Petite Nyctale

Aegolius acadicus - Northern Saw-whet Owl

Petite Nyctale

Petite Nyctale

Aegolius acadicus

((Gmelin, JF, 1788))


Ordre : Strigiformes

Famille : Strigidés  ;

Genre : Aegolius

Espèce : acadicus

Sous-espèces : 2 [+] [-]
Aegolius acadicus acadicus(widespread, also c Mexico)
Aegolius acadicus brooksi(Queen Charlotte Is.. off British Columbia, Canada.)

Chant :

Biométrie :

Taille : 20 cm
Envergure : 42 à 48 cm.
Poids : 75 g

Longévité : 16 ans

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : sýc americký (cs), Lille Perleugle (da), Sägekauz (de), Northern Saw-whet Owl (en), Mochuelo Cabezón (es), amerikanhelmipöllö (fi), fűrészbagoly (hu), Civetta capogrosso del Nordamerica (it), アメリカキンメフクロウ (ja), Slipeugle (nb), Zaaguil (nl), włochatka mała (pl), Mocho-amolador (pt), Североамериканский мохноногий сыч (ru), pôtik škripľavý (sk), Rostpärluggla (sv), 棕榈鬼鸮 (zh)

Identification :
Petite Nyctale Le disque facial est brunâtre. La zone autour des yeux est blanchâtre, formant une série de stries blanches qui rayonnent vers le bord du disque. La base du bec et le dessous des yeux portent une tache noirâtre bien visible. Le disque ne présente pas de bordure sombre, mais une étroite frange qui est composée de taches claires et sombres qui alternent. Le reste de la tête affiche une couleur brun roussâtre ou gris-brun avec de multiples stries blanches, notamment sur le devant du front. Le manteau et les parties supérieures sont brun-rouille avec des taches blanches. Les rémiges sont tachées de blanc. La queue relativement courte affiche normalement trois rangées de taches blanches. Les parties inférieures sont totalement blanches avec de larges Petite Nyctale stries longitudinales chamois-roux. Les pattes sont légèrement emplumées. Les iris sont jaune-orange. Le bec et la cire sont noirâtres.
A l'envol, les juvéniles ont une disque facial brun avec un vague bord blanc. Les sourcils, le front et les lores sont blancs, formant un "X" pâle qui contraste sur la face sombre. Le dessus est brun-chocolat uni. Le dessous est brun pâle ou chamois-cannelle, excepté la poitrine qui est traversée par une indistincte bande brun-chocolat. Les iris sont jaunâtres.

Chant : Le cri le plus courant est strident, grinçant et résonne comme le bruit d'une scie qu'on est en train d'aiguiser : "screeerave". Il est émis par les deux sexes et semble avoir un caractère agressif. Le cri territorial ressemble à une série de doux klaxons émis régulièrement et à une vitesse moyenne, à raison de 2 notes par seconde "tiou-tiou-tiou". Au début du printemps, pendant les nuits calmes, les mâles délivrent des notes simples qui ressemblent à des gouttes d'eau qui tombent dans un seau d'eau à moitié rempli. Les mâles sont plus communicatifs quand il ne sont pas appariés. Les oiseaux qui sont excités lancent une note Petite Nyctale qui ressemble à un coup de marteau sur une enclume. Les cris des jeunes sont semblables à ceux des nyctales de Tengmalm.

Habitat : La petite nyctale fréquente les forêts denses, souvent avec un sol humide ou marécageux. La plupart du temps, elle niche dans la ceinture de conifères du nord de l'Amérique, dans des zones où les sapins et les épicéas sont prédominants. Dans les montagnes du Nnord du Mexique, elle marque sa préférence pour les contrées plus ouvertes et plus arides, avec des pins, d'autres conifères ou même des chênes. Dans ces régions, on la trouve entre 1350 et 2500 mètres au-dessus du niveau de la mer. En automne, les populations nordiques migrent aux Etats-Unis. Ils s'installent alors dans les forêts d'arbres à feuilles caduques, plus particulièrement dans les parcelles humides ou situées le long des cours d'eau, avec des aulnes, des trembles, et des saules.

Distribution : La petite nyctale est endémique de l'Amérique du Nord, mais son aire est plus méridionale que celle de la nyctale de Tengmalm. Son territoire s'étend du golfe Petite Nyctale du Saint-Laurent, à l'est, jusqu'aux îles de la Reine Charlotte, un peu au dessus de Vancouver, à l'ouest. A l'est, il descend jusqu'à la Caroline du Nord alors qu'à l'ouest, il descend vers le sud jusqu'à la Californie, le sud de l'Arizona et de le sud-ouest du Mexique (Oaxaca). Deux sous-espèces sont officiellement reconnues : A.a. acadicus (la quasi totalité de l'aire) - A.a. brooksi (îles de la Reine Charlotte, Colombie Britannique).

Comportements : La petite nyctale est une chouette strictement nocturne. Son activité ne commence qu'à la fin du crépuscule. Bien qu'on puisse l'apercevoir en plus grand nombre pendant la migration, elle ne possède aucun instinct grégaire. Pendant la journée, elle se repose en solitaire dans les épais feuillages des arbres, presque toujours à proximité du tronc et à une faible distance au-dessus du sol. Elle est parfaitement camouflée car elle prend le soin de fermer les yeux et d'ébouriffer Petite Nyctale son plumage. Si l'on approche trop près, la petite nyctale donne l'impression de devenir plus mince, drapant la partie antérieure de son corps avec une aile comme s'il s'agissait d'une cape.

A la fin de l'hiver ou au début du printemps, les mâles commencent à chanter à proximité des lieux de nidification. On ne connaît pas grand chose sur la parade nuptiale, mais il est probable qu'elle soit assez similaire de celle de la nyctale de Tengmalm. Comme chez cette dernière, le but principal du chant est d'attirer une partenaire et dès qu'il est apparié, le mâle stoppe assez abruptement ses vocalises. En ce qui concerne le reste des activités, les deux espèces sont également très ressemblantes. Comme sa proche cousine, la petite nyctale chasse 20 minutes après la coucher du soleil et 20 minutes avant son lever. Son territoire est assez vaste et couvre souvent plus de 100 hectares. Elle passe la plupart de son temps sur les perchoirs d'où elle observe ses victimes. La petite nyctale chasse principalement dans les zones boisées mais, dès que la neige commence à tomber, elle migre vers des contrées plus ouvertes. Son vol est doux et parfaitement silencieux.

Nidification : Comme chez la nyctale de Tengmalm, les liens conjugaux ne durent jamais au-delà de la saison de nidification. Le mâle indique à la femelle l'emplacement potentiel de la ponte en chantant devant l'entrée et en pénétrant éventuellement Petite Nyctale à l'intérieur de la cavité. Le couple ne construit pas de nid, il se contente d'utiliser une trou naturel situé dans un tronc d'arbre, un nichoir artificiel ou plus fréquemment une cavité qui été creusée par un pic. La ponte intervient entre le mois de mars et le mois de juillet. La femelle dépose directement sur le fond du trou sans garniture 3 à 7 oeufs de couleur blanche à deux jours d'intervalle. Dès la délivrance du premier œuf, elle couve seule pendant 27 à 29 jours. Les éclosions interviennent donc en ordre échelonné mais à intervalle régulier. En cas d'insuffisance de nourriture, les derniers nés meurent de faim et sont dévorés par leurs frères et sœurs. Les pelotes de réjection, les excréments et les restes de nourriture sont régulièrement évacués du nid. Le moindre grattement effectué sur l'écorce du tronc provoque l'apparition de la femelle à l'entrée. Ce comportement a pour but de prévenir l'intervention de certains mammifères prédateurs, en particulier les martres. Lorsque les oisillons les plus jeunes ont atteint l'âge d'environ 18 jours, la femelle quitte la cavité pour s'installer ailleurs. Le mâle continue à les alimenter. A l'âge de 4 semaines, ils ont acquis leur livrée brun-chocolat de juvénile et ils prennent leur envol. Ils sont accompagnés par leur mère qui continue à les nourrir pendant encore plusieurs semaines. Ils effectuent alors leur mue qui leur procure un aspect plus proche de celui de leurs parents. Les jeunes nyctales atteignent la maturité sexuelle vers l'âge de 9 ou 10 mois.

Régime : Les petites nyctales se nourrissent principalement de rongeurs, souris sylvestres du genre Peromyscus ou musaraignes. Occasionnellement, ils chassent des petits oiseaux (mésanges, bruants) ainsi que des grenouilles et des insectes (coléoptères, sauterelles). La sous-espèces qui vit dans l'île de la Reine Charlotte possède un menu bien particulier : elle se nourrit souvent de crustacés et d'arthropodes qu'elle trouve à marée basse. Les petites nyctales ont un comportement de chasse assez semblable à celui de la nyctale de Tengmalm.

Protection / Menaces : En raison de son comportement très discret qui la fait passer très souvent inaperçue, cette chouette possède un statut très incertain. Sa population globale, estimée pour les Etats-Unis entre 100 000 et 300 000 individus semble être légèrement en déclin. Néanmoins l'espèce est loin d'être en danger. La survivance de larges superficies de forêts et la disponibilité en nourriture non contaminée constituent deux conditions essentielles à son maintien. Comme c'est également le cas pour la nyctale de Tengmalm, l'installation de nichoirs artificiels a contribué à une meilleure reproduction dans la mesure où elle représente une protection plus efficace contre les prédateurs que les sites naturels.

Sources :

 

Autres liens :
Iucn
Birdlife
Xeno_Canto
Avibase
Hbw Alive


Fiche créée le 11/08/2009 par Daniel LE-DANTEC


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 30/10/2014 04:37:41 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Hawks - Owls of the Great Lakes Region - Eastern North America

Petite Nyctale

Petite Nyctale

Petite Nyctale

Petite Nyctale

Petite Nyctale

Petite Nyctale

Petite Nyctale

Petite Nyctale

Petite Nyctale

Petite Nyctale

Petite Nyctale