Perdrix de Hey

Ammoperdix heyi - Sand Partridge

Systématique
  • Ordre
    :

    Galliformes

  • Famille
    :

    Phasianidés

  • Genre
    :

    Ammoperdix

  • Espèce
    :

    heyi

Descripteur

Temminck, 1825

Biométrie
  • Taille
    : 25 cm
  • Envergure
    : 39 à 41 cm.
  • Poids
    : 180 à 200 g
Distribution

Distribution

Description identification

Le bec, plutôt court, est orange chez les mâles, jaune terne chez les femelles. L'iris est brun rougeâtre ou brun pâle. Les pattes affichent une couleur jaune, sans éperon chez les deux partenaires. Les deux sexes sont assez différents. Chez le mâle adulte, la tête, le cou, la totalité du corps et des ailes présentent une couleur chamois-sable rosâtre, nuancé de rose bleuâtre en plumage frais. La zone anale est plus claire. La tête est bleuâtre plus foncé, avec une tache blanche en arrière de l'œil couvrant la partie supérieure des couvertures auriculaires. Les lores portent une plus petite tache blanche. Le front est étroitement bordé de blanc, le menton est roux pâle. Les plumes des flancs tracent des motifs roux et blancs avec des fines mèches noires formant de longues stries ondulées. La queue est rousse. La femelle adulte présente une coloration plus uniforme. Les décorations de la tête et les audacieuses plumes des flancs sont absentes. L'ensemble du plumage est chamois-sable avec de vagues vermiculures et mouchetures grises. De confuses barres rosâtres ornent l'arrière du cou et permettent ainsi de la distinguer de la femelle de la Perdrix si-si qui porte des mouchetures blanches à cet endroit précis.

Indications subspécifiques 4 Sous-espèces

  • Ammoperdix heyi heyi (Sinai Pen.. Egypt. , Israel and Jordan through w Saudi Arabia)
  • Ammoperdix heyi nicolli (ne to ec Egypt)
  • Ammoperdix heyi cholmleyi (c Egypt to n Sudan)
  • Ammoperdix heyi intermedius (sw Arabian Pen., s Oman)

Noms étrangers

  • Sand Partridge,
  • Perdiz Desértica,
  • Perdiz-do-deserto,
  • Arabisches Wüstenhuhn,
  • fehérfülű sivatagifogoly,
  • Arabische Woestijnpatrijs,
  • Pernice delle sabbie,
  • Ökenhöna,
  • Beduinhøne,
  • čiľ piesočný,
  • koroptev arabská,
  • Ørkenhøne,
  • aavikkopyy,
  • perdiu del desert,
  • Skrækhæna,
  • kuropatewka pustynna,
  • Arābijas smilširbe,
  • peščena jerebica,
  • Арабская пустынная куропатка,
  • スナシャコ,
  • 沙鹑,
  • 沙鶉,

Voix chant et cris

Habitat

Les perdrix de Hey fréquentent les collines rocheuses et caillouteuses, les lits des rivières temporaires asséchées en dehors de la période des pluies et les paysages de collines arides pourvues d'une végétation très clairsemée ou quasi inexistante. Elles s'installent généralement dans un lieu proche d'un petit point d'eau ou d'une source temporaire, souvent dans les oasis ou dans des wadis avec de grands acacias très dispersés. Elles évitent les zones cultivées et les plaines et fréquentent des régions situées habituellement en dessous de 1000 mètres. En Arabie cependant, certaines perdrix de Hey peuvent atteindre des altitudes culminant jusqu'à 2000 m.

Comportement traits de caractère

On observe habituellement les perdrix de Hey en bandes pouvant compter jusqu'à 10 individus. Elles courent rapidement dans les collines rocailleuses et dans les wadis, fuyant au moindre de signe de danger, la tête haute et le corps affaissé. Dès qu'on les approche, dans un premier temps, elles se tapissent puis elles courent plutôt que de s'envoler, les bandes se dispersant dans toutes les directions. S'il leur arrive de prendre leur envol, elles s'élèvent soudainement avec un vrombissement d'ailes, dévalent rapidement en direction du bas de la colline ou remontent la pente escarpée en voletant puis disparaissent derrière une crête. Tôt dans la matinée, plusieurs bandes peuvent se regrouper pour se désaltérer et il n'est pas rare de trouver des rassemblements pouvant totaliser jusqu'à 70 oiseaux autour des points d'eau. A la fin de l'hiver, les bandes se disloquent pour former des couples. Cependant les grands rassemblements d'oiseaux perdurent aux points d'eau et dans les lieux de nourrissage. Au printemps et en été, les groupes familiaux avec des poussins ou des juvéniles se réunissent souvent pour former de larges troupes. Ces dernières se fractionnent ultérieurement dans l'année pour reconstituer des petites cellules familiales. Aux périodes les plus torrides de la journée, les perdrix de Hey se reposent à l'ombre des canyons, des crevasses de rocher, sous les buissons ou à l'abri de constructions abandonnées.

Alimentation mode et régime

Les perdrix de Hey se nourrissent surtout de végétaux : graines, bulbes, oignons, racines. Cependant, les insectes constituent une part importante du régime des jeunes. La localisation des points d'eau est très importante en Israël et de nombreux oiseaux désertent les régions lorsque les sources sont taries. En Arabie, dans les parties les plus arides du pays, les perdrix de Hey semblent toutefois capables de survivre pendant des années dans des régions relativement désolées à une grande distance des sources.

Reproduction nidification

La perdrix de Hey est apparemment monogame. En Israël, le minimum de distance entre les nids est de 70 mètres, mais elle peut parfois se rapprocher jusqu'à 30 mètres. Le nid est une construction peu abondamment garnie à l'ombre d'un rocher ou d'un buisson, ou quelquefois dans une crevasse au pied d'une falaise. La ponte varie entre 6 et 14 œufs mais certains nids peuvent en contenir parfois 18 à 24, ce qui est le résultat du dépôt de deux femelles dans le même réceptacle. L'incubation qui dure de 21 à 24 jours, est assurée par la femelle seule mais après l'éclosion, le mâle participe à l'éducation des jeunes. La saison de nidification intervient de février à août en Israël, avec le dépôt des œufs en mars et en avril (Israël, Jordanie). Occasionnellement, en Israël, la perdrix de Hey mène à terme deux couvées par saison, surtout lorsque les pluies de l'hiver précédent ont été abondantes.

Distribution

L'aire de la perdrix de Hey suit le tracé du littoral de la mer Rouge et de la péninsule arabique jusqu'à Oman. Elle est présente sur le continent africain dans l'est de l'Egypte et l'extrême nord-est du Soudan. Sur le continent asiatique, on peut l'observer au Moyen-Orient, dans le Sinaï, en Israël, en Jordanie et jusqu'en Syrie. Mais les populations les plus nombreuses se situent dans les montagnes du sud et de l'ouest de l'Arabie Saoudite, jusqu'au Yemen et au sultanat d'Oman.
Sous-espèces (4) : on reconnaît en général 4 sous-espèces, le territoire de chacune d'entre elles chevauchant légèrement celui de la race qui lui est adjacente. Ammoperdix heyi heyi, la race type, vit en Jordanie, Israël, au Sinaï, ainsi que dans le nord et le centre de l'Arabie Saoudite. Ammoperdix h. intermedia, s'observe dans l'ouest de l'Arabie Saoudite, au Yemen et à Oman. Ammoperdix h. nicolli, est présente dans le nord-est de l'Egypte. Ammoperdix h. cholmleyi, est installée au sud-est de l'Egypte et dans l'extrême nord-est du Soudan.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 21/05/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net