Hirondelle à tête blanche

Psalidoprocne albiceps - White-headed Saw-wing

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Hirundinidés

  • Genre
    :

    Psalidoprocne

  • Espèce
    :

    albiceps

Descripteur

Sclater, PL, 1864

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 11 à 12 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le mâle affiche un plumage entièrement noir brunâtre foncé avec des reflets vert huileux. Cependant, le capuchon, le front, les côtés de la tête, le menton et la gorge forment un bel ensemble blanc qui contraste fortement avec le reste du corps. Une ligne noire se développe de la base du bec jusqu'à l'arrière de la tête. Les couverture auriculaires sont brun foncé. Le dessous des ailes et les axillaires sont brun cendré. Les ailes et la queue modérément fourchue présentent une teinte brun-noir. Le bec et les yeux sont noirs, les pattes et les pieds brun sombre.
Le mâle et la femelle sont semblables. De petites différences sont toutefois visibles : chez la femelle, les rectrices externes sont plus courtes, seule la gorge est blanche et elle est parfois infiltrée de brun. Il y a quelques plumes blanches sur le dessus brun de la tête. De plus, le mâle se distingue de sa partenaire par une denture au niveau des filets extérieures de la première primaire.
Les juvéniles sont presque entièrement brun-noir. Ils ont cependant une gorge brun cendré. Quelques plumes blanches apparaissent de façon irrégulière sur le sommet de la tête. La queue est nettement moins fourchue que chez les parents.
La race suffusa se distingue de la race nominale par la couleur plus sombre du plumage. Le dessous des ailes et les axillaires sont gris-brun crèmeux et non pas bruns. Les couvertures auriculaires sont grises. La gorge est grise et la partie blanche du capuchon est moins développée.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Psalidoprocne albiceps albiceps (se Sudan and Uganda to n Zambia and n Malawi)
  • Psalidoprocne albiceps suffusa (n Angola)

Noms étrangers

  • White-headed Saw-wing,
  • Golondrina Cabeciblanca,
  • Andorinha-de-cabeça-branca,
  • Weißkopfschwalbe,
  • fehérszárnyú fűrészfecske,
  • Witkopkamzwaluw,
  • Rondine serrata testabianca,
  • Vithuvad kamvingesvala,
  • Hvithodesagsvale,
  • lastovička bielohlavá,
  • vlaštovka bělohlavá,
  • Hvidhovedet Skovsvale,
  • valkopäänokipääsky,
  • Witkopsaagvlerkswael,
  • oreneta capblanca,
  • żałobniczka białogłowa,
  • Белоголовая африканская ласточка,
  • シロガシラクロツバメ,
  • 白头锯翅燕,
  • 白頭凹翅燕,

Voix chant et cris

Hirondelle à tête blanche
adulte nuptial

Le cri de cette hirondelle est un gazouillement faible, mais la plupart du temps, elle est assez silencieuse.

Habitat

L'hirondelle à tête blanche préfère généralement les habitats boisés aux zones ouvertes. Elle apprécie particulièrement les savanes arborées, les bois, les zones de broussailles et les forêts situés dans les régions montagneuses. Cet oiseau recherche sa nourriture dans les clairières à la lisière des zones boisées ou au-dessus des buissons et des terres cultivées. Il y a des variantes régionales :
En Zambie, on le trouve dans les parcelles de miombo, mais également dans les galeries qui longent les cours d'eau et dans les forêts humides de montagne pourvues de feuilles permanentes jusqu'à 2 000 mètres d'altitude.
Au Malawi, on peut l'observer principalement entre 1 200 et 1 500 mètres, occupant des forêts denses à feuilles permanentes et remplaçant l'hirondelle du Ruwenzori (Psalidoprocne holomelana) dans les peuplements de Brachystegia.
En Afrique Orientale, cette hirondelle marque une nette préférence pour les clairières et les ouvertures, les terres agricoles et les prairies embuissonnées. Au Zaïre, sa préférence va aux contrées boisées mais ouvertes et aux lisières de forêts. Dans ce pays, leur habitat inclut également les forêt de montagne jusqu'à 2 300 mètres. La race suffusa habitait à l'origine les forêts ouvertes et les clairières aux alentours de 1 400 mètres.

Comportement traits de caractère

L'hirondelle à tête blanche a un vol lent et hésitant. Quand elle chasse, elle vole à faible hauteur au-dessus des buissons et des prairies. Elle se perche également fréquemment. C'est une espèce très grégaire et elle niche en colonies qui peuvent accueillir de nombreux couples. Pendant la période nuptiale, la femelle est poursuivie avec insistance par le mâle, ce qui suggère que ce dernier entreprend une surveillance vigilante de sa partenaire.
Les mouvements de cette espèce ne sont pas bien connus et expliqués. Dans la majorité de leur aire, elle semble partiellement migrante, certains oiseaux étant repérés en dehors de leur territoire de nidification. Au Malawi et en Zambie, dans la partie la plus méridionale, ces hirondelles migrent légèrement vers le Nord dans la province de Lapuala où elles restent d'octobre à avril et parfois même de septembre à mai

Alimentation mode et régime

Le régime de cet oiseau n'est pas très bien connu. On suppose qu'à l'instar de ses autres congénères, il est majoritairement insectivore. En effet, on a retrouvé des fourmis volantes dans son estomac. D'autres rapports signalent également la présence de petits coléoptères dans sa diète. Les hirondelles à tête blanche se nourrissent en petit groupes.

Reproduction nidification

En Zambie, les hirondelles à tête blanche nichent en janvier et en décembre, mais des femelles en état de se reproduire ont également été trouvées en octobre et en novembre. En Afrique Orientale, plus précisément en Ouganda, ces oiseaux ne nichent pratiquement que pendant la saison des pluies, c'est à dire en juin et en octobre.
Les hirondelles creusent un tunnel d'environ 60 centimètres de longueur dans une berge verticale de rivière, dans un talus de route, dans une carrière de gravier, une ballastière ou un site de ce genre. Un coussinet composé de lichens, d'herbes et de plumes est placé au fond du tunnel, à l'endroit où la ponte doit être déposée. Le tunnel est légèrement incliné vers le haut.
La nichée comprend habituellement entre 2 et 4 œufs qui sont de couleur blanche et mesurent environ 19 millimètres sur 13. Les deux partenaires unissent leurs efforts pour couver mais la femelle est plus active que le mâle. Elle prend des relais de 25 à 30 minutes tandis que son compagnon ne reste pas plus de 15 minutes sur les œufs. La durée d'incubation et du séjour des jeunes au nid ne sont pas connus.

Distribution

L'hirondelle à tête blanche est originaire du continent africain. Son aire de distribution est divisée en 2 parties nettement disjointes : la première partie, orientale, s'étend à partir du cours supérieur du Nil Blanc jusqu'en Zambie en passant par l'est du Zaïre, l'Ouganda, l'ouest du Kenya, la Tanzanie, le Rwanda-Burundi et le nord du Malawi. La seconde partie, occidentale, couvre le nord de l'Angola, à la limite du Congo et du Zaïre. On reconnaît officiellement 2 sous-espèces qui correspondent parfaitement à la division de l'aire de répartition. La race nominale albiceps vit en Afrique Orientale, la race suffusa vit en Angola.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Cette espèce est généralement très clairsemée ou très locale. Elle est rare au Malawi, au Kenya et en Tanzanie. Par contre, elle semble plus répandue dans la région du lac Victoria, dans le nord-ouest de la Tanzanie et en Ouganda. L'hirondelle à tête blanche utilise presque exclusivement des sites naturels pour nicher et sa densité dépend en grande partie de leur disponibilité. D'après Birdlife, la taille de leur territoire est à peine supérieure à un million de kilomètres carrés. L'espèce est classée comme de préoccupation mineure.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 08/01/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net