Macagua rieur

Herpetotheres cachinnans - Laughing Falcon

Systématique
  • Ordre
    :

    Falconiformes

  • Famille
    :

    Falconidés

  • Genre
    :

    Herpetotheres

  • Espèce
    :

    cachinnans

Descripteur

Linnaeus, 1758

Biométrie
  • Taille
    : 53 cm
  • Envergure
    : 75 à 91 cm.
  • Poids
    : 565 à 800 g
Longévité

14 ans

Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Falconidés sont une famille de rapaces diurnes de taille petite à moyenne, comportant les caracaras et les faucons. Falco vient du latin "falx" qui désigne la faux. Il fait référence aux ailes falciformes des faucons, longues, étroites et pointues. Les Falconiformes ont été séparés sys... lire la suite

Description identification

Le macagua rieur est une forme aberrante de falconidé. En effet, sa large tête, ses courtes ailes aux extrémités arrondies et sa queue très allongée lui donnent l'apparence d'un accipitridé des régions forestières. Ce rapace qu'on ne peut confondre avec nul autre, possède un tête et des parties inférieures blanc-crème ou chamois clair. Un large masque brun foncé traverse la région qui va des lores jusqu'à la nuque. Le dessus du capuchon est finement strié de brun foncé. Les parties supérieures affichent un bel ensemble brun sombre. En vol, les ailes brun foncé présentent une large tache de couleur cannelle au niveau des primaires. Le dessus de la queue noirâtre porte 4 ou 5 étroites barres chamois et une bande terminale blanche. Le dessous des ailes est chamois à roux pâle, avec des taches brunes clairsemées sur les couvertures et de fines barres sur les rémiges. Les tarses sont puissants et les orteils sont courts comme il est de coutume chez les chasseurs de serpents. Les iris sont brun sombre, la cire les pattes et les pieds sont jaune terne.
Les juvéniles ont parfois des taches foncées sur les cuisses. Les différentes sous-espèces se distinguent par leur taille et par la différence d'intensité dans la couleur du plumage.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Herpetotheres cachinnans cachinnans (Mexico through c, e South America to n Argentina)
  • Herpetotheres cachinnans fulvescens (e Panama and nw Colombia to nw Peru)

Noms étrangers

  • Laughing Falcon,
  • Halcón Reidor,
  • Acauã,
  • Lachfalke,
  • kígyászsólyom,
  • Lachvalk,
  • Falco sghignazzante,
  • Skrattfalk,
  • Latterfalk,
  • plazožrút krikľavý,
  • sokolec volavý,
  • Latterfalk,
  • nauruhaukka,
  • falcó rialler,
  • trębacz chichotliwy,
  • Смеющийся сокол,
  • ワライハヤブサ,
  • 笑隼,
  • 笑隼,

Voix chant et cris

Le macagua rieur est bruyant et lorsqu'il communique, il donne l'impression d'être inlassable. Ses cris, qui sont produits le matin, en soirée mais parfois même après le crépuscule, sont de longues tirades pleurantes portant à longue distance : "gûa-co, gûa-co". Ils durent souvent d'interminables minutes, augmentant souvent de tempo et devenant de plus en plus rythmés au fur et à mesure qu'ils se développent. On peut également entendre de brefs "ser" ou des "hah" qui résonnent comme des petits rires étouffés. Les couples chantent souvent de concert, mais ils ne donnent jamais l'impression de se répondre.

Habitat

Le macagua rieur est un oiseau des zones tropicales et subtropicales. Au Surinam et ailleurs, on le trouve principalement à la lisière des forêts et dans les zones ouvertes. En Guyane, il est relativement commun sur le littoral, dans les forêts marécageuses et dans les vieilles mangroves. De manière générale, il évite l'intérieur des forêts primaires pluviales et il s'installe toujours à proximité de clairières, de lisières, de sentiers ou de parcelles en cours de régénération. Il est également présent dans les rangées d'arbres qui bordent les rivières, les bouquets d'arbres isolés, les plantations de palmiers et les zones de cerrado (type particulier de savane que l'on rencontre en Amérique du Sud). Le macagua rieur fréquente principalement les régions de plaine, mais on le trouve jusqu'à 2400 m en Colombie.

Comportement traits de caractère

Les macaguas rieurs n'utilisent pratiquement qu'une seule méthode de chasse : pendant de longues périodes, ils se tiennent à l'affût sur un perchoir bien exposé, la tête immobile et légèrement penchée vers le bas, scrutant le sol avec attention. Ils saisissent leur victime derrière la tête puis la rapporte jusqu'au perchoir avant de la dévorer. Les petits serpents sont ingurgités tout entier, la tête la première, tandis que les plus gros, qui sont parfois de taille assez importante, sont dépecés à coups de bec. Ces rapaces d'assez grande taille adoptent un comportement territorial. Dans les zones forestières denses et continues, la superficie de leur zone d'influence est particulièrement étendue, pouvant atteindre parfois jusqu'à 2500 hectares. Dans les zones ouvertes ou ayant subi des modifications du fait de l'activité humaine, la surface du territoire peut être six fois moindre, variant de 400 à 900 hectares. Les macaguas rieurs sont sédentaires.

On est assez bien renseigné sur les parades qui précèdent ou qui suivent l'accouplement. Près du nid, les deux partenaires s'engagent dans de longs duos pouvant durer plusieurs minutes, aussi bien à l'aube qu'au crépuscule, ou encore jusqu'au milieu de la nuit.

Alimentation mode et régime

Les macaguas rieurs se nourrissent presque exclusivement de serpents, qu'ils soient terrestres (59%) ou arboricoles (30%). Ces rapaces ne se soucient guère de vérifier si leurs proies sont venimeuses ou inoffensives. Néanmoins, la plupart des serpents capturés ne sont pas dangereux et appartiennent aux genres Liophis et Philodryas qui abondent dans les plantes grimpantes. Dans les paysages qui sont altérés par les activités humaines et par l'agriculture, les macaguas rieurs consomment aussi des rongeurs, des lézards, des oiseaux et même des poissons. Au Brésil, ils chassent les chauves-souris qui quittent leur dortoir au crépuscule.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule à des périodes variables selon les régions. Au Costa Rica, les pontes ont lieu en février, au Venezuela en septembre pendant la saison des pluies, en Argentine en janvier. Dans le sud-ouest de la Colombie, les mâles sont en état de se reproduire vers le mois de mai. Au Guatemala, la construction des nids s'étale du mois de février au mois de mars, en plein milieu de la saison sèche, si bien que les petits sont prêts à prendre leur envol au début de la saison humide. Le macagua rieur ne se donne pas la peine de construire un nid. Il utilise le plus fréquemment des cavités naturelles dans les arbres ou il réaménage une ancienne aire de rapace construite avec des morceaux de bois. Le nid est situé à des hauteurs très changeantes, entre 3 et 33 mètres au-dessus du sol. Il est toujours placé à distance de la végétation, soit dans un grande arbre, 5 mètres au-dessus de la canopée environnante, soit dans un bouquet isolé dans une zone ouverte ou à la limite de la forêt.

Un seul œuf est pondu, rarement deux. La femelle couve seule pendant 45 à 50 jours. Lorsqu'il nait, le jeune oisillon porte un duvet chamois brunâtre pâle plus foncé sur le dos. Le masque facial noire est déjà présent. Les juvéniles ont un plumage complet au bout d'environ 57 jours. Les nids qui sont situés dans des cavités qui hébergent des colonies de fourmis ont généralement une assez bonne productivité. Au contraire, dans ceux où les fourmis sont absentes, les jeunes sont couverts de parasites et meurent généralement avant de parvenir à l'envol.

Distribution

Cette espèce est endémique du continent américain. Son aire de distribution s'étend du nord du Mexique jusqu'au sud du Pérou, au nord de l'Argentine et au sud du Brésil . 3 sous-espèces sont officiellement reconnues : H.C. chapmani (Mexique, du Sonora et de San Luis Potosi jusqu'au Honduras) - H.C. cachinnans (du Nicaragua jusqu'au sud du Pérou et au centre du Brésil) - H.C. queribundus (de l'est de la Bolivie et de l'est du Brésil jusqu'au Paraguay et au nord de l'Argentine).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Le macagua rieur n'est pas une espèce globalement menacée. Selon les régions, sa densité est plus ou moins importante mais globalement, il est assez commun sur l'ensemble de son aire de répartition. Dans les boisements épars, il est plus répandu que dans les forêts denses.

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Macagua rieurFiche créée le 03/11/2009 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net