Ouette à tête rousse

Chloephaga rubidiceps - Ruddy-headed Goose

Systématique
  • Ordre
    :

    Ansériformes

  • Famille
    :

    Anatidés

  • Genre
    :

    Chloephaga

  • Espèce
    :

    rubidiceps

Descripteur

Sclater, PL, 1861

Biométrie
  • Taille
    : 53 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 1200 à 2020 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ouette à tête rousse
adulte

En tout plumage, éclipse ou nuptial, les 2 sexes sont identiques. Chez les adultes, les iris sont entourés d'un étroit anneau orbital blanchâtre. La tête et le haut du cou sont d'un brun chaud. Le bas du cou, la poitrine, le manteau et les flancs sont délicatement barrés de noir et de jaunâtre, les barres claires variant au blanc sur le cou et l'arrière des flancs et au jaune plus éclatant sur la région pectorale. L'abdomen et le bas-ventre sont roux-cannelle vif. Les parties supérieures sont majoritairement brun terne, les scapulaires portent des barres jaunâtres et noires à leur extrémité. Le bas du dos, le croupion , les sus-caudales et la queue forment un ensemble noirâtre. Les petites et les moyennes couvertures sont blanches alors que les grandes sont noires avec des reflets métalliques vert bronzé. Les secondaires sont blanches, les primaires noires.
Le dessous des ailes est blanc, hormis les primaires qui sont noirâtres. Juste avant la mue, l'ensemble du plumage est plus terne car il est usé.
Les juvéniles sont semblables aux adultes. Néanmoins, les grandes couvertures sont brun grisâtre sans lustre jusqu'au premier été. En tous plumages, le bec est noir, les pattes et les pieds jaune-chrome avec des taches noires sur le devant des tarses. Les iris sont brun foncé.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Ruddy-headed Goose,
  • Cauquén Colorado,
  • Ganso-de-cabeça-ruiva,
  • Rotkopfgans,
  • rőtesfejű lúd,
  • Roodkopgans,
  • Oca testarossiccia,
  • Rödhuvad gås,
  • Brunhodegås,
  • bernaška červenohlavá,
  • husice rudohlavá,
  • Rødhovedet Gås,
  • punapäähansu,
  • oca de cap rogenc,
  • magelanka rudogłowa,
  • Рыжеголовый гусь,
  • チャガシラコバシガン,
  • 棕头草雁,
  • 棕頭草雁,

Voix chant et cris

Les ouettes à tête rousse ont des cris assez analogues à ceux des bernaches à tête grise (Chloephaga poliocephala). Toutefois, ils ont une voix plus perçante. Le mâle et la femelle ont une communication assez différente : le premier émet un sifflement fin tandis que la seconde produit un caquètement aigre.

Habitat

Pendant la période estivale, les ouettes ou bernaches à tête rousse fréquentent les plaines herbeuses, les prairies inondées surtout à proximité des côtes. En Patagonie, à cette période de l'année, on peut aussi les trouver dans les marais d'eau douce. En hiver, ces oiseaux changent quelque peu d'habitat, choisissant des lieux plus arides comme les pâtures, les chaumes et les terres qui ont été récemment ensemencées. On les trouve souvent à faible distance des fermes.

Comportement traits de caractère

C'est une espèce très grégaire qu'on trouvait autefois en grandes troupes en dehors de la période de reproduction. De nos jours, bien qu'on puisse encore observer dans les Falklands des troupes assez conséquentes, les rassemblements sont nettement plus modestes en particulier sur le continent. En hiver, les ouettes à tête rousse s'associent couramment avec les bernaches à tête grise (Chloephaga poliocephala) ou plus rarement avec les ouettes de Magellan (Chloephage picta).
Malgré leur sociabilité, les mâles peuvent faire preuve d'une grande agressivité sur les lieux de reproduction et à proximité des nids, n'hésitant pas à affronter des adversaires bien plus gros qu'eux.
Les oiseaux du continent quittent la Terre de Feu au mois d'avril, ils se dirigent vers le nord de l'Argentine, surtout dans la province de Buenos Aires et ils n'effectuent le trajet retour qu'au mois de septembre. A peu près au même moment que la migration vers le nord, commence la mue. Contrairement à la plupart des anatidés, cette dernière n'entraîne pas une incapacité provisoire de voler car toutes les rémiges ne sont pas renouvelées simultanément. La mue commence donc sur les lieux du départ et s'achève habituellement sur le lieu d'arrivée. Les populations des îles Falklands sont sédentaires.

Alimentation mode et régime

Les ouettes à tête rousse sont presque exclusivement végétariennes : elles consomment des racines, des feuilles, des tiges et la partie sommitale des herbes et des roseaux. Elles nagent rarement, préférant marcher dans les pâtures, les champs inondés et les cultures. Pour manger, elles broutent les végétaux avec leur bec et arrachent les racines.

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule en octobre et en novembre. Aux îles Falklands, elle est un peu plus précoce que sur la Terre de Feu. Le nid est dissimulé dans les hautes herbes, dans les buissons ou sous un surplomb rocheux. Il peut être également placé dans un terrier de manchot. L'intérieur est souvent garni de duvet. La ponte comprend généralement 5 à 8 œufs qui sont couvés pendant environ 30 jours.

Distribution

Les ouettes à tête rousse sont originaires d'Argentine et du Chili. Il existe deux populations bien distinctes ; une dans le sud de la Patagonie et sur la Terre de Feu, l'autre dans les Falklands. Autrefois, la population du continent était assez nombreuse, son aire de répartition remontant largement vers le nord jusqu'à la province de Magallanes au Chili. Aujourd'hui, elle est confinée à la Terre de Feu dans l'extrême sud.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Jadis, l'ouette à tête rousse était considérée comme la plus abondante de toutes les bernaches sud-américaines. Dans l'extrême sud de l'Argentine, elle a subi un déclin considérable en quelques années. La cause essentielle est indiscutablement l'introduction du renard gris d'Argentine (Dusicyon griseus) pour tenter d'éradiquer la prolifération des lapins dans les années 50. Le renard gris est devenu le prédateur principal des ouettes, si bien que la population de Patagonie est désormais inférieure à 1000 individus au dernier recensement de 1976. Depuis, il semble que ce déclin continue. Heureusement, la population des Falklands est stable. Elle est aujourd'hui estimée à plus de 40 000 oiseaux. Aux Falklands et ailleurs, les bernaches sont toujours chassées. Aucune mesure particulière de protection n'a été prise en leur faveur.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 06/09/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net