Paruline de Townsend

Setophaga townsendi - Townsend's Warbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Parulidés

  • Genre
    :

    Setophaga

  • Espèce
    :

    townsendi

Descripteur

Townsend, JK, 1837

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : 20 cm.
  • Poids
    : 7.3 à 10.7 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte, les plumes du capuchon et de la nuque sont noires, souvent avec de fins liserés olive. Les lores et les couvertures auriculaires noirs sont entourés par une large zone jaune qui couvre le sourcil, les côtés du cou et la région de la sous-moustache. Le croissant suboculaire jaune contraste fortement avec le noir des joues. Les parties supérieures sont vert-olive foncé avec des stries noires. Les sus-caudales sont grises avec des centres noirs bien visibles. Les ailes sont noirâtres avec des liserés gris particulièrement larges sur les tertiaires. Les grandes et les moyennes couvertures ont de nettes terminaisons blanches, formant 2 barres alaires proéminentes. La queue est noirâtre avec des bordures plus pâles. Les rectrices extérieures sont majoritairement blanches.
La gorge et le haut de la poitrine sont noirs. Le bas de la poitrine et la partie supérieure du ventre sont jaunes, contrastant avec le reste du dessous qui est blanc. De larges stries noires se développent des côtés de la poitrine jusqu'au bas des flancs. Le bec est noir, les pattes brun noirâtre.
Les mâles sont semblables toute l'année, mais en plumage frais non nuptial, les zones noires particulièrement celles de la gorge ont de petites franges olive, celles-ci disparaissant rapidement avec l'usure.
Chez la femelle adulte, les motifs sont assez semblables à ceux de son partenaire, mais l'ensemble du plumage paraît plus pâle et plus terne, avec moins de noir sur les parties inférieures. La gorge et la poitrine sont jaunes, le haut de la poitrine est tapissé de petites mouchetures formant une sorte de salissure sur les côtés. Les stries des flancs et du dessus sont moins épaisses et moins distinctes. Les couvertures sus-caudales ont des centres noirs moins développés et moins visibles. La queue a en moyenne moins de blanc. Les moyennes couvertures ont une fine strie noire sur leur extrémité blanche. Les femelles, bien que légèrement plus terne en non-nuptial, ont un plumage semblable toute l'année.
En plumage non nuptial, le mâle de première année est très semblable à la femelle adulte et ne peut être clairement différencié de celle-ci dans le milieu naturel. Cependant, en nuptial, certains ont plus de noir sur les parties inférieures comme les mâles, mais en moyenne moins de blanc sur la queue. Au printemps, les rémiges, l'alula, les couvertures primaires et les rectrices semblent plus usées et de ce fait ont une apparence plus brunâtre. Les plumes usées des ailes contrastent alors avec les plumes noires plus resplendissantes des grandes couvertures.
Les femelles de première année paraissent très ternes en plumage non nuptial. En général, le capuchon et les couvertures auriculaires sont couleur olive, d'une teinte habituellement plus foncée que le manteau qui a une légère nuance brunâtre. Le noir sur le dessous est réduit à un vague lavis noirâtre sur les côtés du haut de la poitrine et à d'indistinctes stries noires sur les flancs. Les sus-caudales sont grises avec de simples indications de centres noirs. En plumage nuptial, l'ensemble du plumage est proche de celui de la femelle adulte.
Chez les juvéniles, le capuchon, la nuque et le dessus sont brun-olive, légèrement plus vert sur le croupion. Les lores et les oreillons sont brun sombre. Le sourcil et la sous-moustache sont chamois-blanc. Les parties inférieures sont blanchâtres, plus sombres sur la gorge et plus blanc sur l'abdomen, avec des stries foncées sur les flancs. Le bec et les pattes sont couleur chair.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Townsend's Warbler,
  • Reinita de Townsend,
  • Mariquita-de-townsend,
  • Townsendwaldsänger,
  • cédruslombjáró,
  • Townsend Zanger,
  • Parula di Townsend,
  • Townsends skogssångare,
  • Granparula,
  • horárik čečinový,
  • lesňáček západní,
  • Sortøret Sanger,
  • kuusikerttuli,
  • bosquerola de Townsend,
  • lasówka czarnolica,
  • Taunsenda ķauķis,
  • Пугливый лесной певун,
  • タウンセンドアメリカムシクイ,
  • 黄眉林莺,
  • 黑臉黃眉林鶯,

Voix chant et cris

Le cri le plus courant est un "tip" ou un "tick" sec, aigu, et peu musical qui est répété à de multiples reprises. On peut aussi entendre un "see" haut-perché délivré en vol. Le chant est une série de 5 ou 6 "zee" élevés, ces derniers étant immédiatement suivis par 2 ou 3 notes bourdonnantes et un peu plus aiguës. Ce chant ressemble à celui de la Paruline à gorge noire, mais la première partie de la partition de cette dernière est plus rapide et n'a pas de notes bourdonnantes.

Habitat

Les parulines de Townsend nichent dans les forêts de conifères composées de grands arbres parvenus à maturité. Elles apprécient particulièrement les forêts de sapins. Pendant la migration, elles utilisent toutes sortes de zones boisées mais elles gardent une certaine préférence pour les conifères. En hiver, ces petits passereaux peuvent être observés dans les peuplements montagneux de conifères et dans les parcelles mixtes de chênes et de pins, généralement en-dessous de 2 000 mètres d'altitude, mais à des élévations plus modestes dans la partie la plus méridionale de leur aire d'hivernage. On les trouve encore plus bas dans les régions côtières de Californie.

Comportement traits de caractère

Sur leurs lieux de reproduction, les parulines de Townsend glanent et pourchassent les insectes au sommet des arbres. En hiver, elles recherchent plus fréquemment leur pitance à des niveaux moins élevés. Pendant cette dernière période, elles rejoignent souvent les bandes mixtes, souvent en compagnie des parulines à tête jaune (Dendroica occidentalis). Au sein de ces rassemblements, les parulines de Townsend ont souvent un comportement plus agressif et dominateur.
Les parulines de Townsend sont des migrants de courte et de longue distance. La migration principale longe les montagnes Rocheuses et le littoral du Pacifique vers le sud. Les oiseaux quittent leurs lieux de ponte en août-septembre et arrivent à destination à partir de la fin septembre. La migration de retour commence en avril et l'arrivée s'effectue à partir du début du mois de mai. Sur les lieux d'hivernage, les mâles donnent le signal du départ à grand renfort de cris. Les oiseaux qui nichent en Colombie Britannique nichent principalement en Californie.

Alimentation mode et régime

Les parulines de Townsend se nourrissent principalement d'insectes. Occasionnellement, ils consomment quelques graines. Au Mexique, pendant la période hivernale, ces oiseaux profitent des sécrétions sucrées produites par les cochenilles. Elles en sont tellement friandes qu'elles dérogent à toutes leurs habitudes. En effet, alors qu'elles recherchent habituellement leur nourriture au sommet des arbres, elles utilisent tous les endroits que ces insectes occupent pour déposer leur miellée, quelque soit la hauteur à laquelle ils sont situés. Elles défendent ces territoires contre leurs congénères mais aussi contre d'autres espèces.

Reproduction nidification

La saison de nidification s'étend de mai à juin. Peu de nids ont été découverts. La plupart d'entre eux étaient situés à une hauteur de 4 ou 5 mètres au-dessus du sol, mais la moyenne générale est censée être supérieure. Les parulines choisissent habituellement un sapin et ils installent le nid à l'extrémité extérieure d'une branche. L'édifice est une coupe volumineuse mais peu profonde construite avec des lanières d'écorce, des brindilles, des herbes et des lichens. L'intérieur est garni avec du crin et des plumes.
La ponte comprend 3 à 5 œufs dont la durée d'incubation est inconnue. La longueur du séjour des jeunes au nid et le soin parental sont ignorés pour l'instant.
Les parulines de Townsend s'hybrident avec les parulines à tête jaune dans les régions où leurs aires de nidification de superposent, c'est à dire dans l'Oregon et l'état de Washington.

Distribution

Les parulines de Townsend nichent dans le nord-ouest du continent nord-américain, du sud de l'Alaska et du Yukon jusqu'à l'Oregon au sud et jusqu'au sud de l'Alberta et au Wyoming à l'est. Elles hivernent au sud de la Californie et en Amérique Centrale, du nord du Mexique jusqu'au Nicaragua. Un petit nombre poursuit sa route jusqu'à l'ouest du Panama. Bien que les populations des montagnes soient généralement plus grandes que celles qui vivent sur la côte Pacifique, on ne reconnaît en général aucune race particulière. L'espèce est considérée comme monotypique.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les parulines de Townsend sont considérées comme communes. Les effectifs sont stables ou même considérés comme en légère augmentation.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 04/08/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net