Milan noir

Milvus migrans - Black Kite

Systématique
  • Ordre
    :

    Accipitriformes

  • Famille
    :

    Accipitridés

  • Genre
    :

    Milvus

  • Espèce
    :

    migrans

Descripteur

(Boddaert, 1783)

Biométrie
  • Taille
    : 60 cm
  • Envergure
    : 135 à 155 cm.
  • Poids
    : 650 à 950 g
Longévité

23 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Il paraît noir à contre-jour mais il est en réalité d'un brun assez uniforme. La tête est blanc brunâtre strié de brun. Le dessous, brun-roux strié de noir, tire sur le gris à la poitrine et sur le roux au bas-ventre et aux culottes. Le dessus est d'un brun sombre assez uniforme. Les rémiges et les rectrices sont brun- noir. La queue est fourchue mais nettement moins que celle du Milan royal. Le bec est noir, la cire et les pattes sont jaunes.

Indications subspécifiques 5 Sous-espèces

  • Milvus migrans migrans (widespread)
  • Milvus migrans formosanus (Taiwan and Hainan. off se China.)
  • Milvus migrans affinis (Lesser Sundas to Australia)
  • Milvus migrans lineatus (Siberia to Japan, Indochina and India)
  • Milvus migrans govinda (Pakistan and India to Malay Pen. and s Indochina)

Noms étrangers

  • Black Kite,
  • Milano Negro,
  • Milhafre-preto,
  • Schwarzmilan,
  • Barna kánya,
  • Чёрный коршун,
  • 黑鸢,
  • Zwarte Wouw,
  • Nibbio bruno,
  • Brun glada,
  • Svartglente,
  • kania czarna,
  • haja tmavá,
  • luňák hnědý,
  • Sort Glente,
  • haarahaukka,
  • ,
  • トビ,

Voix chant et cris

Sifflement tremblé bruyant hiu huuhuu lors de la nidification. Son cri d'alarme est un kie-kikiki. De tous les rapaces diurnes, c'est de loin celui qui possède le registre le plus mélodieux.

Habitat

Milan noir
habitat - adulte

L'espèce peut être observée dans nombreux types d'habitat. Néanmoins, sa préférence va aux vallées de montagnes et aux terrains bas. Le site choisi doit tenir compte de deux impératifs : premièrement, la présence de grands arbres ou d'escarpements rocheux favorables à la nidification ; deuxièmement la proximité de cours d'eau, de lacs ou d'étangs qui sont nécessaires à son approvisionnement et à son alimentation. Le Milan noir peut également stationner en bordure des villes.

Répartition : son aire de répartition est particulièrement vaste. Il occupe pratiquement toutes les régions tropicales et tempérées de l'Ancien Monde : Eurasie, Afrique et même l'Australie.

Comportement traits de caractère

Milan noir
Comportement - adulte
Milan noir
Vol - adulte

Il est migrateur. Le Milan noir est de retour de son site hivernal au sud du Sahara à la mi-mars. Il ne reste en France guère plus que le temps de se reproduire, soit environ 4 mois. Dès son arrivée, il entame avec sa partenaire le vol nuptial : vrilles, piqués vertigineux sur son conjoint qu'il évite au dernier moment, remontées en chandelle, chutes en feuille morte, les serres accrochées à celles de sa partenaire, sont autant d'évolutions qu'il accomplit pour séduire. Son cri modulable est une sorte de sifflement tremblé.
Le vol : Son vol est plus léger que celui de la buse, ses ailes sont coudées, sa queue est assez longue, et légèrement échancrée.

Alimentation mode et régime

Milan noir
pêche/chasse

Dans son mode d'alimentation, le Milan noir joue un rôle pratiquement analogue à celui des vautours charognards car il ne consomme en grande majorité que des proies mortes. 75 à 90 % des proies capturées proviennent du milieu aquatique. Il s'agit de poissons malades ou crevés flottant à la surface. Ces poissons mesurent en moyenne entre 10 et 20 cm. La proximité des agglomérations lui est pleinement profitable puisqu'il fréquente assidûment les décharges et les dépôts d'ordures. Il se nourrit également à terre, particulièrement dans les champs fraîchement labourés. Il y recherche les animaux de toutes espèces que la charrue a mis à découvert.

Reproduction nidification

Milan noir
Nidification - adulte

Le Milan noir construit son aire dans les grands arbres, surtout dans les bois riverains des lacs, mais aussi en pleine campagne. Le nid est constitué de branchages et l'intérieur est rempli de chiffons, de papiers, de détritus. Il arrive fréquemment que l'on compte plusieurs dizaines de nids relativement proches formant ainsi de véritables colonies. Fin avril, la femelle pond 2 à 3 œufs dont l'incubation dure 32 jours. Elle ne quitte pas le nid tandis que le mâle est chargé du ravitaillement. Les juvéniles s'envolent au bout de 6 semaines.

Distribution

Sous-espèces : M. m. migrans (nord-ouest de l'Afrique et Europe de l'Est jusqu'au centre de l'Asie (Tien Shan) et le sud du Pakistan, hiverne en Afrique au sud du Sahara) - M. m. lineatus (Sibérie, vers l'est en direction des pays de l'Amour et le Japon, en direction du sud jusqu'au nord de l'Inde, le nord de la Birmanie et le nord de la Chine et les îles Ryukyu, hiverne en Iraq, au sud de l'Inde et en Asie du Sud-Est) - M. m. formosanus (Taïwan et Hainan (Sud-Chine)) - M. m. govinda (est du Pakistan, tout le sous-continent indien, le Sri Lanka, l'Indochine et la péninsule malaise) - M. m. affinis (Célèbes, les petites îles de la Sonde, l'est de la Nouvelle-Guinée, la Nouvelle-Bretagne et le nord de l'Australie) - M. m. aegyptius (Egypte, sud-ouest de l'Arabie et côte orientale de l'Afrique jusqu'au Kenya) - M. m. parasitus (Afrique au sud du Sahara, îles Comores et Madagascar).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

La population européenne du Milan noir a fortement régressé depuis les 20 dernières années, notamment dans la partie est de l'Europe. Les causes du déclin sont multiples: la persécution par l'homme, la chasse, les empoisonnements et la modification des pratiques agropastorales (diminution de la disponibilité de charogne). D'autres dangers sont apparus récemment, tels que la collision et l'électrocution sur les lignes électriques.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 07/11/2002 par Didier Collin avec la participation de Maelle Bujaud et Daniel Le-Dantec © 1996-2016 Oiseaux.net