Plongeon à bec blanc

Gavia adamsii - Yellow-billed Loon

Systématique
  • Ordre
    :

    Gaviiformes

  • Famille
    :

    Gaviidés

  • Genre
    :

    Gavia

  • Espèce
    :

    adamsii

Descripteur

Gray, GR, 1859

Biométrie
  • Taille
    : 91 cm
  • Envergure
    : 137 à 152 cm.
  • Poids
    : 4000 à 6500 g
Distribution

Distribution

Description identification

C'est le plus grand des plongeons, mais sa grande taille peut être mal évaluée sur le terrain quand on n'a pas la possibilité de la comparer à celle d'une autre espèce. En effet sa silhouette peut faire illusion.
En tous plumages, le plongeon à bec blanc est reconnaissable à la couleur de son bec et à la façon de tenir la tête lorsqu'il est posé sur l'eau. Le bec est toujours pâle, jaune-paille en plumage nuptial à jaune pâle à légère nuance bleutée en plumage juvénile. De plus, le bec est tenu vers le haut, de telle sorte que le culmen apparaît horizontal ou même légèrement relevé et la mandibule inférieure nettement relevée. L'identification ne pose pas de problème si l'oiseau se trouve à distance raisonnable, autrement cela peut être problématique.
Le plumage nuptial très contrasté est typique du genre, avec le motif en damier noir et blanc du manteau et les stries longitudinales du bas du cou. Mais il faut être sur les lieux de reproduction pour espérer l'observer.
Le plumage hivernal ou juvénile est celui qu'on observe habituellement. Il est globalement plus pâle que celui de l'imbrin, surtout à la tête et au cou où ne s'observe pas le contraste net entre le dessus sombre et le dessous blanc de ce dernier. Le juvénile se distingue de l'adulte en hiver par un maillage clair plus net sur le manteau. Quand la taille ne peut être appréciée, la confusion peut se produire avec le catmarin qui présente la même pâleur, la même façon de tenir la tête, mais qui a un bec beaucoup plus fin.
Enfin, le front du "bec blanc" fait encore plus bossu que celui de l'imbrin.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Yellow-billed Loon,
  • Colimbo de Adams,
  • Mobelha-de-bico-amarelo,
  • Gelbschnabeltaucher,
  • fehércsőrű búvár,
  • Geelsnavelduiker,
  • Strolaga beccogiallo,
  • Vitnäbbad islom,
  • Gulnebblom,
  • potáplica bielozobá,
  • potáplice žlutozobá,
  • Hvidnæbbet Lom,
  • jääkuikka,
  • calàbria de bec pàl·lid,
  • Svalbrúsi,
  • nur białodzioby,
  • dzeltenknābja gārgale,
  • rumenokljuni slapnik,
  • Белоклювая гагара,
  • ハシジロアビ,
  • 黄嘴潜鸟,
  • 白嘴潛鳥,

Voix chant et cris

L'espèce n'est vocale qu'en période de reproduction. Le chant, audible sur ses lieux de nidification arctiques, est semblable à celui de l'imbrin. Les adultes émettent des hurlements plaintifs dont la tonalité varie et qui portent à des kilomètres à la surface de l'eau. La présence des oiseaux ne passe pas inaperçue à ce moment. On peut entendre aussi divers cris. L'oiseau en vol territorial émet une suite rapide de notes qui évoque le cri d'un courlis, en beaucoup plus puissant.

Habitat

Comme tous ses congénères, le plongeon à bec blanc ne peut se déplacer sur la terre ferme et est donc strictement aquatique, ne venant à terre que pour nidifier.
En période de reproduction, il occupe avant tout les plans d'eau de la toundra riches en nourriture et libérés par les glaces, mais aussi les rivières, les estuaires et les deltas, et localement le bord de mer lui-même.
En période inter-nuptiale, la population se retrouve en mer du fait de la prise en glace des eaux douces de la toundra.

Comportement traits de caractère

Ce plongeon est réputé rare, et sa distribution est irrégulière à travers la vaste aire qu'il occupe à la belle saison. Très territorial pendant la reproduction, il devient grégaire ensuite comme les autres plongeons. C'est un plongeur émérite qui plonge avec une facilité déconcertante grâce à la grande taille de ses pattes aux doigts palmés, s'immergeant sans faire une vague en usant de sa densité corporelle.
Le vol : Le vol est étonnamment facile pour un oiseau de cette taille et de ce poids. Les battements des ailes étroites et rigides donnent une impression de souplesse et d'agilité.

Alimentation mode et régime

Le plongeon à bec blanc est, d'après la littérature, essentiellement piscivore. Mais il se nourrit aussi de crustacés lorsque ceux-ci abondent. Le constat en a été fait par exemple au lac du Der en Champagne qui l'a déjà accueilli par deux fois au moins. Les plongeons des quatre espèces y pêchent presqu'exclusivement des écrevisses allochtones.

Reproduction nidification

Ils arrivent sur ses lieux de reproduction de la toundra à la mi-juin seulement, lorsque les eaux sont libres. Le nid est édifié directement au bord de l'eau, sur un îlot quand c'est possible pour être à l'abri des prédateurs terrestres. Fin juin ou début juillet, la femelle y pond 1 ou 2 œufs qui seront couvés 25 jours. Les jeunes, nidifuges, quittent le nid pour l'eau dès leur naissance.

Distribution

C'est une espèce du haut-arctique, à distribution circum-boréale. Elle se reproduit au bord de l'océan arctique de Mourmansk et du sud de la Nouvelle-Zemble dans l'arctique russe jusqu'à la rivière Mackenzie dans l'arctique canadien, en passant par le détroit de Béring. C'est un nicheur rare en Russie d'Europe, avec un effectif stable de quelques dizaines de couples. L'aire d'hivernage est plus vaste, s'étendant vers l'ouest sur la côte atlantique au nord du cercle polaire. Le Varangerfjord en Norvège est réputé pour en accueillir régulièrement en petit nombre. La majorité de la population reste en hiver dans les eaux arctiques. Quelques individus cependant, le plus souvent des juvéniles, s'aventurent plus au sud jusqu'à la latitude de la France, essentiellement à la côte, mais aussi exceptionnellement sur de grands plans d'eau de l'intérieur.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

L'espèce n'est pas considérée menacée à l'heure actuelle.

Iconographie

plus de photos

Autres références utiles

Fiche créée le 08/07/2014 par Jean François © 1996-2017 Oiseaux.net