Pintade plumifère

Guttera plumifera - Plumed Guineafowl

Systématique
  • Ordre
    :

    Galliformes

  • Famille
    :

    Numididés

  • Genre
    :

    Guttera

  • Espèce
    :

    plumifera

Descripteur

Cassin, 1857

Biométrie
  • Taille
    : 51 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 750 à 1000 g
Distribution

Distribution

Description identification

Sa huppe proéminente de plumes rigides noires rend improbable la confusion avec toute autre espèce que la pintade casquée dont elle est proche parente. Les pintades plumifères ont des pattes gris bleuâtre, modérement longues et sans éperons. Le bec est également gris bleuâtre, l'iris brun. Les deux sexes sont identiques, même si le mâle est légèrement plus grand. La queue est courte, insignifiante, mais tenue relevée. Le mâle porte une huppe d'au moins trente millimètres sur toute la longueur de la calotte. Le reste de la tête et la partie supérieure du cou sont recouverts d'une peau nue d'une teinte gris-bleu. Chaque joue porte un barbillon pendant relativement long. Le corps et les couvertures alaires affichent un bel ensemble noir moucheté de petits points blancs qui forment un collier plus intense sur la partie inférieure du cou. La queue noire est abondamment pointillée de blanc. Les plumes de vol sont brun sombre, plus foncé sur les secondaires qui sont faiblement tachées de blanc. Les trois secondaire placées les plus à l'extérieur ont une extrémité blanche qui forme une rayure visible sur la bordure de l'aile.
Chez les juvéniles, un duvet noir dissimule la peau de la tête et du cou. La huppe est plus discrète. Les parties supérieures et les plumes de vol sont grises barrées de noir. La poitrine noir grisâtre est finement mouchetée et barrée de blanc

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Guttera plumifera plumifera (s Cameroon to n Angola)
  • Guttera plumifera schubotzi (n and e DRCongo)

Noms étrangers

  • Plumed Guineafowl,
  • Pintada Plumífera,
  • Pintada-emplumada,
  • Schlichthauben-Perlhuhn,
  • búbos gyöngytyúk,
  • Kuifparelhoen,
  • Faraona piumata,
  • Plympärlhöna,
  • Bustperlehøne,
  • perlička chochlatá,
  • perlička lesní,
  • Parykperlehøne,
  • kiharahelmikana,
  • pintada de plomall,
  • perlica czarna,
  • Гладкохохлая цесарка,
  • コカンムリホロホロチョウ,
  • 西非冠珠鸡,
  • 西非冠珠雞,

Habitat

Les pintades plumifères fréquentent les forêts primaires denses ou les vieux peuplements secondaires de la forêt tropicale humide pourvu qu'ils possèdent un sous-bois clairsemé. Elles sont présentes exclusivement en Afrique Equatoriale du sud du Cameroun, de la Guinée Equatoriale, du Gabon, de la côte du Congo, du sud de la République Centrafricaine et du nord du Zaïre en direction de l'est jusqu'à l'ouest de la vallée du Rift et la pointe nord-ouest du lac Tanganika.

Comportement traits de caractère

Au crépuscule, les troupes de pintades plumifères volent jusqu'à leurs perchoirs et établissent des dortoirs communs. Ces derniers ne sont pas fixes et les oiseaux changent d'arbres pratiquement tous les soirs. Dès que le danger d'un éventuel prédateur est signalé, les groupes se dispersent et courent dans toutes les directions. Les pintades plumifères ne prennent leur envol qu'en cas de menace pressante. Les pintades possèdent un cri d'alarme typique, un 'kak' nasal, qu'elles répètent jusqu'à ce qu'il devienne un concert de caquètements discordants 'ka-ka-ka-ka-ka-ka'. Quand elles se déplacent dans les sous-bois à la recherche de nourriture, les pintades maintiennent le contact grâce à un curieux cancannement portant loin.

Alimentation mode et régime

C'est une espèce très sociable, recherchant sa nourriture dans la forêt dense en troupes de 20 à 40 individus qui évitent les clairières et les zones cultivées. La quête s'effectue aux premières lueurs du jour et la troupe parcourt de vastes espaces en grattant le plancher de la forêt pour trouver de quoi s'alimenter. Elle se nourrit de graines, de fruits, de feuilles et d'une grande variété d'invertébrés.

Reproduction nidification

On a virtuellement peu de renseignements. Les pintades plumifères sont en principe monogames et ne mènent à terme qu'une couvée par saison. Le nid est un simple grattage au sol au milieu de la litière de feuilles. La ponte est constituée de 9 à 10 oeufs déposés entre mars et septembre au Zaïre, probablement à d'autres mois dans d'autres régions, mais toujours pendant la saison humide. Les oeufs sont chamois pâle mais assez souvent tachés, la surface paraissant souvent maculée comme par des mouchetures.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 01/10/2005 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net