Loriot à tête noire

Oriolus brachyrynchus - Western Oriole

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Oriolidés

  • Genre
    :

    Oriolus

  • Espèce
    :

    brachyrynchus

Descripteur

Swainson, 1837

Biométrie
  • Taille
    : 21 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 42 à 57 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le mâle de la race nominale possède une tête, un cou et un haut de poitrine noir brillant. L'arrière du cou et la partie la plus supérieure du manteau sont jaunâtres, le reste du dessus est entièrement olive jaunâtre brillant. Les primaires et l'extérieur des secondaires sont noirâtres avec des liserés et des fines extrémités blanchâtres, formant une tache bien visible quand l'aile est fermée. Les plumes de la queue sont noires avec des bases olive et des terminaisons jaunes, l'olive diminuant progressivement et le jaune étant de plus en plus visible au fur et à mesure que l'on va vers l'extérieur. Le dessous des rectrices est un mélange de jaune et de noir terne. Le noir du haut de la poitrine se fond dans le jaune sombre du bas de la poitrine. Il y a du jaune éclatant sur le ventre et sur les flancs. Les iris sont rouge carmin foncé, le bec est brun rougeâtre ou brun rosâtre. Les pattes affichent une couleur bleu-gris ou gris foncé. La femelle diffère de son partenaires par ses iris châtain-brun et non pas rouges. Les immatures sont comme les adultes, mais la tête olive foncé se fond dans l'olive plus jaune du manteau. Le menton et la gorge sont vert-olive striés de jaune. La poitrine et les flancs sont mouchetés de jaune-olive. Le ventre est jaune pâle. La mandibule supérieure est violacée, la mandibule inférieure est jaune rosâtre avec une pointe sombre. Les iris sont bruns, les pattes gris-bleu ou bleu pâle.
La race laetior a un collier nuchial plus jaune que celui de la nominale. Le bas de la poitrine est jaune plus éclatant et contraste fortement avec le noir du haut de la poitrine.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Oriolus brachyrynchus brachyrynchus (Guinea-Bissau to Togo and Benin)
  • Oriolus brachyrynchus laetior (Nigeria to w Kenya, sc DRCongo and n Angola)

Noms étrangers

  • Western Oriole,
  • Oropéndola cabecinegra,
  • Papa-figos-de cabeça-preta-ocidental,
  • Blauflügelpirol,
  • Blauwvliegelwielewaal,
  • Oriolo occidentale,
  • Västlig svarthuvudgylling,
  • Jungelpirol,
  • vlha lesná,
  • žluva lesní,
  • Olivenrygget Hættepirol,
  • huilukuhankeittäjä,
  • oriolcapnegre occidental,
  • wilga kapturowa,
  • Синекрылая иволга,
  • キエリコウライウグイス,
  • 西非黑头黄鹂,
  • 西非黑頭黃鸝,

Voix chant et cris

Le répertoire de la race nominale est très étendu, il ne comprend pas moins d'une cinquantaine de variations. On peut entendre un "waw-hah" doux et musical un "waw-chop" plus bref, ainsi que des "waw-kwee-hoo", "hee-ku-waw", "hip-oo-hooah" et un "tututu-weeah" rapide. Le chant est assez semblable à celui du loriot à ailes noires (O. nigripennis), mais il est plus profond et ses notes sont plus clairement espacées et généralement plus lentes. Le cri de réprimande est un "jewi-jaa" qui a une tonalité nasale. La race laetior a également un répertoire très varié comprenant des notes douces et musicales telles que "hohohoyee" (4 notes), "hohohoick" (3 notes) or "hohoyee" (3 notes). Cette sous espèce émet également un "pisk-peisk" grinçant, la première note étant brève, la seconde étant plus étendue.

Habitat

Les loriots à tête noire fréquentent les forêts primaires et les forêts secondaires parvenues à maturité. On les trouve aussi dans les clairières où il y a des arbres tombés, dans les forêts-galeries, les savanes arborées, les plantations de vieux arbres et les buissons épais. Ces oiseaux vivent jusqu'à 1 800 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les loriots à tête noire recherchent leur nourriture en solitaire, en couples ou en petits groupes familiaux. Ils prospectent à différents niveaux de la végétation, mais ils se concentrent surtout de l'étage moyen jusqu'à la canopée. Parfois, dans les clairières où il y a des chutes d'arbres et le long des routes forestières, ils investissent des niveaux inférieurs et on les trouve plus près du sol. Ils s'associent souvent avec d'autres espèces au sein de bandes mixtes. Leur méthode la plus courante consiste à glaner les insectes dans les feuillages, les touffes d'épiphytes et sur les branches, mais ils entreprennent aussi parfois des poursuites aériennes au cours desquelles ils gobent leurs proies. Ils capturent des fourmis volantes et ils s'attaquent même parfois aux nids de frelons.

Alimentation mode et régime

Les Loriots à tête noire consomment principalement des invertébrés, en particulier des chenilles, mais aussi des coléoptères, des araignées, des punaises et des orthoptères de grande taille. Ils ne dédaignent par les graines et les fruits qui ont une consistance molle tels que ceux des figuiers, des macarangas, des crotons et des sapindacées.

Reproduction nidification

Vu la grande superficie du territoire, la période de reproduction se déroule à des moments très divers selon les pays. Au Libéria, les parades ont lieu en décembre et en mars, les organes sexuels sont dilatés en août-décembre et en mars, l'accouplement est visible en octobre et la construction du nid se déroule en mars, mai-juin et novembre. La nidification en elle-même et le dépôt des œufs s'effectue en avril-mai. En Côte d'Ivoire, les rituels se déroulent en novembre et la collecte des matériaux pour le nid se fait en avril. Les juvéniles peuvent être observés en mars au Nigéria et en mai au Cameroun. Au Gabon, les chants et les poursuites territoriales sont intenses de septembre à février, la saison bat apparemment son plein en novembre-décembre. En République Démocratique du Congo, la saison semble divisée en 2 parties, la première en janvier et la seconde en novembre. En Ouganda, la ponte se déroule en mai, au Kenya en août.
Le nid est une coupe ouverte construite avec des végétaux secs, des lichens du genre Usnea et des mousses qui sont tapissées sur la partie extérieure de l'édifice. Parfois, la bordure est renforcée avec un peu de toile d'araignée. Cette structure est suspendue comme un hamac à une fine branche horizontale et fourchue, généralement dans un arbre dont le feuillage de la canopée est bien fourni.
La ponte comprend habituellement 2 œufs qui sont couvés par la femelle seule. Pendant l'incubation, le mâle se charge de la ravitailler. Il n'y a pas d'autre information.

Distribution

Ces passereaux de moyenne taille sont originaires de l'ouest de l'Afrique. Comme les loriots moines, les loriots de Sao Tomé ou les loriots à tête verte auxquels ils sont apparentés, ils appartiennent au groupe des loriots à tête noire qui peuplent ce continent. Il y a officiellement 2 sous-espèces : O. b. brachyrhynchus (forêts pluviales de l'est de la Guinée Bissau, sud-ouest de le Guinée, Sierra Leone, Libéria, Côte d'Ivoire, Ghana, Togo et sud-ouest du Bénin) - O. b. laetior (forêts pluviales du Sud-Nigéria, Cameroun, République Centrafricaine, extrême sud-ouest du Soudan, Ouganda, extrême ouest du Kenya et extrême nord-ouest de la Tanzanie, Gabon, nord de l'Angola et certaines régions de la République Démocratique du Congo).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Daprès le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'et pas globalement menacée. Elle est même assez commune à plutôt répandue sur l'ensemble de son territoire qui mesure environ 2 300 000 kilomètres carrés. Sa densité est très faible dans les forêts primaires du Ghana et du Gabon. Elle est présente dans différentes zones protégées du Congo et de l'Ouganda.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Loriot à tête noireFiche créée le 26/01/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net