Hirondelle de Tahiti

Hirundo tahitica - Pacific Swallow

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Hirundinidés

  • Genre
    :

    Hirundo

  • Espèce
    :

    tahitica

Descripteur

Gmelin, JF, 1789

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 11.1 à 15.6 g
Distribution

Distribution

Description identification

L'hirondelle de Tahiti est un oiseau de petite taille. La race nominale présente un front châtain-roux. Le reste des parties supérieures, du capuchon jusqu'aux sus-caudales y compris les scapulaires, affiche une teinte bleu métallique légèrement brillant. Les lores sont noires, les couvertures auriculaires bleues. Le menton et la gorge sont châtain, contrastant avec le reste du dessous (poitrine, abdomen, axillaires et dessous des ailes) qui est brun noirâtre. Les sous-caudales sont gris-brun avec une bande subterminale sombre et des pointes claires. Les ailes et la queue sont brun noirâtre terne avec un léger lustre sur les couvertures, plus particulièrement sur les petites couvertures. La queue est légèrement fourchue et les plumes qui bordent la paire de rectrices centrales ont une étroite frange claire à l'intérieur. Le bec est noir, de même que les pattes et les pieds. Les iris sont bruns. Les deux sexes sont identiques.

Les juvéniles sont plus ternes, moins métalliques, avec un front brun-roux moins prononcé que les adultes ainsi qu'un menton et une gorge plus clairs. Les tertiaires, les couvertures alaires et le dessous de la queue ont des bordures blanc rosâtre à leurs extrémités. Les différentes races se distinguent entre elles principalement par la nuance des parties supérieures, le plus ou moins grand apport de blanc sur la queue et la couleur du dessous.

Indications subspécifiques 7 Sous-espèces

  • Hirundo tahitica javanica (s Myanmar to s Vietnam east to the Philippines and s to the Moluccas and the Sundas)
  • Hirundo tahitica namiyei (Ryukyu Is. and Taiwan)
  • Hirundo tahitica frontalis (n and w New Guinea)
  • Hirundo tahitica albescens (s and e New Guinea)
  • Hirundo tahitica ambiens (New Britain. Bismarck Arch..)
  • Hirundo tahitica subfusca (New Ireland. Bismarck Arch.. through the Solomons, New Caledonia, and Vanuatu to Fiji and Tonga)
  • Hirundo tahitica tahitica (Society Is.)

Noms étrangers

  • Pacific Swallow,
  • Golondrina del Pacífico,
  • Südseeschwalbe,
  • déltengeri fecske,
  • Zuidzee-zwaluw,
  • Rondine del Pacifico,
  • Kustsvala,
  • Kystsvale,
  • lastovička tichomorská,
  • vlaštovka rezavohrdlá,
  • Stillehavssvale,
  • tyynenmerenpääsky,
  • oreneta del Pacífic,
  • jaskółka pacyficzna,
  • dienvidjūru bezdelīga,
  • Коричневогорлая (настоящая) ласточка,
  • Layang-layang batu,
  • リュウキュウツバメ,
  • 洋斑燕,
  • นกนางแอ่นแปซิฟิค,
  • 洋燕,

Voix chant et cris

L'hirondelle de Tahiti émet des "twsit twsit twsit" qui se transforment très souvent en gazouillements. On peut également entendre un "titswee" dissyllabique dont la seconde note est plus élevée que la première.

Habitat

L'hirondelle de Tahiti est un oiseau des côtes, nichant souvent dans les grottes et dans les falaises, mais elle est également connue pour s'introduire à l'intérieur des terres, surtout dans les régions de collines boisées. Elle fréquente des habitats ouverts, souvent à proximité de l'eau et elle est assez répandue aux alentours des habitations humaines. En Inde, on la trouve à des altitudes qui varient de 700 à 2400 mètres, se nourrissant sur des versants herbeux non éloignés des plantations de thé et de café. En péninsule malaise, cet oiseau fréquente un vaste échantillon d'habitats, du littoral jusqu'aux zones montagneuses. Il niche parfois dans les falaises mais plus fréquemment dans des structures artificielles situées au-dessus de l'eau. Il se nourrit dans les prairies, les rizières, les jardins, le long des rivières et en bordure des routes forestières.

Comportement traits de caractère

Le hirondelles de Tahiti nichent en solitaire ou en petits groupes dispersés. De plus grands groupes peuvent intervenir : on a notamment retrouvé sous un pont une colonie de 35 nids espacés les uns les autres par environ un mètre. A Tahiti, les colonies de 5 à 40 oiseaux nicheurs sont assez courants. Un petit territoire autour du nid est défendu par le couple contre des individus de la même espèce. En dehors de la période de reproduction, les hirondelles de Tahiti continuent à adopter des mœurs grégaires : il leur arrive fréquemment de former des dortoirs communs avec d'autres espèces d'hirundinidés. Les hirondelles de Tahiti sont très largement sédentaires mais quelques mouvements locaux peuvent parfois être observés. La race abbotti effectue quelques déplacements entre les îles alors que la race domicola du Sri Lanka descend dans les collines de la zone humide après la reproduction.
Le vol : Le vol des hirondelles de Tahiti comprend de nombreux virages inclinés et de multiples embardées. Ils alternent avec des périodes de glisse au cours desquelles elles déploient variablement leurs ailes. Aux moments les plus caniculaires de la journée, ces oiseaux exposent leur pattes en vol, remontent leurs ailes et soufflent pour tenter de diminuer le stress dû à la chaleur.

Alimentation mode et régime

Les hirondelles de Tahiti recherche leur nourriture dans les airs, à une hauteur relativement modeste, 11 mètres dans les milieux forestiers, 14 m dans les milieux ouverts. Durant cette activité, ils parcourent leur espace en petits groupes pouvant contenir jusqu'à 5 individus. Leur menu est composé de 60% d'hyménoptères (fourmis et apocrites) et de plus de 30% de mouches. Les autres proies capturés sont des coléoptères et des termites. En moyenne, les hirondelles de Tahiti attrapent des proies de plus grande taille que les hirondelles rustiques. L'importance des fourmis dans leur menu commence à diminuer au mois de mars et d'avril. Pendant la période de reproduction, les mouches brachycères et cyclorraphes prennent en effet une part prédominante. Les oisillons en sont nourris presque exclusivement.

Reproduction nidification

En Inde et en Birmanie, la saison de reproduction se déroule principalement de mars à mai, alors qu'à Sri Lanka, elle a lieu de février à mai, avec quelques nids entre décembre et juin. A Tahiti, cette hirondelle niche en novembre-décembre, dans la péninsule malaise, elle se reproduit de février à août. Il y a parfois deux nichées par saison. La seconde nichée intervient toujours après une première nichée fructueuse. Elle ne constitue nullement une couvée de substitution. L'intervalle entre les 2 couvées est habituellement de 22 jours, ce qui est beaucoup plus long que chez les hirondelles de la zone tempérée (seulement environ 1 semaine).

Le nid est fabriqué avec des petites boulettes de boue. Il mesure 12 centimètres sur 6 et il est garni avec de fines racines, des lichens, des herbes sèches et des plumes. Des plumes sont souvent rajoutées après la ponte des oeufs. Le nid peut être situé dans de multiples endroits : avant-toit ou mur d'un bâtiment, corniche, falaise, intérieur de maison sur une charpente ou dans une véranda, jetée, embarcadère, pont, grotte, conduit souterrain, tunnel ou souche d'un arbre. Il est bâti près d'une saillie qui le protège et il est généralement situé au-dessus ou à proximité de l'eau. Le nid est souvent réutilisé s'il tient le choc jusqu'à la saison suivante.

La taille de la ponte varie selon les régions : 2 ou 3 oeufs en Inde, 1 ou 2 à Tahiti, 3 en Malaisie, 3 et parfois même 4 en Sri Lanka. Les pontes de 4 oeufs sont très fréquentes en avril. Le reste de la saison, de mars à juillet, elles sont moins importantes. Les oeufs sont habituellement déposés à intervalle régulier d'un jour. Ils sont de couleur blanche, avec des petites mouchetures brun rougeâte, brun violacé ou gris-lavande. D'après Ali et Ripley, en Inde, les deux sexes construisent ensemble le nid, couvent les oeufs et élèvent les petits. La femelle prend une part plus importante dans le nourrissage des jeunes. L'incubation dure 16 à 17 jours, la femelle couvant seulement pendant un tiers de la journée, ce qui est nettement moins que les hirondelles des zones tempérées. Les oisillons séjournent au nid entre 17 et 22 jours. Après qu'ils se soient envolés, ils reviennent au nid pour passer la nuit pendant environ une semaine. Le taux de réussite des couvées est assez bas, aux alentours de 40%.

Distribution

Cette espèce occupe un vaste territoire qui va du sud de l'Inde jusqu'aux îles du Pacifique-Sud, en passant par le sud-est asiatique, l'Indonésie, la Wallacée, et la Nouvelle-Guinée. 8 races sont officiellement reconnues : Hirundo tahitica domicola (colline du Nilgiris et Sri Lanka) - H.T. abbotti (Philippines, Bornéo, une partie de Sumatra et les îles environnantes) -H.T. namiyei (îles Ryu Kyu et Taïwan) - H.T. javanica (Birmanie, Thaïlande, en direction du sud jusqu'à la Wallacée) - H.T. frontalis (Nouvelle-Guinée) - H.T. ambiens (Nouvelle-Bretagne) - H.T. subfusca (partie orientale de l'aire, dans de nombreux archipels du Pacifique. La race nominale tahitica est endémique des îles de la Société.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Sur l'ensemble de son aire de répartition, l'hirondelle de Tahiti est commune partout , mais plus particulièrement le long des côtes et dans les mangroves. Aucune mesure particulière n'est prise pour sa protection.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 29/01/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net