Hirondelle d'Éthiopie

Hirundo aethiopica - Ethiopian Swallow

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Hirundinidés

  • Genre
    :

    Hirundo

  • Espèce
    :

    aethiopica

Descripteur

Blanford, 1869

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 10.5 à 15 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les hirondelles d'Ethiopie sont de petits oiseaux. La totalité des parties supérieures, du capuchon jusqu'aux sous-caudales, y compris les scapulaires, sont bleu brillant, mais parfois avec des reflets métalliques verdâtres. Le front et l'avant du capuchon sont châtain-roux foncé. Les lores sont noir fuligineux, les couvertures auriculaires sont noirâtres avec un lustre bleu. Le menton, la gorge et le haut de la poitrine sont chamois-blanc, le reste des parties inférieures est blanc pur. On peut apercevoir une bande pectorale incomplète constituée par des petits croissants bleus qui sont placés sur les côtés de la poitrine mais qui ne se rejoignent pas. Les sous-caudales, les sous-alaires et les axillaires sont blanches. Les sous-caudales ont des stries longitudinales sombres. Les ailes sont noires avec un léger lustre bleu métallique, très prononcé sur les petites et les moyennes couvertures et sur les tertiaires. La queue est bleu métallique irisé. Les rectrices, hormis la paire centrale, ont de petites taches blanches sur les filets intérieurs. La queue est fortement fourchue, les rectrices extérieures étant très allongées avec des pointes noires.
Les yeux sont noir brunâtre. Le bec, les pattes et les pieds sont noirs. Les sexes sont identiques.
Les juvéniles sont plus ternes que les adultes, avec un capuchon brun. Les plumes des parties supérieures sont brun noirâtre avec des bordures bleu métallique et violettes. La poitrine est tachée de brun. le châtain-roux sur le front est absent.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Hirundo aethiopica aethiopica (Senegal and Gambia to w Ethiopia, se Kenya and ne Tanzania)
  • Hirundo aethiopica amadoni (e Ethiopia, Somalia and ne Kenya)

Noms étrangers

  • Ethiopian Swallow,
  • Golondrina Etiópica,
  • Andorinha da Etiópia,
  • Fahlkehlschwalbe,
  • nílusi fecske,
  • Ethiopische Zwaluw,
  • Rondine d'Etiopia,
  • Etiopisk svala,
  • Savannesvale,
  • lastovička červenočelá,
  • vlaštovka středoafrická,
  • Etiopersvale,
  • etiopianhaarapääsky,
  • oreneta d'Etiòpia,
  • Bliksvala,
  • jaskółka rudoczelna,
  • Etiopijas bezdelīga,
  • etiopska lastovka,
  • Эфиопская (настоящая) ласточка,
  • エチオピアノドジロツバメ,
  • 红额燕,
  • 紅額燕,

Voix chant et cris

Le chant est un gazouillement bas et faible. Il est souvent considéré comme doux, mélodieux, varié et plus puissant que celui de l'hirondelle de cheminée. Il est généralement émis à partir d'un perchoir, mais parfois aussi en vol. Les autres cris sont des "a'chi'" ou des "cheep" répétés. Le cri d'alarme est un "preut" modéré.

Habitat

Les hirondelles d'Ethiopie nichent dans les savanes, dans les régions où se mêlent herbes et buissons, dans les prairies montagneuses, les zones boisées ouvertes ainsi que dans les contrées semi-arides. Elles fréquentent des altitudes très variées, du niveau de la mer jusqu'à 3 000 mètres. Bien que cette espèce préfère les habitats ouverts, il lui arrive de pénétrer dans les forêts où l'on trouve de vastes clairières, dans le sud-ouest du Nigéria. Elle vit à proximité ou à l'intérieur des villes et des villages. En Afrique Orientale, elle s'approche souvent du littoral.

Comportement traits de caractère

Le vol est rapide et comprend de nombreuses trajectoires circulaires, des embardées, et des plongeons. Les hirondelles d'Ethiopie se perchent souvent sur les branches, sur les fils électriques et sur les chevrons. On peut les apercevoir en couples, en groupes familiaux ou en bandes qui peuvent contenir de 80 à 100 individus. La parade nuptiale peut être décrite comme il suit : les deux membres du couple sont assis côte à côte, le mâle chantant et la femelle gazouillant. Chaque 2 ou 3 minutes, ils font le tour du site de nidification et reviennent au même perchoir. Le mâle suivi peu de temps après par la femelle effectue une série de vols brefs, pratiquant le vol stationnaire non loin de l'emplacement qui a été choisi pour nidifier. Ensuite, le mâle pousse un cri strident, vole vers sa partenaire et fait du surplace au-dessus d'elle. Les chants commencent bien avant la construction du nid.
Les hirondelles d'Ethiopie nichent en couples isolés ou en groupes lâches selon la disponibilité des sites de nidification. Les bâtiments sont souvent utilisés comme lieu de repos. Les juvéniles se reposent dans les nids pendant la période hivernale. Les couples restent à proximité des lieux de reproduction pendant tout l'année.
Bien qu'ils effectuent parfois de courts mouvements après la reproduction, ces oiseaux sont considérés comme sédentaires.

Alimentation mode et régime

Le menu est composé d'une grande variété d'insectes qui sont pourchassés et capturés dans les airs. Ces hirondelles se désaltèrent en volant, en rasant la surface de l'eau.

Reproduction nidification

En Afrique Occidentale, la saison de nidification se déroule de mars à août. En Ethiopie, elle a lieu d'avril à décembre. En Afrique de l'Est, elle intervient pendant les pluies, c'est à dire de mars à juin et en décembre. Il y a habituellement 2 couvées par saison.
La majorité du temps les nids sont placés dans des constructions telles que des huttes en terre, des sheds, des étables, des maisons sous des avant-toits ou dans des vérandas.Ils peuvent être également situés sous des ponts. Les paysages ruraux et les paysages urbains sont utilisés à égale fréquence. Dans la catégorie des sites naturels, on trouve des cavités à l'intérieur de baobabs, des grottes marines, des surplombs de corail le long des côtes kenyanes. A l'intérieur des terres, seules les structures artificielles sont occupées.
Les 2 parents constuisent le nid. Celui-ci est un édifice semi-circulaire construit avec des pelotes de boue qui sont mélangées avec des herbes. L'intérieur est garni avec des herbes sèches, du crin de cheval et des plumes. Des fibres de cocotiers, des feuilles de palmiers, et des algues marines sont également répertoriées. Le nid est arrimé à une surface verticale ou légèrement en pente, telle qu'une poutre de toit et un mur de grenier. Le nid sert pendant plusieurs années consécutives. Les travaux de construction se déroulent surtout le matin. Des vieux nids d'autres espèces d'hirondelles ou de martinets servent parfois de base pour la constuction d'un nid nouveau.
La ponte comprend 3 ou 4 œufs, sauf en Afrique Orientale où elle n'en contient en principe que 3. Les pontes de 6 ou 7 œufs sont exceptionnelles et sont vraisemblablement le résultat du dépôt de 2 femelles. Les œufs sont blancs, avec des taches brun-rouge ou rousses et des marques secondaires gris-lavande sur la partie la plus large de la coquille. Ils mesurent environ 18 millimètres sur 13 et pèsent moins de 2 grammes. La femelle accomplit la plupart des 2 semaines d'incubation. Les jeunes restent au nid pendant 21 à 25 jours et continuent à venir s'y reposer pendant au moins une semaine après l'envol.

Distribution

Les hirondelles d'Ethiopie sont répandues en Afrique Centrale. 3 races sont officiellement reconnues : la race fulvipectus est observée dans les savanes de l'Afrique Occidentale, de la Côte d'Ivoire, du Nigéria et du Cameroun jusqu'au Nil Blanc et au Soudan ; la race nominale aethiopica vit en Ethiopie, dans le nord du Kenya, le nord de l'Ouganda et le nord-est de la Tanzanie ; la race amadoni est présente en Somalie tout au long de la côte est jusqu'au Kenya.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les hirondelles d'Ethiopie sont des oiseaux répandus sur l'ensemble de leur aire de distribution. ils ne sont vraiment rares ou locaux qu'en Côte d'Ivoire. Elles sont vraiment courantes à la périphérie ou à l'intérieur des villes. Pour nicher, elles utilisent les structures artificielles et plus particulièrement les grands immeubles de style européen, ce qui explique leur grande expansion en Afrique Orientale. Depuis les années 60, elles sont également en plein accroissement en Afrique Occidentale.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 02/08/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net