Pétrel de Gould

Pterodroma leucoptera - Gould's Petrel

Systématique
  • Ordre
    :

    Procellariiformes

  • Famille
    :

    Procellariidés

  • Genre
    :

    Pterodroma

  • Espèce
    :

    leucoptera

Descripteur

Gould, 1844

Biométrie
  • Taille
    : 30 cm
  • Envergure
    : 70 à 71 cm.
  • Poids
    : 170 à 200 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Procellariidés (pétrels et puffins) sont des oiseaux marins de taille moyenne à grande. Tous possèdent des narines tubulaires à la base du bec. Avec leurs ailes longues et étroites en moyenne, ils sont profilés pour des déplacements de longue distance au dessus de l'eau, profitant des ve... lire la suite

Description identification

Chez ce petit pétrel gris et blanc, le capuchon plus clair est mis en valeur par les nuances plus sombres des couvertures alaires et les ornements éclatants des sous-alaires.
Toutefois, cet oiseau est polymorphique. Dans la forme sombre, le plumage varie du gris-ardoise sombre au noir fuligineux, avec une tache blanche sur le bas de la tête et quelques marques blanchâtres sur le dessous des ailes.
Chez la race nominale, les plumes du front jusqu'à l'intérieur du sourcil sont blanches, avec un peu de gris sur les bases donnant à cette partie un aspect écaillé. Le reste de la tête, du capuchon à la nuque, en passant par les ouvertures auriculaires et les côtés du cou, sont plus uniformément nominaux ; les plumes du front jusqu'à l'intérieur du sourcil sont blanches, avec un peu de gris jusqu'au manteau, ce qui fait contraster la calotte avec le blanc de la face et de la gorge. Le haut du dos gris pâle tranche légèrement avec la barre carpiale qui parcourt le croupion et va jusqu'aux couvertures sus-caudales, formant un motif discret en "M". Le dessous des ailes blanc a des bordures grises sur les rémiges formant un bord de traîne. Ce cernier est plus nettement visible au niveau du joint carpial. Les côtés du cou sont parfois ornés d'un collier partiel. Le reste des parties inférieures est blanc.
Les iris sont brun noirâtre, le bec et les pattes sont noirs. Les sexes sont identiques, bien que les mâles sont caractéristiquement plus lourds que les femelles. Les juvéniles sont semblables aux adultes. Les pétrels de Gould peuvent être confondus avec les pétrels de Cook ou de Pycroft.
La race caladonica n'est pas très différente de la race nominale, mais la bordure externe des rectrices est entièrement blanche au lieu de grise. L'envergure et la queue sont légèrement plus longues.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Pterodroma leucoptera leucoptera (Cabbage Tree and Boondelbah Is.. Australia.)
  • Pterodroma leucoptera caledonica (New Caledonia)

Noms étrangers

  • Gould's Petrel,
  • Petrel de Gould,
  • Freira-de-garganta-branca,
  • Weißflügel-Sturmvogel,
  • Gould-viharmadár,
  • Goulds Stormvogel,
  • Petrello di Gould,
  • Goulds petrell,
  • Sotkragepetrell,
  • tajfúnnik bielokrídly,
  • buřňák černohlavý,
  • Båndpetrel,
  • melanesianviistäjä,
  • petrell de Gould,
  • Drafnardrúði,
  • petrel białolicy,
  • Gulda vētrasputns,
  • pasasti švigavec,
  • Белокрылый тайфунник,
  • ミナミシロハラミズナギドリ,
  • 白翅圆尾鹱,
  • 厚嘴圓尾鸌,

Voix chant et cris

Le répertoire du pétrel de Gould comporte principalement 2 sortes de vocalisations qui sont délivrées à la fois par la race nominale et la race caledonica : la première est un "zit-zit-zit" assez semblable à celui d'une cigale et il est lancé en vol. La seconde est un "peep-peep-peeoo" assez strident.

Habitat

Les pétrels de Gould sont des oiseaux marins et généralement pélagiques, ils approchent rarement les zones de terre ferme, excepté quand ils sont en colonies.
Ils se reproduisent sur les îles océaniques, sur des versants densément boisés qui ont une pente raide ou dans des petits ravins qui sont situés à l'intérieur de forêts de palmiers.
Ils peuvent grimper jusqu'à 650 mètres d'altitude en Nouvelle-Calédonie.

Comportement traits de caractère

Apparemment, la plupart des proies semblent être capturées à proximité de la surface, ou après un plongeon de faible profondeur. Toutefois, la plupart des techniques ou des stratégies de pêches ne sont pas révélées.

Alimentation mode et régime

Le régime alimentaire des pétrels de Gould est peu connu, mais apparemment les calmars et les céphalopodes sont les victimes les plus courantes. Les petits poissons du genre Myctophidés sont volontiers consommés. Les poissons du genre Vinciguerria, Electrona et Halobatos semblant être des prises de type accidentel.
Dans les eaux tropicales du Pacifique Est, les pétrels de Gould forment parfois des groupes plurispécifiques et ils collaborent de façon efficace avec d'autres sortes de puffins ou de pétrels..

Reproduction nidification

Les premiers oiseaux retournent dans les colonies à partir du mois d'octobre, après un exode nuptial qui dure environ 2 à 3 semaines. Les périodes de ponte s'étalent sur les mois de novembre et de décembre. Pendant la durée de dépôt des œufs, ces pétrels sont coloniaux et strictement nocturnes, montrant un haut degré de philopatrie, autrement dit un grand attachement pour les lieux de naissance des années précédentes. Les pétrels de Gould nichent sur des sols rocailleux nus ou à terre sur des sols qui sont abondamment recouverts de végétation, sous des palmiers, des branches de figuiers ou des grosses touffes d'herbes du genre Lomandra.
La ponte comprend un seul œuf blanc de 50 millimètres sur 38 qui est couvé par les 2 parents qui se relaient pendant 6 à 7 semaines. A la naissance, les oisillons ont un duvet gris et ils sont ravitaillés par un repas qui apporte en moyenne 14 g. L'envol intervient au bout de 11 ou 12 semaines, peu de temps après que les jeunes aient atteint un pic de 360 grammes.
Le taux de réussite des couvées et l'âge de maturité sexuelle ne sont pas connus, excepté à Cabbage Tree Island où les plus jeunes géniteurs bagués ont 3 ans et 10 mois. Dans certains endroits, des expériences sur des changements de site n'entraînent pas de grosses perturbations, le taux de succès approchant les 65% même si l'endroit de ponte n'est pas le même que celui de l'année précédente.
L'échec des couvées intervient parfois lorsque le parent chargé de l'incubation abandonne les œufs en raison de l'absence du ravitaillement que son partenaire est supposé lui fournir.
Dans le milieu naturel, les pétrels de Gould peuvent survivre jusqu'à 40 ans. Les faucons pèlerins et les busards de Gould (Circus approximans) sont leurs principaux ennemis. A Cabbe Tree Island, certains hiboux opèrent également. Les autres prédateurs ont un impact presque insignifiant.

Distribution

Les pétrels de Gould occupent un vaste espace géographique au centre et à l'est du Pacifique où ils sont officiellement répartis en 2 sous-espèces :
* P. l. leucoptera - sud-ouest et centre de l'océan Pacifique, nidification au large de l'est de l'Australie sur les îles de Cabbage Tree, Boondelbah, Broughton et Little Broughton (centre des Nouvelles-Galles du Sud).
* P. l. caledonica - eaux tropicales de l'est de l'océan Pacifique, niche en Nouvelle-Calédonie et sur les îles australes (Raivavae).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les races leucoptera et caledonica sont séparément traitées comme vulnérables en Australie. La population globale est relativement réduite. Jusqu'à une période récente, la race nominale était considérée comme limitée à Cabbage Tree Island où sa population de 250 couples ne produisait que 50 poussins par an dans les années 50.
Dans la première décade du XXIème siècle, l'effectif, porté à 1 000 individus, produit environ 300 oisillons.
La variation dans les effectifs peut s'expliquer par l'introduction des lièvres européens dans les années 1906. La présence de nouveaux prédateurs tels que les corbeaux australiens et les grands réveilleurs qui ont trouvé un terrain favorable dans la composition de la flore des îles (pisonia umbellifera) a augmenté l'éventail des menaces. Des mesures drastiques ont donc été prises pour supprimer les pisonia de l'aire de nidification des pétrels. Des transferts de populations ont été effectués, de Cabbage Tree à Bondelbah, distante de moins de 2 km, pour leur proposer un environnement plus sain et plus favorable. De nouveaux sites insulaires (Boughton et Little Boughton) ont été trouvés à faible distance pour implanter cet oiseau.
La race caledonica possède entre 1 000 et 10 000 couples dans son aire de nidification. Et il y a sans doutes des sites inconnus dans les îles australes. Comme chez de nombreuses populations d'oiseaux marins qui nichent à terre, la prédations par les espèces introduites, notamment les porcs, est assez sévère. Des mesures importantes doivent donc être prises pour concilier les intérêts humains et les contraintes du milieu naturel
Un programme de nichoirs artificiels a été mis en place pour protéger la reproduction des pétrels de Gould qui sont de très beaux oiseaux et qui le méritent.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 16/06/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net