Hocco alector

Crax alector - Black Curassow

Systématique
  • Ordre
    :

    Galliformes

  • Famille
    :

    Cracidés

  • Genre
    :

    Crax

  • Espèce
    :

    alector

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 95 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 2400 à 3750 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les hoccos alector ont un plumage presque entièrement noir brillant. Seuls le ventre, les flancs et le dessous de la base de la queue sont blancs. Chez les 2 sexes, les rectrices sont entièrement noires. Cette espèce se distingue cependant des autres oiseaux du genre Crax par sa huppe plus courte et moins fournie. Contrairement à eux, elle ne possède véritablement ni bosse ni caroncules aux environs du bec. Dans les cas les plus extrêmes, la cire est simplement gonflée. Le bec paraît plus fin et plus allongé que chez les autres hoccos. Les pattes sont grises. C'est la seule espèce du genre Crax où la femelle est presque identique au mâle. Toutefois, la crête de la première est ornée de quelques fines barres blanches, caractère qui n'est pas toujours visible sur le terrain. La race erythrognatha qui vit dans l'ouest de l'aire a une cire rouge-orange, tandis que la race nominale alector qui vit dans l'est du territoire a une cire jaune.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Crax alector alector (e Venezuela, the Guianas, n Brazil)
  • Crax alector erythrognatha (e Colombia, s Venezuela)

Noms étrangers

  • Black Curassow,
  • Pavón Guayanés,
  • Mutum-poranga,
  • Glattschnabelhokko,
  • fekete hokkó,
  • Zwarte Hokko,
  • Hocco nero,
  • Svart hocko,
  • Trollhokko,
  • hoko čierny,
  • hoko pospolitý,
  • Kamhokko,
  • isohokko,
  • hoco becllarg,
  • czubacz kędzierzawy,
  • Хохлатый кракс,
  • メスグロホウカンチョウ,
  • 黑凤冠雉,
  • 黑鳳冠雉,

Voix chant et cris

Le chant est un bourdonnement lugubre ou un mugissement bas "umm-um...umm, um-um". On peut l'entendre plus particulièrement au cours des matinées et des soirées, sauf pendant la période de nidification où on peut le percevoir à tous les moments de la journée et de la nuit. Comme chez les autres hoccos, le son n'est jamais très puissant et il est assez difficile à localiser. Lorsqu'il est agacé, le hocco alector émet un très bref "pit pit peer". Le cri d'alarme est un "peep" sifflé.

Habitat

Les hoccos alector fréquentent les forêts-galeries et les zones boisées périodiquement envahies par les eaux. Ils marquent une nette préférence pour les fourrés qui longent les rivières et pour les plantes grimpantes qui se situent à la lisière des forêts. Souvent, ils s'aventurent dans les zones de clairières où le sol est à découvert. Ils se promènent le long des routes ou pénètrent dans de vieilles plantations. En Guyane française, on trouve ces oiseaux dans les forêts primaires, principalement dans les collines bien irriguées de l'intérieur du pays. Les hoccos alector sont des oiseaux des régions basses et des collines, mais localement, ils peuvent grimper jusqu'à 1700 mètres.

Comportement traits de caractère

La plupart du temps, les hoccos alector vivent en couples ou en petits groupes. Dans les régions où la chasse n'est pas très active, ces oiseaux ne manifestent pas de méfiance et ils sont assez facilement observables. Leur allure paraît très élégante car ils marchent tête haute, pattes jointes (les genoux s'entrechoquant) et la queue déployée en éventail largement infléchie vers le bas comme tous les autres hoccos du genre Crax. Les hoccos alector recherchent leur nourriture à terre. A l'aurore, ils aiment venir le long des lisières des forêts et jusqu'à la limite des routes en gravier, mais ils ne s'éloignent jamais très loin du couvert. Ils cherchent refuge dans les arbres et s'ils s'estiment gravement en danger, ils peuvent grimper jusqu'à la canopée, ponctuant leur ascension par des petits coups d'aile. Les hoccos alector effectuent des parades complexes qui sont rarement observées : les mâles réagissent contre l'intrusion de rivaux et les femelles adoptent des postures exagérées au cours desquelles elles dressent la queue, gonflent les plumes de leur zone anale, claquent des ailes et lancent une grande variété de cris.

Alimentation mode et régime

Les hoccos alector se nourrissent presque exclusivement de fruits. En Guyane française, ces ingrédients constituent plus de 95% du menu. Le reste de l'alimentation comprend des feuilles, des bourgeons, des pousses, des invertébrés en particulier des coléoptères et des hyménoptères, ainsi que des fleurs et des champignons. De nombreux fruits sont prélevés dans les arbres du genre Guarea de la famille des meliacées. Occasionnellement, les hoccos alector s'alimentent en compagnie d'agamis trompette (Psophia crepitans).

Reproduction nidification

Au Surinam, les hoccos alector se reproduisent entre décembre et avril, pendant la saison des pluies. En Guyane française, des jeunes oiseaux sont observables en mars et même jusqu'à septembre. En Colombie, la période de reproduction semble plus précoce car les femelles sont en condition dès le mois de janvier. Le nid est habituellement une structure négligée construite avec des morceaux de bois. Cependant, parfois, c'est une petite plate-forme soignée construite avec des branches de bonne taille et garnie avec des feuilles et des petits bouts d'écorce. Il est placé dans un arbre, 5 mètres au-dessus du sol. La ponte comprend généralement 2 œufs.

Distribution

Les hoccos alector sont originaires du nord-ouest de l'Amérique du Sud , de l'embouchure de l'Amazone jusqu'au sud-centre de la Colombie. Deux races sont officiellement reconnues et sont différenciées grâce à la couleur de leur cire (voir description) : C.a. erythrognatha (est de la Colombie, Vénézuela au sud du fleuve Orénoque, excepté l'extrême est) - C.a. alector (extrême est du Vénézuela, les Guyanes, le nord du Brésil au nord du fleuve Amazone).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce n'est pas globalement menacée. En Colombie, elle est même considérée comme assez commune le long de la chaîne orientale des Andes et dans les monts Macarena. Au Surimam, elle est estimée comme plutôt commune, alors qu'en Guyane française, elle est considérée comme en danger à moyen terme si aucune mesure de protection n'est prise. Dans les régions où la pression de la chasse est importante, elle est, avec l'Agami trompette, en danger de disparition immédiate. Les hoccos alector ont pratiquement disparus des régions côtières, des zones proches des habitations et de tous les endroits où la chasse est une pratique courante. Au Brésil, ces oiseaux sont courants dans la province d'Amapa, dans le Roraima, la région de Manaus et les sites éloignés des activités humaines.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 19/04/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net