Paradisier de Keraudren

Phonygammus keraudrenii - Trumpet Manucode

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Paradisaéidés

  • Genre
    :

    Phonygammus

  • Espèce
    :

    keraudrenii

Descripteur

Lesson, R Garnot, 1826

Biométrie
  • Taille
    : 28 à 31 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 130 à 240 g
Distribution

Distribution

Description identification

Bien que le paradisier de Keraudren affiche en général un plumage noirâtre, ce dernier peut être lustré de toute une gamme de bleus, de verts et de pourpre, avec de faibles variations. Son trait le plus remarquable est constitué par deux longues plumes hérissées qui pointent de chaque côté du capuchon. Comme chez toutes les autres espèces de manucode (manucode noir, vert ou de Jobi), les deux sexes sont identiques. Le mâle est toutefois légèrement plus grand que la femelle.

Indications subspécifiques 6 Sous-espèces

  • Phonygammus keraudrenii keraudrenii (w and nw New Guinea)
  • Phonygammus keraudrenii neumanni (north slope of ec New Guinea)
  • Phonygammus keraudrenii purpureoviolaceus (se New Guinea)
  • Phonygammus keraudrenii hunsteini (D'Entrecasteaux Arch.)
  • Phonygammus keraudrenii jamesii (s New Guinea and islands in the Torres Strait)
  • Phonygammus keraudrenii gouldii (ne Australia and nearby islands)

Noms étrangers

  • Trumpet Manucode,
  • Ave-del-paraíso trompetera,
  • Trompeterparadieskrähe,
  • trombitás paradicsommadár,
  • Trompetparadijskraai,
  • Manucodia trombettiera,
  • Trumpetmanukod,
  • Trompeterparadisfugl,
  • rajka trubač,
  • rajka trubač,
  • Trompetérmanukode,
  • hapsumanukki,
  • ocell del paradís de Keraudren,
  • fałdowron stalowy,
  • Трубящая райская птица,
  • Manukodia terompet,
  • ナキカラスフウチョウ,
  • 号声极乐鸟,
  • 號角輝天堂鳥,

Habitat

Ce paradisier est endémique de Nouvelle-Guinée ou il occupe la quasi totalité de l'île, de la péninsule de Vogelkop jusqu'à la baie de Milne, à l'extrême est. Il est également présent dans les archipels d'Aru et d'Entrecasteaux. Deux sous-espèces vivent dans la péninsule du Cap York, dans le nord de l'Australie. Cet oiseau fréquente les terres basses et supporte l'altitude jusqu'à 1800 mètres. De chaque côté du détroit de Torrès, en Australie comme en Nouvelle-Guinée, il fréquente les mangroves.
Sous-espèces (10) : 8 sont endémiques de Nouvelle- Guinée : Manucodia keraudrenii keraudrenii - Manucodia keraudrenii neumanni - Manucodia keraudrenii adelberti - Manucodia keraudrenii purpureoviolacea - Manucodia keraudrenii mayri - Manucodia keraudrenii hunsteini - Manucodia diamondi - Manucodia aruensis. 2 sont endémiques du nord de l'Australie : Manucodia keraudrenii jamesi - Manucodia keraudrenii gouldii.

Comportement traits de caractère

Le mâle de Keraudren est capable de développer son puissant cri trompettant grâce à une longue trachée en spirale qui s'etend de la gorge jusqu'aux muscles pectoraux. Cette espèce très active est assez commune dans les forêts pluviales où on le trouve à la fois dans l'étage inférieur et au sommet des arbres. C'est une espèce discrète, assez difficile à observer.

Alimentation mode et régime

Les manucodes de Keraudren se nourrissent surtout de fruits, mais aussi de graines, de baies ainsi que d'insectes. D'après Beehler, spécialiste des paradisiers et qui a effectué une étude spécifique sur l'alimentation de ces oiseaux, les figues constituent près de 80 % du régime du paradisier de Keraudren et du Paradisier vert, son proche parent.

Reproduction nidification

Apparemment monogame. Au cours de la parade, le mâle poursuit la femelle entre les arbres et commence son rituel dès qu'il l'a rejointe. A ce moment-là, il élève et déploie ses ailes, hérisse ses plumes et émet un puissant cri rauque et trompettant qui lui vaut son surnom anglais de'trumpet bird'. Le nid est une coupe peu profonde placée sur la fourche d'un grand arbre, jusqu'à 20 mètres de hauteur en Australie. Il est composé principalement de plantes grimpantes. La femelle y dépose deux oeufs, de couleur rose-pourpre pâle, striés et tachetés de brun, de pourpre et de gris. Le paradisier de Keraudren niche souvent en association avec le cassican des mangroves (cracticus quoyi).

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Paradisier de KeraudrenFiche créée le 29/01/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net