Loriot à tête verte

Oriolus chlorocephalus - Green-headed Oriole

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Oriolidés

  • Genre
    :

    Oriolus

  • Espèce
    :

    chlorocephalus

Descripteur

Shelley, 1896

Biométrie
  • Taille
    : 24 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle de la race nominale, la tête, le cou et le haut de la poitrine sont vert-olive. Ce bel ensemble est séparé du reste des parties supérieures vert-olive par un collier jaune brillant qui couvre l'arrière du cou et le haut du manteau. Le bas de la poitrine et le ventre jusqu'aux sous-caudales sont également jaune éclatant. Les cuisses sont teintées d'olive. Le dessus des ailes est gris foncé, les primaires et les secondaires ont des filets extérieurs gris clair avec des pointes blanchâtres qui forment une tache sur l'aile. Les couvertures primaires sont gris bleuâtre, les couvertures secondaires sont vert-olive. Les rectrices les plus externes sont presque entièrement jaunes, le reste des rectrices a des pointes jaunes, l'apport de jaune diminuant plus on va vers l'intérieur.
Les iris sont rouges, le bec varie du rouge foncé au rouge-brun. Les pattes sont bleu-gris plus ou moins foncé.
La femelle diffère de son partenaire uniquement par son bec plus brun. Les immatures sont comme les adultes, mais le vert-olive est moins intense et l'œil est entouré par un fin anneau orbital jaune. Le manteau, le menton et la gorge sont jaune-olive, la poitrine jaune terne est mouchetée d'olive, le ventre jaune éclatant est légèrement strié. Les secondaires ont des liserés blancs, les couvertures primaires ont de larges terminaisons blanches. Le bec est noirâtre.
La race speculifer a la même taille que la nominale, mais il y a de larges bordures blanches sur 4 primaires, ce qui forme une tache bien visible sur l'aile fermée.

Indications subspécifiques 3 Sous-espèces

  • Oriolus chlorocephalus amani (se Kenya and e Tanzania)
  • Oriolus chlorocephalus chlorocephalus (Malawi and c Mozambique)
  • Oriolus chlorocephalus speculifer (s Mozambique)

Noms étrangers

  • Green-headed Oriole,
  • Oropéndola cabeciverde,
  • Papa-figos-de-cabeça-verde,
  • Grünkopfpirol,
  • zöldfejű sárgarigó,
  • Groenkopwielewaal,
  • Oriolo testaverde,
  • Grönhuvad gylling,
  • Grønnhodepirol,
  • vlha zelenohlavá,
  • žluva zelenohlavá,
  • Grønhovedet Pirol,
  • sammalkuhankeittäjä,
  • Groenkopwielewaal,
  • oriol capverd,
  • wilga zielonogłowa,
  • Зеленоголовая иволга,
  • ミドリコウライウグイス,
  • 绿头黄鹂,
  • 綠頭黃鸝,

Voix chant et cris

Le chant varié est composé de "ku-wee-oo", "kwee-wo", "hweet-tyoo-hweedo" ou de "who-jo-koyyo", chaque phrase étant accompagnée d'un mouvement rapide de la queue. Il est assez semblable à celui du Loriot masqué quoique les notes soient plus liquides et moins abruptes. On peut également entendre un "cowoyo" plus sommaire. Dans la gamme des différents cris, on peut entendre une sorte de miaulement nasal "quarreeeyaaa", plus puissant en son milieu et changeant de tonalité.

Habitat

Au Kenya, les loriots à tête verte fréquentent les îlots résiduels de forêt situés près des côtes jusqu'à 400 mètres d'altitude. En Tanzanie, on les trouve dans les forêts primaires de plaine, dans les zones boisées bien fournies et dans les parcelles secondaires au milieu desquelles émergent de grands arbres, principalement entre 200 et 1 000 mètres, mais jusqu'à 1 300 mètres dans la région du mont Nilo. Au Malawi et dans le centre du Mozambique, ces oiseaux occupent les boisements primaires de collines et les forêts à feuilles permanentes qui bordent les cours d'eau entre 1 000 et 1 450 m. Dans le sud du Mozambique, on peut les observer dans les forêts primaires qui couvrent les zones montagneuses. A cet endroit, on les trouve aussi parfois dans les forêts secondaires adjacentes et dans les zones boisées semi ouvertes.

Comportement traits de caractère

Les loriots à tête verte recherchent leur nourriture en solitaire ou en couple. Ils prospectent à des niveaux bien divers, de l'étage moyen des arbres jusqu'à la canopée. Parfois, ils se rassemblent en petits groupes dans les figuiers ou dans les arbres en floraison, plus particulièrement dans les grévilliers qui sont de jolis arbustes florifères. On les rencontre souvent en compagnie des loriots masqués (Oriolus larvatus), mais ils s'associent aussi volontiers avec d'autres espèces frugivores.
Les loriots à tête verte sont majoritairement sédentaires mais il peut y avoir des mouvements saisonniers et locaux. Au Malawi, ces derniers ne dépassent pas toutefois les 40 kilomètres.

Alimentation mode et régime

Les loriots à tête verte se nourrissent principalement de fruits, ainsi que de grosses graines fermes et de nectar. Il ne dédaignent pas les invertébrés tels que les insectes et leurs larves. Le menu n'est pas connu dans le détail.

Reproduction nidification

Au Malawi, les couples se forment en juin. Les cris liés à la nidification se font entendre du mois d'août au mois de février et le dépôt des œufs a lieu d'août à novembre. Par contre, ces loriots sont silencieux pendant toute la période qui va de mars à juin. En Tanzanie, les immatures parvenus à un bon stade de maturité sont observables en novembre. Au Mozambique, les oiseaux possédant des organes sexuels dilatés et des coussins pour la couvaison sont visibles au mois d'octobre. Dans ce dernier pays, la nidification se déroule en novembre.
Le nid est une coupe profonde avec des murs épais qui sont consolidés avec du lichen lorsque celui-ci est disponible. Il est construit aussi avec d'autres fibres végétales. Il est suspendu comme un hamac à à une fine branche fourchue, à une hauteur respectable dans le feuillage épais d'une canopée. Au Malawi, le territoire attenant au nid mesure de l3 à 25 hectares. La ponte comprend 2 œufs dont on ne connait pas la durée d'incubation. La longueur du séjour des jeunes au nid est également inconnu.

Distribution

Les loriots à tête verte sont originaires du centre-est et du sud-est du continent africain. Leur aire de distribution couvre un espace géographique assez réduit et morcelé, du sud du Kenya jusqu'au sud du Mozambique. 3 sous-espèces sont officiciellement reconnues : O. c. amani - sud-est du Kenya et est de la Tanzanie - .O. c. chlorocephalus, la race nominale - sud du Malawi et centre du Mozambique (région du mont Chipperone) - O. c. speculifer - sud-centre du Mozambique (région du mont Gorongosa).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est même considérée comme plutôt commune sur les 22 000 kilomètres carrés qui constituent son aire de distribution. On la trouve dans de nombreuses zones protégées, si bien que son avenir immédiat n'est nullement en danger. Au Kenya (race amani), les loriots à tête verte sont rares alors qu'en Tanzanie, dans la région des monts Usambara, ils sont estimés comme très communs. Au Mozambique, la race speculifer est commune, avec une grande stabilité dans les effectifs depuis de nombreuses années. Au Malawi, la population nominale est réduite à 55-60 couples dans 4 ou 5 petites localités, la déforestation continuelle menaçant la survie de cette sous-espèce dans ce pays.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 20/02/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net