Océanite noir

Oceanodroma melania - Black Storm Petrel

Systématique
  • Ordre
    :

    Procellariiformes

  • Famille
    :

    Hydrobatidés

  • Genre
    :

    Oceanodroma

  • Espèce
    :

    melania

Descripteur

Bonaparte, 1854

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : 46 à 51 cm.
  • Poids
    : -
Distribution

Distribution

Description identification

Cet océanite noirâtre de taille assez grande se distingue par sa queue fourchue, sa tache alaire modérément développée, et parfois par sa série de stries longitudinales disposées à la base des primaires.
Son plumage est presque entièrement brun fuligineux foncé à noirâtre, avec une nuance plus sombre sur la tête et sur le cou. Les rémiges et les rectrices sont très noires. Sur le dessus de l'aile, on aperçoit une ligne diagonale plus pâle au niveau des grandes et des moyennes couvertures, chaque plume de cette région ayant une bordure chamoisée. Cette diagonale est souvent étroite et à peine visible mais elle a aussi parfois une taille moyenne et une couleur contrastée, atteignant à peine la courbure de l'aile et se poursuivant jusqu'aux secondaires et aux tertiaires en formant de petits pointillés. Dans tous les cas de figure, les stries blanches de la base des primaires sont plus ou moins évidentes.
Les iris sont brun sombre, le bec, les pattes et les pieds sont noirs. Les deux sexes sont identiques. Toutefois, la femelle a des ailes et une queue qui paraissent proportionnellement plus longues. Leur bec et leurs tarses sont plus petits que chez le mâle.
Les juvéniles sont similaires aux adultes, mais les oiseaux de premier été ont tendance à dévoiler une diagonale sus-alaire plus marquée quand ils sont au printemps et que leurs parents sont en plumage frais.
L'océanite noir est difficile à distinguer de l'océanite de Markham, bien qu'il ait un vol plus rapide et des battements plus amples. Chez le second, la queue est moins fourchue. En vol, le tête est moins contrastée avec le haut du corps. La diagonale sus-alaire est plus longue, le bec est plus allongé. D'autres confusions sont également possibles : avec les océanites de Matsudaira, les océanites de Tristam et les océanites de Swnihoe. Avec ses proches cousins, la différenciation se fait plus par la silhouette et les postures que par la couleur du plumage.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Black Storm Petrel,
  • Paíño Negro,
  • Painho-preto,
  • Schwarzwellenläufer,
  • Zwart Stormvogeltje,
  • Uccello delle tempeste nero,
  • Svart stormsvala,
  • Bajastormsvale,
  • víchrovníček tmavý,
  • buřňáček tmavý,
  • Sort Stormsvale,
  • mustakeiju,
  • ocell de tempesta negre,
  • nawałnik czarny,
  • melnais vētrasburātājs,
  • Чёрная качурка,
  • アメリカクロウミツバメ,
  • 美州黑叉尾海燕,
  • 美洲叉尾海燕,

Voix chant et cris

A partir du sol, cet oiseau émet des cris puissants, rapides et grinçants qui durent environ une douzaine de secondes. Le début est doux et la fin est assez abrupte. Ces cris sont répétés après une pause d'une seconde ou plus.
En vol, le répertoire de vocalisations est presque aussi rude et aussi rauque. Dans les airs, cet océanite produit en effet un chant qui accélère progressivement et se termine par 2 notes fortement accentuées. Il peut être retranscrit de la façon suivante : "kreeih kreehr kree-kree-kree-kreehr" ou bien alors "krrih krri, krri ki-ki-kihr". Ce chant rappelle à bien des égards celui de l'océanite minute.

Habitat

Les océanites noirs sont des oiseaux marins. Ils vivent à la fois à proximité du littoral et au large en plein milieu de l'océan. Généralement, ils préfèrent les eaux qui ont des températures élevées.
Ils se reproduisent dans les îles qui ne sont pas trop éloignées des côtes, marquant parfois une préférence pour celles qui sont pourvues de zones rocheuses. Pour autant, ils ne dédaignent pas les contrées qui ont un substrat de terre meuble dans lequel il est assez facile de creuser des terriers et des galeries.

Comportement traits de caractère

Pendant la saison hivernale et après la reproduction, les océanites noirs se dispersent vers le sud, au large de l'Amérique Centrale et de l'Amérique du Sud jusqu'au Pérou. En Californie du Sud, ils parviennent plus tard et les pics dans les effectifs peuvent être observés d'août à octobre.

Alimentation mode et régime

Les oceanites noirs ingurgitent de crustacés planctoniques et en particulier de larves de homards épineux du genre Panulirus. Ils consomment aussi des petits poissons comme les cyclothones qui vivent par trillions dans les eaux des océans du monde. Ils complètent leur menu avec des calamars et des déchets.
Ils pêchent en vol et ils extraient leur nourriture de la surface de l'eau en plongeant. Ils accompagnent également les chalutiers. Dans leur recherche, ils accompagnent les océanites minutes et les océanites à queue fourchue. Ils partagent également leurs prises avec les océanites thétys et les océanites cendrés dans les différentes parties de leur aire. Parfois, ils forment d'impressionnants rassemblements d'oiseaux posés sur la surface.

Reproduction nidification

Sur Channel Islands (Californie, États-Unis), la saison de reproduction commence mi-mai/début juin et elle se poursuit jusqu'à la fin août et même jusqu'à octobre. Plus au sud, à San Benito Island, (Baja californienne), elle commence plus précocement, à partir du mois d'avril. Dans le golfe de Californie, dans l'île de La Lobera, la nidification est entamée dès le mois de février. Au large de la Californie, les poussins sont visibles dès le mois de juillet.
Comme tous leurs congénères, ces oiseaux aquatiques de la famille des hydrobatidés nichent en colonies qui regroupent parfois des milliers d'individus. Dans ces grandes conglomérations, ils s'associent souvent avec les océanites minutes (H. Microsoma) et dans l'île de San Benito, ils recherchent la compagnie des océanites à queue fourchue, surtout ceux de la sous-espèce de Chapman (Hydrobates leucorhus chapmani).
Les océanites noirs utilisent souvent des nids abandonnés de stariques, de la famille des alcidés. Dans les endroits où la terre est molle, ils creusent volontiers des terriers. Dans les zones rocheuses, ils trouvent des crevasses qui leur conviennent et ils déposent la ponte à même le sol. La ponte comprend un seul œuf blanc dont la dimension moyenne est 36 mm sur 27. Le couple couve pendant une période indéterminée. Il n'y a pas d'autres informations concernant les mœurs reproductives. Les prédateurs naturels des adultes sur les lieux de ponte sont les faucons pèlerins (Falco peregrinus).

Distribution

Les océanites noirs habitent l'océan Pacifique, le long des côtes qui vont du centre de la Californie en direction du sud jusqu'au Pérou. Les sites de nidification sont placés dans les îles au large de la Californie du Sud (États-Unis), dans la Baja californienne et dans la majorité du golfe de Californie (Mexique). Les noms des colonies les plus réputées figurent dans la rubrique "reproduction".

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, les océanites noirs ne sont pas globalement en danger. On possède vraiment peu de renseignements sur les effectifs et le statut de cette espèce. Apparemment, cet oiseau semble assez nombreux dans le golfe de Californie où plus de 70% de la population mondiale se reproduit dans 2 sites : San Benito et los Coronados, au large de la Baja. D'après des tentatives de recensements assez récentes, la population totale est estimée aux alentours de 500 000 membres. Le principal danger est constitué par la prédations des rats et des chats retournés à l'état féral. Des renseignements supplémentaires seraient très utiles pour procéder à une protection efficace de cette espèce.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 02/08/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net