sud du Sahara. On ne possède pas de preuves formelles qui certifient qu'elles nichent en Afrique Occidentale, mais quelques indices suggèrent qu'elles sont présentes au Nigéria. La race nominale cincta niche en Afrique Australe, du Zimbabwe et du Natal jusqu'à la province du Cap, mais pas dans la partie sèche et occidentale de l'aire. Elle est remplacée dans les régions les plus arides par la race serica dont le territoire s'étend au Kalahari, au nord du Botswana, de la Namibie à l'Angola ainsi que dans l'ouest de la Zambie. La race parvula se reproduit au Zaïre, au Cameroun et dans le nord de la Zambie. La race suahelica occupe une grande majorité de la Zambie et l'Afrique Orientale. La race erlangeri vie en Ethiopie et probablement le long du cours supérieur du Nil blanc.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les hirondelles à collier ont une distribution locale en Afrique Australe et Orientale. En Ethiopie, la race erlangeri vit surtout dans les parties occidentales et orientales de la vallée du rift, un peu moins ailleurs. La race parvula est également assez rare. Ces hirondelles nichent principalement dans des sites naturels, si bien qu'elles ne bénéficient pas de la prolifération des carrières et d'autres sites artificiels de ce type. Compte-tenu de sa vaste aire de distribution, l'espèce est classée comme de préoccupation moindre.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 26/07/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net