Pluvier à camail

Thinornis cucullatus - Hooded Dotterel

Systématique
  • Ordre
    :

    Charadriiformes

  • Famille
    :

    Charadriidés

  • Genre
    :

    Thinornis

  • Espèce
    :

    cucullatus

Descripteur

Vieillot, 1818

Biométrie
  • Taille
    : 23 cm
  • Envergure
    : 36 à 44 cm.
  • Poids
    : 79 à 110 g
Distribution

Distribution

Description identification

Ce pluvier moyen a des courtes pattes et une tête noire qui ne paraît pas avoir de cou, ce qui lui donne un aspect inoubliable. Les adultes ont un large collier blanc, des parties supérieures grises bordées de noir à la base du cou, se poursuivant en formant une tache sombre sur le côté de la poitrine. Il y a un large anneau orbital écarlate sur le pourtour de l'œil. Le bec est rouge-orange à la base et noir à l'extrémité. Les pattes sont rose-orange terne.
Les 2 partenaires sont identiques. De plus, il n'y a pas de variation saisonnière. Les juvéniles sont semblables aux adultes, mais l'arrière du cou, le capuchon et la poitrine sont gris-brun pâle avec des mouchetures chamois. La gorge et le menton sont blanchâtres. Le dessus est gris-brun pâle avec des liserés clairs. Le bec est noirâtre avec une base couleur chair. L'anneau orbital est plus pâle que celui des parents.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Hooded Dotterel,
  • Chorlito Encapuchado,
  • Batuíra-de-cara-preta,
  • Kappenregenpfeifer,
  • sapkás lile,
  • Zwartkopplevier,
  • Corriere monaco,
  • Svarthuvad strandpipare,
  • Svarthodelo,
  • kulík kapucňový,
  • kulík černohlavý,
  • Hættepræstekrave,
  • mustapäätylli,
  • corriol capnegre,
  • sieweczka czarnogłowa,
  • Австралийский зуёк,
  • ズグロチドリ,
  • 黑头鸻,
  • 翎鴴,

Voix chant et cris

Le pluvier à camail est un oiseau plutôt silencieux. Le cri en vol est un "kiou-kiou" guttural qui a une tonalité assez basse. On peut aussi entendre des sons bavards et graveleux. Lorsqu'il est perturbé ou agité, il émet un "kseep" calme, musical, et haut-perché.

Habitat

Les pluviers à camail sont généralement trouvés sur les grandes plages sableuses qui bordent les océans. Occasionnellement, on peut aussi les percevoir près des rochers ou dans des endroits sablonneux recouvert de corail. Ils sont également attirés par les estuaires, les criques, les lacs et le lagunes d'eau douce ou saumâtre qui sont situés près des côtes.
Ils nichent dans les dunes qui ont une végétation éparse prenant appui sur les plages. Les nids sont placés entre le point le plus élevé de le marée haute et la base de la dune, dans des endroits où il y a une grosse accumulation d'algues. En Australie Occidentale, ces échassiers de taille moyenne se reproduisent souvent sur les rives des lacs.

Comportement traits de caractère

Les pluvier à camail se nourrissent activement sur le sable directement à proximité des vagues qui se retirent lorsque la marée est basse. Lorsque la marée est haute, ils prospectent dans les endroits où les algues sont nombreuses, de même que les débris apportés par le flux montant. De manière générale, ils marquent une nette préférence pour les eaux qui ne sont très profondes.
Les pluviers à camail explorent leur territoire de jour comme de nuit. Ils procèdent surtout de façon tactile, utilisant leur bec de façon continue. En dehors de la saison de nidification, ces oiseaux changent de stratégie et recherchent désormais leur nourriture en bandes lâches de 10 à 40 individus. Il arrive même qu'ils forment de grands rassemblements pouvant atteindre occasionnellement plusieurs centaines d'oiseaux.
Les pluviers à camail sont essentiellement sédentaires, mais ils procèdent parfois à quelques vagabondages. En dehors de la période nuptiale, ces nicheurs de l'intérieur des terres, se rapprochent des lacs côtiers. Dans le sud-est (Nouvelles-Galles et Victoria), on assiste à la formation de bandes qui désertent les lieux de nichage pendant plus de 4 mois, d'avril à août. Elles rejoignent parfois les petites île au large des côtes . Ces mouvements locaux n'excèdent pas habituellement des distances comprises entre vingt et soixante-dix kilomètres.
Les pluviers à camail ont des postures très caractéristiques quand ils mangent où qu'ils se déplacent : ils hochent la tête de haut en bas quand ils sont en quête d'aliments. Ils courent très rapidement, interrompant leur course par un arrêt brusque et inattendu.

Alimentation mode et régime

Les pluviers à camail se nourrissent principalement d'Arthropodes, d'isopodes, de vers polychètes, de coquilles bivalves, de gastéropodes, de crabes et d'insectes (en particulier des libellules, des coléoptères et des mouches). Le menu est complété avec des graines.

Reproduction nidification

Les pluviers à camail se reproduisent du mois d'août au mois de mars, ou plus tard lorsqu'il y a des pontes de substitution ou des vraies deuxièmes pontes. Ce sont des oiseaux monogames, ils maintiennent des liens conjugaux avec leur partenaire pendant de nombreuses années. Ces pluviers sont solitaires et territoriaux, les nids sont souvent distants de plusieurs kilomètres les uns des autres. Il arrive cependant que cette distance ne soit pas supérieure à 20 mètres. Ils marquent une grande fidélité à leur site de nidification. Parfois, ils s'associent avec les huîtriers à long bec avec lesquels ils établissent des relations assez cordiales.
Le nid est installé dans le sable, dans un milieu ouvert. C'est un simple grattage sur le sol dont le pourtour est parfois plus ou moins garni d'algues, de galets, de bouts de bois et de coquilles ainsi que de fragments de pierres. La ponte contient 1 à 3 œufs, parfois 4, qui sont déposés à plusieurs jours d'intervalle. Il peut y avoir des couvées de remplacement. La couvée dure 27 à 31 jours, elle est assurée par les 2 parents une fois que la nichée est considérée comme complète.
Les poussins ont des parties supérieures brun sableux mouchetées de noir, une nuque blanche avec une bande noire qui se développe jusqu'en dessous de l'œil et un dessous blanc. Les 2 parents soignent et élèvent leur progéniture jusqu'à l'envol qui intervient entre 32 et 36 jours. Les jeunes peuvent atteindre la maturité sexuelle dès l'âge d'un an. Le taux de réussite des couvées est 17 à 31%, il y a une densité moyenne de 0,1 petit par couple, ce qui est extrêmement faible.
Les principales raisons des échecs sont les inondations, la collision par des véhicules , le piétinement par le bétail et le prélèvement normal des prédateurs.

Distribution

Les pluviers à camail sont endémiques de l'Australie, plus précisément de la côte sud qui va environ de Northampton jusqu'à Brisbane et le nord des Nouvelles-Galles. Ils sont également présents en Tasmanie, ainsi qu'à Flinders et King Island. Cette espèce est monotypique, c'est à dire qu'elle ne possède pas de sous-epèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce est classée comme VULNERABLE. La population globale comprend moins de 5 000 oiseaux dont 1 730 en Tasmanie. Les oiseaux qui vivent dans l'ouest de l'Australie sont plutôt en sécurité alors que ceux de l'est doivent affronter de multiples conditions de danger générées principalement par les humains : les véhicules tout-terrain écrasent régulièrement les nids et leurs activités récréatives constituent de multiples sources de perturbation, forçant les parents à abandonner les nids. Le piétinement par le bétail est également une source d'échec. Les nids de pluviers constitue un menu de choix pour les renards et les mouettes argentés (Larus novaehollandiae).
La mise en place d'abris protégés pendant la nidification constitue pour l'instant la seule parade efficace qui ait été trouvée.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 10/05/2015 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net