Pie-grièche tigrine

Lanius tigrinus - Tiger Shrike

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Laniidés

  • Genre
    :

    Lanius

  • Espèce
    :

    tigrinus

Descripteur

Drapiez, 1828

Biométrie
  • Taille
    : 19 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 27 à 37 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Laniidés sont des passereaux de taille petite à moyenne, au corps allongé, à ailes arrondies et à queue longue. Le plumage est dans des tons discrets de brun, gris ou noir, mais inclut toujours du blanc. Le bec est fort et crochu à son extrémité. Il possède deux dents subterminales à s... lire la suite

Description identification

Les mâles adultes portent un masque facial noir qui recouvre à la fois les lores, les yeux, les oreillons et la partie antérieure du front. Le sourcil est blanchâtre, s'étendant légèrement en arrière de l'œil. Le dessus de la tête est gris moyen, du front jusqu'à la base de la nuque. Le manteau, le dos, les scapulaires, le croupion et les sus-caudales sont roux, abondamment et grossièrement barrés de noir. La queue nettement échelonnée présente une couleur brun-roux. Les plumes extérieures sont plus pâles et toutes les rectrices ont une fine pointe blanchâtre. Les ailes sont brun foncé avec des tertiaires plus claires, toutes les plumes étant liserées de roux pâle. Les parties inférieures sont blanches, les sous-caudales brun clair.
La femelle adulte ressemble à son partenaire, mais elle est plus ou moins terne avec des parties supérieures plus brunes, moins rousses. Les lores sont blanchâtres et non pas noirs. Les parties inférieures portent de nettes barres noires sur le côté de la poitrine et sur les flancs. Les juvéniles ont un disque facial qui est moins proéminent sur les lores, les yeux et les oreillons. Les parties supérieures prennent une teinte roux brillant sur le dos, le croupion et les sus-caudales. Les parties inférieures sont lavées de chamois avec de grossières barres sur tout l'ensemble excepté le menton. Le dessous de la queue est brun clair.
Les adultes ont un bec puissant, très allongé et de couleur noir bleuâtre. Les pattes sont gris6plomb, les iris bruns.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Tiger Shrike,
  • Alcaudón tigre,
  • Tigerwürger,
  • tigrisgébics,
  • Tijgerklauwier,
  • Averla tigrata,
  • Tigertörnskata,
  • Tigervarsler,
  • strakoš veľkozobý,
  • ťuhýk tygrovaný,
  • Tigertornskade,
  • tiikerilepinkäinen,
  • escorxador tigrat,
  • dzierzba tygrysia,
  • svītrainā čakste,
  • Тигровый сорокопут,
  • Bentet loreng,
  • チゴモズ,
  • 虎纹伯劳,
  • นกอีเสือลายเสือ,
  • 虎紋伯勞,

Voix chant et cris

Le chant peut être puissant et musical mais, en début de reproduction, lorsque le mâle se tient à côté de sa partenaire, celui-ci est émis en sourdine et ne porte pas à très longue distance. Le cri territorial est assez différent de celui des autres laniidés. En fait, il résonne comme le cri d'alarme habituel de la famille. C'est une série de "tcha-tcha-tcha-tcha" répétés à de multiples reprises. On peut également entendre un "tchik" très discret mais rude.

Habitat

Les pies-grièches tigrines nichent dans les zones de climat tempéré. On les trouve surtout dans les plaines ou les régions de basses collines. Au Japon, elles vivent habituellement au-dessous de 800 mètres et jamais au-dessus de 1200 mètres. Ces oiseaux occupent principalement les zones boisées, en particulier les parcelles ouvertes de feuillus et les lisières de bois. Ils fréquentent aussi les clairières et les terres agricoles pourvu qu'elles aient suffisamment d'arbres. Occasionnellement, comme c'est le cas à Tokyo, ils font même des incursions à l'intérieur des parcs de banlieue. En Russie Extrême Orientale, les pies-grièches tigrines résident à de très basses altitudes (moins de 150 m) dans des parcelles d'ormes, d'aulnes ou de chênes qui poussent sur les versants peu accidentés des rivières. En hiver, dans les zones de climat tropical ou subtropical, les pies-grièches tigrines sont principalement observées en bordure des forêts primaires et secondaires ainsi que dans les collines jusqu'à 900 m, comme c'est le cas à Sumatra. Elles pénètrent aussi parfois dans les terres agricoles et dans les jardins.

Comportement traits de caractère

Les pies-grièches tigrines sont des oiseaux très discrets qui apprécient les habitats clos. Toutefois, au début de la saison de nidification, les mâles sont assez facilement observés car ils se tiennent bien en évidence à la cime des arbres. Positionnés à cet endroit, ils produisent des chants calmes ou ils délivrent des cris territoriaux énergiques et puissants.En même temps, ils dressent la tête à la verticale et ils agitent doucement les ailes. Ils réalisent également des parades aériennes autour de leur territoire tout en continuant à crier. Les pies-grièches tigrines sont des nicheurs solitaires et leur densité est relativement basse, environ un couple tous les 3 kilomètres carrés. Cependant, il peut arriver parfois que plusieurs paires nichent à peu de distance les unes des autres.

Pendant la période hivernale, les pies-grièches tigrines sont assez fidèles à leurs sites. En Malaisie et à Singapour, elles fréquentent les mêmes lieux d'hivernage années après années. Ces oiseaux chassent à la manière typique des laniidés. Cependant, ils préfèrent se tenir dissimulés dans les buissons plutôt que chasser à l'affût à partir d'un perchoir découvert. Contrairement à la plupart des pies-grièches qui capturent leurs proies après une poursuite aérienne, ils ont tendance à glaner les insectes sur les branches et dans les feuillages des arbres. Autre différence notoire, en principe, ils n'utilisent pas de lardoires pour empaler et stocker leurs captures.

Toutes les populations sont migratrices ou presque (seuls certains oiseaux du Japon sont sédentaires). La limite nord de l'aire d'hivernage correspond exactement avec la ligne sud de l'aire de nidification qui se situe au niveau des provinces du Yunan, du Guangxi, du Guangdong et du Fujian. Les pies-grièches de Russie quittent leur territoire dans les 10 derniers jours du mois d'août. Celles du Japon entament la migration à la fin d'août ou au début de septembre. Ces oiseaux hivernent en péninsule malaise de la fin août jusqu'en début mai et à Sumatra, du début septembre jusqu'à la fin avril. La migration de retour vers le nord s'effectue à partir du mois d'avril. Les oiseaux du Japon sont prêts à nicher dès la mi-mai alors que ceux de la Russie Orientale ne sont pas opérationnels avant le début du mois de juin.

Alimentation mode et régime

Les pies-grièches tigrines sont presque exclusivement insectivores. Elles consomment principalement des orthoptères et des coléoptères. Dans l'extrême est de la Russie, l'étude du contenu de certains estomacs donne une idée assez précise de leur menu : sauterelles, punaises à bouclier de la famille des pentatomidés, taupins, scarabées et papillons. Les oisillons reçoivent principalement des sauterelles. Les jeunes des autres espèces subissent parfois les attaques de pies-grièches tigrines.

Reproduction nidification

Dans l'extrême est de la Russie, les mâles arrivent en premier sur les lieux de reproduction, mais ils sont souvent suivis de près par de nombreuses femelles. La formation des couples est très rapide et parfois même, elle intervient sur les lieux de halte qui jalonnent la migration de retour. Dans la partie nord de l'aire, en Russie et au Japon, la saison de nidification commence assez tardivement, pas avant la fin mai ou le début du mois de juin. Elle se termine à la fin juillet. Les pies-grièches tigrines ne pondent qu'une fois par an mais les couvées de substitution ne sont pas rares. Dès que le couple est formé, le mâle et la femelle unissent leurs efforts pour construire le nid qui est terminé en 5 ou 7 jours. Au Japon, il est placé relativement haut, entre 2 et 6 mètres au-dessus du sol dans un feuillu (chêne, orme ou pommier). On le trouve habituellement sur une branche horizontale à une distance d'un à quatre mètres par rapport au tronc. Il est souvent dissimulé par une touffe de plantes grimpantes. En Chine, le nid est situé plutôt dans des ronces ou des buissons bas. La structure a la forme d'une coupe plutôt compacte avec un pourtour solide composé de tiges végétales, d'herbes, d'écorce et parfois de mousse. Elle mesure 13 cm de diamètre et 7 centimètres de profondeur.

La ponte comprend 3 à 6 œufs qui sont couvés exclusivement par la femelle pendant 15 ou 16 jours. Les jeunes restent au nid pendant 2 semaines. Après l'envol, ils restent à proximité de leur lieu de naissance pendant encore 15 jours durant lesquels ils dépendent de leurs parents.

Distribution

Les pies-grièches tigrines sont originaires du nord-est du continent asiatique. Elles nichent à l'extrême est de la Russie, en Corée et au Japon, mais elles sont surtout présentes dans le nord-est et le sud de la Chine jusqu'au tropique du Cancer. En hiver, elles migrent vers le sud et on les trouve alors dans l'extrême sud de la Chine, en Indochine, dans la péninsule malaise et les grandes îles de la Sonde, y compris le nord de Bornéo. La pie-grièche tigrine est monospécifique, c'est à dire qu'elle n'est pas divisée en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les pies-grièches tigrines sont très répandus dans le nord-est de la Chine, spécialement dans les provinces de Hebei et Shandong proches de la mer Jaune. On ne connaît pas bien leur statut mais on est sûr que les populations nordiques ont amorcé un déclin marqué dans les trente ou quarante dernières années. Au Japon, où elle fut jadis très courante, elle n'est plus commune que très localement.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 06/09/2010 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net