Paruline orangée

Protonotaria citrea - Prothonotary Warbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Parulidés

  • Genre
    :

    Protonotaria

  • Espèce
    :

    citrea

Descripteur

Boddaert, 1783

Biométrie
  • Taille
    : 14 cm
  • Envergure
    : 22 cm.
  • Poids
    : 14 g
Longévité

4 ans

Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte, la tête, la nuque, la gorge et la poitrine sont orange doré brillant. Le jaune de la tête met en valeur la couleur sombre des iris. Le ventre est plus pâle que la poitrine, les sous-caudales blanches contrastant avec le reste des parties inférieures. Le manteau, le dos et les scapulaires vert-olive foncé tranchent fortement avec le jaune de la nuque. Le croupion et les sus-caudales sont gris. Les ailes contrastent avec le reste du dessus, elles sont noirâtres avec des bordures bleu-gris, ces dernières étant plus larges sur les couvertures et sur les tertiaires. La queue est également noirâtre, mais avec d'épais liserés bleu-gris et de larges bases blanches sur les vexilles internes de toutes les rectrices excepté les paires centrales. Le long bec pointu est noir, les pattes sont noir grisâtre. Le mâle adulte est semblable toute l'année mais, en plumage frais, quelques plumes du capuchon et de la nuque ont d'étroites franges olive. Celles-ci s'usent très rapidement et n'affectent nullement le contraste entre la nuque et le manteau.
La femelle adulte ressemble beaucoup à son partenaire, mais elle est plus terne dans l'ensemble. La face, la gorge et la poitrine sont d'un jaune moins éclatant, le capuchon et la nuque sont nuancés d'olive et contrastent de façon moins saisissante avec le manteau. La queue est considérablement moins blanche, le blanc étant restreint aux 3 rectrices les plus extérieures. La femelle est semblable toute l'année mais en plumage frais, elle est un peu plus terne, avec un lavis olive plus évident sur la calotte et sur la nuque.
Le mâle de première année est similaire à la femelle adulte, mais avec moins de blanc sur la queue. Il est généralement plus brillant et il y a plus de contraste entre la nuque jaune et le manteau olive. Les individus les plus brillants sont difficiles à différencier des mâles adultes. La queue est un peu moins blanche et les rectrices sont plus pointues. Les tertiaires ont parfois des bordures olive. L'alula, les couvertures primaires et les rectrices sont plus usées et paraissent plus brunâtres au printemps.
La femelle de première année est légèrement plus terne que sa mère. En plumage frais, elle a notamment un capuchon et une nuque fortement lavés d'olive qui ne contrastent guère avec le manteau. La queue a en moyenne moins de blanc.
Chez les juvéniles, le capuchon, la nuque et le dessus sont olive brunâtre terne. Les côtés de la tête sont teintés de jaunâtre. La gorge et la poitrine ressemblent aux parties supérieures. Le ventre et les sous-caudales sont blanc jaunâtre avec de l'olive grisâtre sur les flancs.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Prothonotary Warbler,
  • Reinita protonotaria,
  • Mariquita-protonotária,
  • Zitronenwaldsänger,
  • Citroenzanger,
  • Parula protonotaria,
  • Gyllenskogssångare,
  • Plommeparula,
  • horárik pomarančový,
  • lesňáček zlatý,
  • Blommegul Sanger,
  • kolokerttuli,
  • bosquerola protonotària,
  • bursztynka,
  • notāra ķauķis,
  • Лимонный певун,
  • オウゴンアメリカムシクイ,
  • 蓝翅黄森莺,
  • 藍翅黃森鶯,

Voix chant et cris

Les Parulines orangées émettent un "tsip" ou un "chink" puissant et sonnant. Ils produisent aussi un "psit" plus doux et plus sifflant. Le répertoire est complété par "weet", long, clair et ténu, émis en vol.
Le chant est une série de 6 à 10 "swee" clairs qui ne changent pas de hauteur et qui rappelle parfois celui du chevalier solitaire (Tringa solitaria). Plus rarement, les parulines délivrent un chant de vol qui est assez similaire mais plus doux et qui se termine souvent par un gazouillement.

Habitat

Les Parulines orangées nichent dans les boisements inondés ou marécageux composés d'arbres parvenus à maturité. La préférence pour les zones humides ou pour les forêts proches de l'eau est maintenue pendant la période de migration. Toutefois, ces oiseaux peuvent également être observés dans les zones boisées arides occasionnellement dans les montagnes.
Les Parulines orangées hivernent principalement dans les mangroves côtières, également dans les plaines marécageuses, dans les boisements humides et plus rarement dans les zones boisées plus sèches. Pendant la période hivernale, ces passereaux vivent principalement au-dessous de 1 300 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Contrairement aux habitudes des autres parulines migratrices, les parulines orangées vivent en couples et maintiennent leurs liens conjugaux en hiver. Il n'empêche que certains individus, sans doute surtout des juvéniles, peuvent être observés en solitaire ou en petits groupes. Tout aussi inhabituellement, ces oiseaux forment des dortoirs communs en hiver, se rassemblant en bandes au crépuscule. Le reste de la journée, ils vivent en couples ou ils vagabondent en petites bandes, parfois composées de plusieurs espèces.
Les parulines orangées sont des migrants de moyenne et longue distance. Les oiseaux qui nichent à l'ouest des Appalaches descendent vers le sud en empruntant la vallée du Mississippi puis ils traversent le golfe du Mexique jusqu'au Yucatan d'où ils rejoignent leurs quartiers d'hiver en Amérique Centrale. Les nicheurs de l'est suivent la côte de l'Atlantique et les plaines jusqu'au nord de la Floride. Certains bifurquent vers l'est et rejoignent le Yucatan, d'autres continuent plein sud jusqu'aux Antilles et l'Amérique du Sud. Les Parulines orangées quittent leurs lieux de reproduction à la fin juillet ou au début août et arrivent à destination à partir de septembre. La migration de retour commence à la fin février, les oiseaux arrivant sur les lieux de ponte au début avril dans le sud et aux prémices de mai dans le nord.
Les Parulines orangées vagabondent dans tous les états de l'ouest des États-Unis, excepté l'Alaska, l'Idaho, le Montana et l'Utah. Ils errent aussi au Canada, en Nouvelle-Écosse, au Nouveau-Brunswick, à Terre-Neuve, au Québec et au Saskatchewan.

Alimentation mode et régime

Les Parulines orangées se nourrissent surtout d'insectes et d'araignées, elles consomment aussi des graines, des fruits et du nectar. Ces oiseaux recherchent leur nourriture à l'étage inférieur et moyen de la végétation, glanant et explorant les crevasses des troncs et des souches un peu à la manière des Parulines noir et blanc.

Reproduction nidification

La saison de nidification se déroule d'avril à juin. Les Parulines orangées nichent dans des trous d'arbres (il est à noter que cette espèce et la Paruline de Lucy sont d'ailleurs les seuls membres de la famille à utiliser des cavités arboricoles en Amérique du Nord). L'arbre est généralement situé près de l'eau. Ces oiseaux utilisent aussi d'anciennes excavations de pics ou de mésanges et même des nichoirs artificiels. On possède également un rapport concernant l'utilisation d'un ancien nid de Carouge à épaulettes (Agelaius phoeniceus).
Les nouveaux nids sont construits principalement par la femelle. A l'intérieur de la cavité, elle fabrique une coupe avec de la mousse, des racines et des plumes. Le nid est placé entre 1 mètre 50 et 3 mètres au-dessus d'une étendue d'eau. Les mâles peuvent construire des nids factices en début de la saison de nidification.
La ponte comprend 3 à 8 œufs qui sont couvés pendant 12 à 14 jours. L'envol des jeunes s'effectue 11 jours après l'éclosion. Les jeunes oisillons sont capables de nager s'ils sont obligés de quitter le nid prématurément.

Distribution

Les Parulines orangées nichent dans les plaines sud-est du continent nord-américain, de l'est du Minnesota et au centre du Texas en direction de l'est jusqu'à la Floride et la côte de l'Atlantique, mais elles sont absentes des Appalaches. Elles hivernent en Amérique Centrale à partir du sud du Mexique, dans le nord du continent sud-américain, notamment dans les régions côtières, du nord de l'Équateur jusqu'au Surinam. En hiver, on les trouve aussi aux Indes Occidentales.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Parulines orangées sont communes ou localement communes. La population est toutefois déclinante sur les 1,4 million de kilomètres carrés que constitue la superficie de son aire de distribution.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 03/08/2013 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net