Merle fauve

Turdus grayi - Clay-colored Thrush

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Turdidés

  • Genre
    :

    Turdus

  • Espèce
    :

    grayi

Descripteur

Bonaparte, 1838

Biométrie
  • Taille
    : 27 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 65 à 86 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les turdidés sont des passereaux de taille moyenne à grande. Ils possèdent généralement un bec assez long et fort, et des pattes robustes. La couleur de leur plumage est très variable. Beaucoup sont entièrement dans des tons discrets de brun, de gris ou de noir mais d'autres montrent des coul... lire la suite

Description identification

Les 2 sexes sont identiques. Chez les adultes, la totalité des parties supérieures est uniformément argile clair ou brun-café terne. Cette couleur peu attractive englobe également les grandes, les moyennes couvertures et les rectrices centrales. L'alula, les couvertures primaires, les rémiges, les secondaires et les tertiaires sont partiellement brun plus sombre.
Les plumes du front et du capuchon ont parfois des centres plus foncés. Les rectrices externes affichent un couleur plus brun foncé que le reste du dessus. La face, la gorge et les côtés du cou sont plus sombres que les parties supérieures. Le menton et la gorge chamoisés sont vaguement striés de brun et virent à l'orange dans la partie basse de la gorge. Le bas de la poitrine et le ventre sont chamois-orange clair ou couleur sable. Les couvertures sous-alaires ont une teinte orange plus éclatant, le dessous des rémiges est orange pâle.
Le bec varie du corne verdâtre à l'olive jaunâtre avec du jaune sur la mandibule inférieure. Il a des couleurs plus éclatantes pendant la saison nuptiale. Les iris sont bruns. Les pattes et les pieds sont rose clair à brun verdâtre. Quelques individus, en particulier les femelles, ont souvent un dessous plus pâle avec une nuance grise sur la poitrine.
Les juvéniles sont vaguement striés et tachés de chamois-orange pâle sur le dessus. Leurs joues et leur poitrine sont marbrées de brun. Les iris sont bruns.

Indications subspécifiques 9 Sous-espèces

  • Turdus grayi tamaulipensis (s Texas. s USA. , ne and e Mexico)
  • Turdus grayi microrhynchus (c Mexico)
  • Turdus grayi lanyoni (s Mexico, n Guatemala and s Belize)
  • Turdus grayi yucatanensis (se Mexico and n Belize)
  • Turdus grayi linnaei (Pacific s Mexico)
  • Turdus grayi grayi (extreme s Mexico and w Guatemala)
  • Turdus grayi megas (w Guatemala to Nicaragua)
  • Turdus grayi casius (Costa Rica to nw Colombia)
  • Turdus grayi incomptus (n Colombia)

Noms étrangers

  • Clay-colored Thrush,
  • Zorzal Pardo,
  • Gilbdrossel,
  • agyagszínű rigó,
  • Gray's Lijster,
  • Tordo argilla,
  • Lerfärgad trast,
  • Leirtrost,
  • drozd Grayov,
  • drozd hnědý,
  • Lerdrossel,
  • tarharastas,
  • tord de Gray,
  • drozd brązowawy,
  • dūkainais strazds,
  • Дрозд Грея,
  • パフムジツグミ,
  • 褐背鸫,
  • 泥色鶇,

Voix chant et cris

Apparemment, seul le mâle chante, juste avant et pendant la période de nidification. Il délivre ses vocalises avec force pendant la période qui correspond à la formation des couples, il est beaucoup plus discret pendant l'incubation. Le chant est gai et musical comme un carillon de Noël, il ressemble beaucoup à celui du merle américain, bien qu'il soit plus régulier, plus clair, plus doux et plus mélodieux, avec des sifflements bien articulés, des gazouillements, des trilles brefs et parfois des notes stridentes "churry chorro toowiip toowiip". Il est souvent délivré bien avant les premières lueurs de l'aube et au crépuscule. Les cris ont un ton querelleur ou ressemblent à des miaulements qui ont une qualité nasale "hourree", "reeuree", "jereree" ou "teeweeoip". Le répertoire de cris, qui prend en compte toutes les situations, est assez étendu. En vol, le merle fauve produit un "szzp" fin et bourdonnant.

Habitat

Les merles fauves habitent principalement dans les forêts humides de plaine et à la limite des terres cultivées, notamment les plantations de café et de bananes qui sont situées dans les zones tropicales et subtropicales. Ils vivent habituellement jusqu'à 300 mètres d'altitude mais dans certaines régions d'Amérique Centrale, on peut les trouver jusqu'à la limite des arbres à 2 450 mètres.
Les merles fauves nichent à la lisière des zones boisées et dans les clairières. Toutefois, en dehors de la période de reproduction ces oiseaux s'enfoncent plus profondément à l'intérieur des forêts à larges feuilles et des parcelles en cours de maturation. Ils fréquentent également les zones d'arbustes, les bouquets d'arbres isolés, les clairières et les jardins même lorsqu'ils sont situés à la périphérie des grandes villes comme San José (Costa Rica). Dans les banlieues, ils occupent les pelouses pourvues d'arbres épars, habituellement dans les endroits arides.

Comportement traits de caractère

Les merles fauves vivent généralement en solitaire ou en couples mais ils peuvent former des petites bandes avec d'autres espèces de merles lorsqu'il s'agit de se nourrir ou de se reposer sur des perchoirs. En dehors de la saison de reproduction, les merles fauves établissent en effet des dortoirs comuns dans les arbres.
Ils ont un comportement assez similaire à celui de la plupart des turdidés de l'hémisphère nord. Dans certaines parties de leur aire, en particulier dans les zones suburbaines du nord, ce sont des oiseaux familiers qui prennent la place des merles américains (Turdus migratorius). Toutefois, plus au sud, les merles fauves font preuve d'une plus grande discrétion et s'avèrent plus prudents. Ils se montrent également très agressifs à proximité du nid.
De nombreuses autres attitudes rappellent le comportement du merle américain. Ces oiseaux agitent et déploient légèrement les ailes quand ils se posent. En même temps, ils élèvent et abaissent imperceptiblement la queue.

Alimentation mode et régime

Le merles fauves recherchent leur nourriture dans les buissons, la végétation basse ou la canopée des arbres fruitiers. Ils prospectent également à terre où ils fouillent la litière de feuilles afin de découvrir des fruits tombés.
Les merles fauves consomment surtout des vers de terre, des limaces et des insectes qui sont nombreux sur les sentiers. Ils ingurgitent aussi les larves et des petits lézards. Le menu est complété avec des graines, des fruits et occasionnellement des figues. Ces oiseaux sont attirés par les mangeoires artificielles qui sont installées dans les jardins.

Reproduction nidification

Au Costa Rica, la saison de nidificarion se déroule de mars à juillet. En Colombie, elle a lieu de mars à mai, au Panama de décembre à la fin avril. Au début de la saison, les mâles chantent en groupes. Le nid est une construction large et robuste mais qui a la forme d'une coupe peu profonde. Il est bâti avec des végétaux verts, des herbes et des tiges qui sont liés entre eux par un peu de boue. L'intérieur est garni avec des fibres grossières, des racines et des feuilles qui sont souvent recouvertes de mousse. L'édifice est situé à une hauteur très variable, de 1 jusqu'à 10 mètres au-dessus du sol. Exceptionnellement, il peut être placé jusqu'à 30 mètres sur la fourche d'une branche ou sur une souche bien recouverte de végétation. Il est habituellement bien dissimulé par le feuillage. Occassionnellement, le nid est installé dans un bananier ou un palmier cocotier. Dans les régions montagneuses, les merles fauves utilisent aussi les touffes d'épiphytes.
La ponte comprend 2 ou 3 œufs, exceptionnellement 4. Ces derniers sont vert pâle, bleus ou bleu grisâtre, avec plus ou moins de taches rougeâtres, brun-rouille ou lilas. L'incubation, qui dure environ 12 jours, est assurée par la femelle. L'envol des jeunes s'effectue 15 à 16 jours après l'éclosion. Pendant le séjour au nid, ils sont nourris et soignés par les 2 adultes. Dans la saison, il peut y avoir éventuellement une seconde nichée.

Distribution

Les merles fauves sont originaires d'Amérique Centrale. Leur aire de distribution va de l'extrême-sud du Texas et du nord du Mexique jusqu'au nord de la Colombie et à l'ouest du Venezuela. Sur ce vaste territoire d'un peu plus d'un million de kilomètres carrés (Birdlife), on reconnaît officiellement 9 sous-espèces : T. g. tamaulipensis (extrême sud des Etats-Unis, est du Mexique, Nuevo Léon, Tamaulipas et Vera Cruz) - T. g. microrhynchus (centre du Mexique, San Luis Potosi) - T. g. lansoni (Nord-Guatémala, Sud-Belize) -T. g. yucatanensis (nord de la péninsule du Yucatan) - T. g. linnaei (sud du Mexique, Oaxaca et plaine méridionale du Chiapas) - T. g. grayi (sud du Mexique, à la frontière avec le Guatémala) - T. g. megas (Ouest-Guatémala, Sud-Honduras et Nicaragua) - T. g. casius (Costa Rica et nord-ouest de la Colombie) - T. g. incomptus (Sierra Nevada de Santa Marta, Nord-Colombie).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les merles fauves sont relativement communs à communs en Amérique Centrale. Ils sont très répandus dans les habitats perturbés à Belize et particulièrement nombreux dans les vallées qui longent les côtes. C'est une des espèces les plus abondantes au Costa Rica où ils fréquentent des habitats montagneux. Au Panama, ces oiseaux sont très nombreux dans la zone du canal. Par contre, ils ont très rares ou éparpillés dans l'extrême sud des Etats-Unis. Cette espèce n'est nullement menacée. C'est une chance, car son taux de reproduction est assez faible. Sur plusieurs études réalisées et qui portent sur une soixantaine de nids, le taux de réussite dépasse rarement les 35%. Au Panama, les prédateurs des couvées sont nombreux : les élanions à queue fourchue, les araçaris de Frantzius, les toucans tocards, les geais enfumés, mais également les écureuils arboricoles et les serpents.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 26/06/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net