Paradoxornis de Webb

Sinosuthora webbiana - Vinous-throated Parrotbill

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Sylviidés

  • Genre
    :

    Sinosuthora

  • Espèce
    :

    webbiana

Descripteur

Gould, 1852

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 7 à 17 g
Distribution

Distribution

Description identification

Cet oiseau est relativement petit et il a une assez longue queue. En plumage frais, les oiseaux de la race nominale ont un front et un capuchon brun roussâtre qui se fondent dans la couleur plus chamoisée de la nuque, du manteau et des lores. Les parties supérieures ont une teinte mi-brun chaud qui devient plus chamoisée sur les couvertures sus-caudales. Les rémiges et les tertiaires sont brun foncé avec des liserés chamois-crème sur les vexilles internes. Les bordures extérieures des secondaires et les primaires sont fortement colorées de châtain-roux. Les couvertures alaires ont une couleur intermédiaire entre celle des ailes et celle des parties supérieures. Le dessus de la queue est brun foncé avec des bordures externes semblables à la couleur du dessus.
La zone qui va des couvertures auriculaires à la gorge et le haut de la poitrine sont rosâtre crème avec des stries brunes très marquées. Les flancs et les sous-caudales sont similaires aux parties supérieures, mais ils sont plus pâles et plus chamoisés. Le centre de l'abdomen est plus chamois-crème, s'intégrant plus ou moins dans la couleur de la poitrine.
Les iris varient du brun au gris pâle. Le bec est gris-ardoise foncé avec une petite tache claire sur la mandibule inférieure ou brun avec une pointe jaunâtre. Les pattes sont brun grisâtre. Le mâle et la femelle sont identiques. Les juvéniles sont plus foncés et ont un dessous plus uniformément chamois avec moins de rose et des stries moins évidentes.
Les différentes races se distinguent principalement grâce aux nuances des couleurs. La race suffusus est légèrement plus brillante et elle a plus de châtain-roux sur le capuchon et le haut du manteau. Le dessous est plus rose vineux. La race elizabethae est assez similaire à la précédente mais elle a une gorge et une poitrine plus terne avec des stries moins prononcées. La race belomachus a une apparence assez identique sauf que les côtés roses de la tête contrastent avec la calotte rousse et la gorge très claire. Chez la race fulvicauda, le rose plus foncé de la poitrine descend plus bas sur le ventre. La race mantschuricus présente un ensemble bien plus pâle, une teinte rose moins prononcée et des stries plus discrètes sur le dessous.

Indications subspécifiques 6 Sous-espèces

  • Sinosuthora webbiana mantschurica (se Russia and ne China)
  • Sinosuthora webbiana fulvicauda (Hebei. e China. and Korea)
  • Sinosuthora webbiana suffusa (c and se China, ne Vietnam)
  • Sinosuthora webbiana webbiana (Jiangsu and Zhejiang. e China.)
  • Sinosuthora webbiana elisabethae (s China and nw Vietnam)
  • Sinosuthora webbiana bulomacha (Taiwan)

Noms étrangers

  • Vinous-throated Parrotbill,
  • Picoloro de Webb,
  • Braunkopf-Papageimeise,
  • Bruinkopdiksnavelmees,
  • Psittorinco golavinata,
  • Rosenpapegojnäbb,
  • Rosenbuttnebb,
  • sutora sivá,
  • sýkořice vínoprsá,
  • Kanelpapegøjenæb,
  • ruusutimali,
  • paradoxorni de Webb,
  • ogoniatka czubata,
  • sārtais apaļknābītis,
  • Бурая сутора,
  • ダルマエナガ,
  • 棕头鸦雀,
  • 粉紅鸚嘴〔棕頭鴉雀〕,

Voix chant et cris

Le chant de la race fulvicauda est assez complexe, il peut être retranscrit de la façon suivante : "rit-rit chididi tssú-tssú-tssíú" ou "ri rit ri ri chididi wíí-tssí-tssu". Il est composé de 3 à 5 notes introductives rapides, se poursuit par un très rapide "chididi" et se termine par des notes hautes, puissantes et accentuées. Les bandes s'appellent par des bavardages rapides en sourdine qui alternent parfois avec des "tiu-tiu" fins et perçants et des papotements "chrr'rr'rr" (race elizabethae). Les oiseaux de la race suffusus produisent des cris de réprimande quand ils sont agités, ce qui donne : "wutitit", ou "wutitich'it'it'it'it".

Habitat

Les paradoxornis de Webb fréquentent les broussailles, les fourrés et les boisements secondaires parvenus à différents stades de développement. On les trouve également dans les haies, les massifs de bambous, les roselières, les marécages, les plantations de thé et les pépinières de plantes. Dans une grande partie de son aire de distribution chinoise, cet oiseau ne va pas plus haut que 1 400 mètres d'altitude. Au Sichuan, on peut l'observer en-dessous de 1 000 mètres et il est remplacé à des hauteurs plus importantes par le paradoxornis à gorge cendrée (P.alphonsianus). Dans le sud et le sud-est de la Chine, son habitat est réparti entre 600 et 2 000 mètres, au Vietnam il grimpe jusqu'à 1 500 mètres. Il atteint ses plus hautes élevations à Taïwan (3 100 m).

Comportement traits de caractère

Les paradoxornis de Webb vivent en bandes qui se déplacent à grande vitesse. Ces rassemblements changent de taille en fonction des saisons : ils sont petits en avril-juillet, moyens en août-septembre et grands d'octobre à janvier. Au cours de cette dernière période, on peut observer jusqu'à 140 individus dans les groupes de Corée. Les bandes sont de nouveau de taille-moyenne en février-mars. Les couples sont aperçus de mars à août, ce qui correspond à la saison de nidification.
Dans les monts Changbai, au nord-est de la Chine, les oiseaux de la race mantschuricus opèrent des mouvements qui sont liés au mauvais temps. Ils quittent leurs lieux de reproduction à la fin septembre et n'y reviennent qu'à la fin avril. Entre ces 2 dates, c'est à dire d'octobre à mars, ils vagabondent et on peut également assister à des mouvements altitudinaux. La dispersion des jeunes intervient peu de temps après l'acquisition de leur indépendance. Ils suivent les adultes dans leurs quartiers d'hiver. Par contre, les populations de Taïwan sont sédentaires. Les jeunes qui se dispersent rejoignent les bandes proches de celles de leurs parents.

Alimentation mode et régime

Les paradoxornis de Webb se nourrissent principalement de graines, de fleurs, de fruits et de bourgeons. Ils consomment aussi des insectes et leurs œufs, y compris des locustes, des chenilles et des papillons nocturnes de la famille des géométridés. A Taïwan (race bulomachus), les insectes constituent seulement 37% du menu. Dans cette île, les paradoxornis de Webb picorent des feuilles et des tiges de plus de 40 sortes de plantes.

Reproduction nidification

La période de reproduction se déroule d'avril à août. Il y a plusieurs nichées par saison. Les paradoxornis de Webb sont monogames. La construction du nid, l'incubation des œufs, l'éducation et le nourrissage des jeunes ainsi que toutes les principales obligations sont partagées de façon plus ou moins égale par les 2 parents. Le nid, qui est construit entre 1 et 4 jours, est une structure nette et relativement rigide en forme de coupe. C'est une assemblage de végétaux tels que des herbes plus ou moins grossières, des lanières de jonc, des feuilles sèches de bambou ou de stéphanandra, de l'écorce, des fibres végétales, des brindilles et des racines sèches. Il est parfois enveloppé dans de longues mousses douces et enduites de toiles d'araignée quand il y en a de disponibles. L'intérieur est garni avec des tiges d'herbes, des lames de feuilles, du crin, des plumes et d'autres matériaux de ce type. Le bandeau extérieur du nid est particulièrement soigné et renforcé avec des toiles d'araignées. En Corée, l'intérieur des coupes ne possède ni plumes ni poils de mammifères.
Le diamètre extérieur mesure de 6 à 11 cm, la profonfeur 6 à 12 cm, mais les nids utilisés pour les secondes couvées sont plus petits que ceux qui abritent les premières pontes. Ils sont placés entre 30 cm et 3 mètres au-dessus du sol dans une roselière, des petits bambous, des plantes grimpantes ou à la fourche d'un buisson, d'un théier ou d'un petit arbre.
La ponte comprend 3 à 7 œufs (5-6 en Corée, 4-5 en Chine et à Taïwan) lisses et luisants, de forme variable, de couleur azur ou bleu-turquoise, bleu pâle ou blanc, mesurant en moyenne 16 millimètres sur 12. Les œufs des oiseaux de la race bulomachus sont plus sombres et nettement plus grands que ceux des autres races, ceux de la race mantschiuricus sont uniquement bleus et ceux de la race fulvicauda bleu-vert. L'incubation dure de 13 à 15 jours et tous les œufs éclosent dans un laps de temps réduit. Les petits sont nidifuges et quittent le nid au bout de 9 à 10 jours, ayant atteint 80% du poids des adultes mais seulement 60% de leur envergure.
Les nids de paradoxornis de Webb sont souvent parasités par les coucous communs (Cuculus canorus). Les œufs des coucous sont toujours de couleur bleue mais ils sont plus grands que ceux de l'hôte. Conséquence: 60% des œufs pondus dans des couvées à œufs bleus, 100% de ceux pondus dans des couvées à œufs blancs sont rejetés.

Distribution

Les paradoxornis de Webb sont originaires de Chine, du nord de la Manchourie jusqu'au nord du Vietnam en passant par la Corée et les régions centrales situées le long du Yangtze. Il y a officiellement 6 sous-espèces qui sont réparties de la façon suivante du nord au sud : P. w. mantschuricus (extrême sud-est de la Russie (Sud-Ussuriland) et nord-est de la Chine (est du Heilongjiang en direction du sud jusqu'au nord-est du Hebei)). - P. w. fulvicauda (Chine Orientale (ouest et Sud-Hebei) ainsi que la Corée). - P. w. suffusus (centre et sud-est de la Chine (Sud-Gansu, Sud-Shaanxi, centre-est du Sichuan, Est-Guizhou et Guangxi en direction de l'est jusqu'au Sud-Shanxi, intérieur du Jiangsu, ouest Fujian et Guangdong) et extrême nord du Vietnam (partie nord-ouest de l'est du Tonkin)). - P. w. webbianus (côtes du Jiangsu et Nord-Zhejiang, dans l'est de la Chine). - P. w. elisabethae (extrême sud de la Chine (Sud-Est-Yunnan) et extrême nord du Vietnam (partie nord de l'ouest du Tonkin). - P. w. bulomachus (Taïwan).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est commune et répandue. Elle est capable de s'adapter à une grande variété d'habitats semi-naturels ou à des sites qui ont été profondément modifiés par les humains. En dehors de son aire de distribution naturelle qui est située en Asie, on trouve un petit nombre de populations férales dans le nord-ouest de l'Italie, notamment en Lombardie et sur la côte Adriatique.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 31/10/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net