Moineau blanc

Passer simplex - Desert Sparrow

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Passéridés

  • Genre
    :

    Passer

  • Espèce
    :

    simplex

Descripteur

Lichtenstein, MHK, 1823

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 18 à 21 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce moineau de couleur très claire et aux longues pattes est remarqué pour sa stature rigide.
Le mâle de la race nominale a un dessus gris pâle, parfois avec une légère nuance sable. Les couvertures auriculaires et les joues sont blanches contrastant avec les lores et la mentonnière qui sont noirs. Les petites couvertures sont semblables au dos, les couverture médianes sont blanches et les grandes couvertures sont sombres avec des longs liserés blancs. L'alula et les couvertures primaires sont majoritairement noirs, les rémiges sont noirâtres avec des bordures gris pâle. Il y a une petite tache claire à la base des primaires. La queue est noirâtre, les rectrices externes sont bordées de blanc alors que les rectrices centrales ont des pointes claires. Les parties inférieures sont blanc chamoisé. Les iris sont bruns, le bec couleur corne devenant noir pendant la période nuptiale. Les pattes varient du rose pâle au brun rosâtre.
La femelle présente un ensemble blanc sableux, plus pâle sur le dessous et sans le moindre ornement. Les ailes sont très semblables à celles du mâle, mais les zones noires sont moins foncées, plus brun sable. Les juvéniles ressemblent aux femelles.
La race saharae est plus grande et plus pâle que la race nominale. La race zarudnyi a des ailes plus brèves, un bec et une queue plus allongés. Elle est généralement plus grise et plus unie, sans la moindre teinte chamoisée. La femelle est identique au mâle, excepté la bavette qui est plus brune et moins développée.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Passer simplex saharae (Morocco to c Libya)
  • Passer simplex simplex (s Mauritania and Mali to sw Egypt, c Sudan and n Chad)

Noms étrangers

  • Desert Sparrow,
  • Gorrión sahariano,
  • Pardal-do-deserto,
  • Wüstensperling,
  • sivatagi veréb,
  • Woestijnmus,
  • Passera del deserto,
  • Ökensparv,
  • Ørkenspurv,
  • vrabec stepný,
  • vrabec pustinný,
  • Ørkenspurv,
  • aavikkovarpunen,
  • pardal del desert,
  • Auðnaspör,
  • wróbel pustynny,
  • tuksneša zvirbulis,
  • puščavski vrabec,
  • Пустынный воробей,
  • サバクスズメ,
  • 荒漠麻雀,
  • 漠麻雀,

Voix chant et cris

Les cris sont des "tchip" rudes, des "chrips" ou des "drip" légèrement roulés. Le chant est un "tyi" ou un "tyi-tyit" perçant qui alterne avec avec un "tya" ou un "tween". La phrase comporte parfois 5 syllabes, c'est à dire des "tyi tyi tyi tyi tweeuw" semblables à ceux des bergeronnettes grises.
En vol, les moineaux blancs émettent des gazouillements plus calmes, identiques à ceux des verdiers d'Europe (Carduelis chloris). Le cri d'intimidation est une sorte de bavardage guttural "chit-it-it".

Habitat

Les moineaux blancs fréquentent les zones sableuses arides qui sont pourvues d'arbres épars et de buissons. En Afrique, on les trouve dans les oasis, dans les broussailles qui recouvrent le lit assèché des rivières ou les zones inhabitées. En Asie, ils sont confinés dans les habitats rocheux nus avec des arbres et des buissons très clairsemés.

Comportement traits de caractère

Bien qu'ils passent la plupart de leur temps dans les arbres, la plupart de leurs ressources alimentaires sont obtenues sur le sol. Les moineaux blancs recherchent leur pitance en couples ou en petits groupes. En dehors de la saison de reproduction, ils s'assemblent aussi en bandes.
Ces oiseaux sont souvent très courants dans certaines régions et absents ou rares dans d'autres. On en conclut qu'ils sont erratiques. La race zarudnyi a tendance à migrer vers le sud pendant les mois d'hiver.

Alimentation mode et régime

Les moineaux blancs se nourrissent principalement de graines qu'ils trouvent dans les buissons et la végétation terrestre. Ils consomment aussi des graines sauvages ainsi que celles des céréales cultivées.
Les oisillons sont alimentés avec des coléoptères, des sauterelles, des larves de lépidoptères et des araignées. Les moineaux blancs ingurgitent une plus grosse proportion de matières animales que les autres moineaux. Toute l'eau qu'ils acquièrent provient en fait des aliments qu'ils collectent.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule de mars à août. Il y a 2 nichées. Les moineaux blancs se reproduisent en couples isolés ou en petites colonies, à raison de 4 ou 5 nids dans le même arbre.
Le nid est bâti par les deux parents, il est recouvert d'un dôme et il possède une entrée en légère pente qui aboutit jusqu'à la coupe. C'est un amoncellement irrégulier d'herbes sèches et de petites brindilles. L'intérieur est garni avec des fines fibres végétales et des plumes. L'édifice est placé sur la branche d'un arbre, la plupart du temps dans un acacia à la base d'un nid de corbeau ou d'un oiseau de proie.
En Afrique, il est très souvent installé dans une cavité d'arbre ou dans un bâtiment abandonné. La ponte comprend 2 à 6 œufs qui sont couvés par les deux parents pendant environ 12 à 13 jours. Les petits restent au nid pendant 12 à 14 jours après l'éclosion.
Il n' ya pas d'autres informations.

Distribution

Les moineaux blancs vivent à cheval sur 2 continents. Il y a officiellement 3 races, 2 occupent l'Afrique, une est localisée en Asie Centrale, dans les anciennes républiques de l'Union soviétique : P. s. saharae (nord-ouest du désert du Sahara, en direction de l'est jusqu'à la Lybie Occidentale et en direction du sud jusqu'à l'Algérie et le Tchad) - P. s. simplex (du sud du Sahara jusqu'à la Mauritanie et au Mali, en direction de l'est jusqu'à l'Egypte et le Soudan) - P. s. zarudnyi (Turkménistan et ouest de l'Ouzbékistan).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. Généralement considérée comme localement commune, elle est pourtant rare dans l'est de son aire de distribution.
Le fait qu'elle change souvent de sites de nidification rend difficile l'estimation de ses effectifs. Au nord du Soudan, ces oiseaux sont réputés pour abandonner certains lieux de nichage après les avoir utilisés pendant de nombreuses années. La race zarudnyi est aussi imprévisible, mais il semble qu'elle soit moins en sécurité et de nombreuses anecdotes suggèrent qu'elle est en déclin et que son territoire est en régression. Dans l'est de l'Iran, elle a pratiquement disparu.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 10/03/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net