Oriole de Montserrat

Icterus oberi - Montserrat Oriole

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Ictéridés

  • Genre
    :

    Icterus

  • Espèce
    :

    oberi

Descripteur

Lawrence, 1880

Biométrie
  • Taille
    : 21 cm
  • Envergure
    : 28 à 30 cm.
  • Poids
    : 36 à 39 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet oriole à la silhouette élancée se distingue également par son bec fin et par son culmen légèrement recourbé. Les sexes sont dimorphiques. Chez les mâles, les mandibules sont noires avec une base grise, les yeux sont sombres. La tête, le manteau, la poitrine et les ailes forment un ensemble noir. Les plumes du cou révèlent parfois une base jaune. Le noir de la poitrine se termine brusquement, ce qui le fait contraster de façon encore plus nette avec la couleur fauve du bas de la poitrine, de l'abdomen et des sous-caudales. Les plumes des parties inférieures ont souvent une base plus jaunâtre, le ventre est un peu plus jaune que le reste du dessous. La partie postérieure du dos, le croupion et les sus-caudales affichent une couleur jaune avec une nuance fauve. Vu du dessus, les couvertures paraissent entièrement noires, excepté les filets qui sont jaunes. La queue est entièrement et uniformément noire. Les pattes et les pieds, aussi.
Chez les femelles, les parties nues sont semblables à celles du mâle. Le capuchon est jaune-olive, devenant olive sur la nuque et sur le manteau. Le croupion affiche une couleur olive qui se démarque à peine de l'olive du dos. La face est jaunâtre mais les lores sont sombres et les couvertures auriculaires ont une nuance châtain. Les parties inférieures sont entièrement jaune-olive du menton jusqu'aux couvertures sous-caudales. Les ailes brunâtres présentent les motifs suivants : les petites et les moyennes couvertures ont des extrémités jaune-olive alors que les grandes couvertures ont des liserés fauves. Les primaires, les secondaires et les tertiaires sont également bordées de fauve. Les dessous des ailes ont des garnitures jaunâtres. Le dessous de la queue est olive avec une nuance jaunâtre.

Les immatures mâles ressemblent étroitement aux femelles adultes, bien qu'ils aient un dos plus sombre et quelques plumes noires au niveau de la gorge. Les juvéniles ont également la même apparence que les femelles. Toutefois, leur croupion, leurs parties inférieures et leur capuchon ont un lavis jaunâtre. Leur face jaune verdâtre et leurs flancs olive sont quelque peu différents.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Montserrat Oriole,
  • Turpial de Monserrate,
  • Montserrattrupial,
  • Montserratti trupiál,
  • Montserrat Troepiaal,
  • Oriolo di Montserrat,
  • Montserrattrupial,
  • Montserrattrupial,
  • trupiál ostrovný,
  • trupiál montserratský,
  • Montserrattrupial,
  • montserratinturpiaali,
  • turpial de l'illa Montserrat,
  • kacyk ochrowy,
  • Монтсерратский цветной трупиал,
  • モントセラートムクドリモドキ,
  • 蒙岛拟鹂,
  • 蒙瑟拉特島擬黃鸝,

Voix chant et cris

En dehors de la saison de nidification, les orioles de Montserrat sont plutôt silencieux alors que, pendant la période nuptiale, ils communiquent de façon intempestive. Leur chant qui est composé de notes simples délivrées toutes les 2 à 3 secondes est assez comparable à celui du viréo à œil rouge. Il est lent, méthodique et forme une série de sifflements puissants et mélodieux. Les notes en elles-même sont monosyllabiques ou bisyllabiques, généralement brèves. Elles sont relativement graves, prenant parfois l'aspect de gargouillements. Les cris sont des "chic" ou des "chuck" rudes.

Habitat

Les orioles de Montserrat fréquentent principalement les forêts humides de montagne à des altitudes qui varient entre 230 et 800 mètres. Ces oiseaux préfèrent se percher à l'étage supérieur des arbres ou dans les zones proches de la canopée. Ils apprécient particulièrement les endroits pourvus de palmiers ou de frêles fougères aériennes qui leur procurent de l'ombre et de la fraîcheur. Ces habitats comprennent également d'abondantes touffes d'épiphytes.

Comportement traits de caractère

Les orioles de Montserrat peuvent généralement être observés en solitaire ou en couples, mais ils vivent également en petits groupes familiaux lorsqu'ils doivent s'occuper des couvées juste après l'envol des jeunes. Ces ictéridés sont actifs pendant la journée. Ils passent une grande partie de leur temps à fouiller dans la végétation et à inspecter la face inférieure des feuilles. Les orioles de Montserrat sont des oiseaux territoriaux. On ne connaît pas exactement la superficie de leur zone d'influence mais on sait qu'ils ont besoin d'un espace assez étendu pour rechercher leur nourriture. Les orioles de Montserrat sont présumés sédentaires. On ne leur connaît pas de mouvements.

Alimentation mode et régime

Les orioles de Montserrat sont presque exclusivement insectivores. Ils capturent leurs insectes sur le dessous des feuilles. Ils complètent leur menu avec des arthropodes terrestres. On possède peu de renseignements sur la partie végétale du régime. En captivité, à Jersey, les orioles de Montserrat consomment régulièrement des papayes et des mangues, mais contrairement à d'autres espèces d'ictéridés, ils n'ingurgitent pas de nectar.

Reproduction nidification

Les orioles de Montserrat nichent de juin à août. Les couples sont monogames. Comme chez presque tous les oiseaux du genre Icterus, cette espèce construit un nid en forme de long panier pendant avec des bouts de végétaux qui s'entremêlent. Il est accroché sur l'une des feuilles basses d'un palmier ou éventuellement sur une branche de bananier. La ponte comprend habituellement 2 œufs de couleur blanche à vert pâle avec quelques taches disséminées sur la coquille. La femelle couve seule pendant environ 2 semaines. Les jeunes restent au nid pendant en moyenne 15 jours après l'éclosion. Pendant cette dernière période, les deux parents unissent leurs efforts pour nourrir et soigner la couvée. Après l'envol, les oisillons restent dépendant des adultes pendant encore quelques temps.

Distribution

Comme son nom l'indique bien, cet oriole est endémique des Petites Antilles et plus particulièrement de l'île de Montserrat qui est une dépendance britannique située entre Antigua, Nievès et la Guadeloupe. On peut surtout l'observer dans le centre de l'île, sur les pentes de la Soufrière mais aussi à proximité de Chances Peak ou le long de la piste qui relie St Peters à Plymouth, l'ancienne capitale, au bord de la côte ouest. En raison des éruptions volcaniques récentes, son aire de distribution s'est considérablement réduite et est estimée actuellement à environ 102 kilomètres carrés.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Au cours de la longue période d'inactivité volcanique qui a précédé l'éruption de 1995, les orioles de Montserrat occupaient une assez vaste superficie dans les forêts qui recouvrent les pentes de la Soufrière. A la suite de cette catastrophe naturelle, leur habitat de prédilection a été presque entièrement ruiné et réduit à une peau de chagrin (approximativement 100 kilomètres carrés). Ce dernier avait déjà été entamé par le cyclone Hugo qui avait ravagé l'île en 1989 et tué un grand nombre individus. La population restante n'a pu être quantifiée mais d'après Birdlife et l'IUCN, elle est au bord de l'extinction. Certains oiseaux sont capturés afin de les faire se reproduire en captivité et de les relâcher plus tard dans la nature. Les zoos de San Diego aux Etats-Unis et de Jersey au Royaume-Uni tentent de mener à bien ce projet.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 14/03/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net