Merle à pattes jaunes

Turdus flavipes - Yellow-legged Thrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Turdus

  • Espèce
    :

    flavipes

Descripteur

Vieillot, 1818

Biométrie
  • Taille
    : 22 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 59 à 72 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Chez le mâle adulte, la tête entière, les côtés du cou, la nuque, la gorge, le menton et la poitrine jusqu'à une hauteur variable sont noir de jais. Les plumes du manteau, du dos jusqu'aux couvertures sus-caudales et du haut des scapulaires sont gris-ardoise mais avec des extrémités légèrement plus foncé, ce qui crée un effet d'écailles. Le bas des scapulaires, toutes les couvertures alaires, l'alula et les couvertures primaires sont noirs. Les rémiges ont des vexilles internes et des pointes noir brunâtre au niveau des primaires. Le dessous des ailes est gris sombre ou noirâtre. Les rectrices externes, plus courtes que la paire centrale, sont noires. Il peut y avoir une variation assez notable sur la coloration des parties inférieures : certains individus ont le noir confiné sur le haut de la poitrine tandis que, chez d'autres, cette couleur se développe jusqu'au centre et se poursuit même jusqu'à la partie supérieure du ventre. Le reste du ventre et les flancs sont gris terne, devenant plus pâle ou blanchâtre sur les sous-caudales. Les cuisses sont noir grisâtre. L'anneau orbital, le bec et et les pattes sont jaune éclatant. Toutefois, en période non nuptiale, le bec s'obscurcit et devient jaune mat.
La femelle est très différente de son partenaire. Chez elle, le front et le capuchon jusqu'aux scapulaires sont brun-olive teinté de roux. Le croupion et les sus-caudales sont légèrement plus gris. Toutes les couvertures alaires et l'alula sont brun-gingembre. Les rémiges et les tertiaires sont majoritairement brun sombre. Les couvertures sous-alaires sont orange brillant. Le menton et la gorge sont blanchâtres. La poitrine, le haut du ventre et les flancs sont chamois brunâtre devenant plus blanc sur le centre du ventre et la zone anale. Le bec est couleur corne avec un culmen et une pointe jaunâtre. L'anneau orbital est jaune. Les pattes et les pieds sont jaune ou brun jaunâtre.
Les jeunes mâles sont brun-ardoise avec des ailes et une queue noire, les jeunes femelles ressemblent d'assez près à leur mère. Les différentes sous-espèces varient peu par rapport à la race nominale. La distinction s'opère généralement grâce au plus ou moins grand apport de noir et à sa répartition sur le plumage. De ce point de vue, la race la plus remarquable est xanthoscelus qui est presque entièrement noire avec un lustre bleuâtre.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Turdus flavipes venezuelensis (n and e Colombia, n and w Venezuela)
  • Turdus flavipes melanopleura (ne Venezuela, Trinidad)
  • Turdus flavipes xanthoscelus (Tobago)
  • Turdus flavipes polionotus (s Venezuela, Guyana and n Brazil)
  • Turdus flavipes flavipes (se Brazil to e Paraguay and ne Argentina)

Noms étrangers

  • Yellow-legged Thrush,
  • Mirlo Azulado,
  • Sabía-una,
  • Köhlerdrossel,
  • Köhler-rigó,
  • Geelpootlijster,
  • Tordo zampegialle,
  • Gulbent trast,
  • Gulbeintrost,
  • drozd žltonohý,
  • drozd žlutonohý,
  • Sydamerikansk Solsort,
  • nokirastas,
  • merla cendrosa,
  • drozd żółtonogi,
  • Желтоногий бразильский дрозд,
  • キアシクロウタドリ,
  • 黄腿鸫,
  • 黃腿寬鶇,

Voix chant et cris

Le cri le plus courant est un "tsrip" assez abrupt, l'alarme est un "street" sifflé. Autrement, on peut entendre des "chuck" ou des "cluck" qui sont vraiment typiques de la famille des turdidés. Le chant est une série de phrases décousues, puissantes et liquides "tsreep, trseh-tsreh-tsreh, tsrip-tsip-tsip" ou "swet-to-weeeea" qui sont répétées à de multiples reprises. Le notes du chant sont parfois entrecoupées par de piètres imitations d'autres oiseaux. Les populations de Tobago aiment bien imiter les manakins et les synallaxes alors que celles du Brésil plagient une plus grande quantité d'espèces comme les sporophiles, les tyrans et même les élanions à queue fourchue. Le merle à pattes jaunes chante généralement à partir des plus hautes branches d'un arbre. On peut l'entendre principalement du mois d'avril au mois de juillet. Son chant délicat et mélodieux est très apprécié par les connaisseurs.

Habitat

Les merles à pattes jaunes vivent à des altitudes qui varient de 500 à 2 000 mètres, mais dans les îles comme à Tobago, ils peuvent descendre aussi bas que 300 mètres. On les trouve habituellement dans les forêts pluviales humides ou les forêts de nuage, aussi dans les zones boisées secondaires composées d'arbres à feuilles caduques, dans les plantations de caféiers et dans les jardins qui sont pourvues d'arbres de grande taille. Dans certaines parties de son aire de distribution, ils vivent dans le même type d'habitat que les merles à calotte grise (Turdus subalaris), les merles à ventre roux (Turdus rufiventris) ou les merles à col blanc (Turdus albicollis).

Comportement traits de caractère

Les merles à pattes jaunes vivent habituellement en solitaire ou en couples. Ils sont extrêmement discrets et timides. Aussi est-il souvent difficile de les apercevoir ou de les observer. Les mâles sont détectés grâce à leur chant puissant qui attire l'attention. Ces oiseaux recherchent leur nourriture dans les buissons et dans les arbres, de l'étage moyen jusqu'au sommet de la canopée. Dans les arbres fruitiers, ils forment souvent des rassemblements assez nombreux. Ils ne s'aventurent presque jamais à terre.
Les mouvements de ces oiseaux ne sont pas bien connus. Dans le Nord, ils semblent sédentaires. Néanmoins, dans le sud de leur aire, il se peut qu'ils soient des migrants altitudinaux, car ils sont absents de certaines zones montagneuses pendant la période hivernale. En dehors de la saison de nidification, certaines populations du sud du Brésil visitent en effet le nord de l'Argentine et l'état de Missiones entre septembre et novembre.

Alimentation mode et régime

Les merles à pattes jaunes se nourrissent principalement de fruits. Sur Tobago, ils consomment ceux des arbustes du genre Myrcia, Sloanea et Dydimopanax. Ils ingurgitent aussi des insectes. Au Brésil, la primeur est donnée aux drupes charnues des arbres du genre Rapanea, de la famille des Myrsinacées.

Reproduction nidification

Compte-tenu de la grande différence de latitude, la saison de nidification varie selon les régions. En Colombie, les jeunes et les juvéniles sont visibles entre septembre et décembre. A Tobago, on peut les apercevoir de mars à juillet, dans le sud du Brésil de novembre à janvier. Les chants se développent pendant la première partie de l'année au Venezuela.
Le nid est une coupe peu profonde construite avec des racines qui sont liées entre elles par un peu de boue. L'extérieur des parois est tapissé avec de la mousse, l'intérieur est garni avec des radicelles. L'édifice est placé dans la petite niche d'une berge ou d'une façade rocheuse à l'intérieur d'un ravin. La ponte comprend 2 œufs, de couleur bleu pâle ou bleu verdâtre avec des taches brun rougeâtre. On ne possède aucune information sur la durée d'incubation et sur le soin parental.

Distribution

Les merles à pattes jaunes sont originaires du continent sudaméricain. Leur aire de distribution est divisée en deux parties principales : la première est située dans le nord-ouest et englobe partiellement la Colombie, le Venezuela, les Guyanes et le nord-est du Brésil. La seconde est située dans le centre-est et comprend le sud-est du Brésil, une partie du Paraguay et le nord de l'Argentine. Compte-tenu de la configuration du territoire, 5 sous-espèces sont officiellement répertoriées : P. f. venezuelensis (nord et est de la Colombie, nord et ouest du Venezuela) - P. f. xanthoscelus (Tobago) - P. f. melanopleura (nord-est du Venezuela et Trinidad) - P. f. polionota (extrême sud du Venezuela, ouest du Guyana et extrême nord du Brésil dans le Roraima) - P. f. flavipes (sud-est du Brésil de Bahia jusqu'au Rio Grande do Sul, est du Paraguay, nord de l'Argentine (Missiones).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les merles à pattes jaunes sont des oiseaux assez communs ou localement communs. La race xanthoscelus, quoiqu'ayant une aire de distribution extrêmement réduite du fait de son implantation insulaire à Tobago, est relativement courante. La race nominale est bien répandue à Rio de Janeiro et Espirito Santo mais très clairsemée dans le Rio Grande do Sul. D'après Birdlife, leur territoire a une superficie inférieure à 900 000 kilomètres carrés. Les effectifs sont inconnus mais semblent stables. Aucune protection n'est prise à leur égard si bien que ces oiseaux sont parfois capturés à cause de leur belle voix.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/06/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net