Pluvier ceinturé

Erythrogonys cinctus - Red-kneed Dotterel

Pluvier ceinturé

Pluvier ceinturé

Erythrogonys cinctus

(Gould, 1838)


Ordre : Charadriiformes

Famille : Charadriidés  ;

Genre : Erythrogonys

Espèce : cinctus

Espèce monotypique

Biométrie :

Taille : 20 cm
Envergure : 33 à 38 cm.
Poids : 35 à 77 g

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : kulík černoprsý (cs), Rødflanket Brokfugl (da), Schwarzbrust-Regenpfeifer (de), Red-kneed Dotterel (en), Chorlito Pechinegro (es), australiantylli (fi), barátlile (hu), Corriere zamperosse (it), ワキアカチドリ (ja), Brunsidelo (nb), Roodknie-plevier (nl), czajeczka (pl), Batuíra-de-cinta (pt), Черногрудый зуёк (ru), behavček čiernoprsý (sk), Brunflankad pipare (sv), 红膝麦鸡 (zh)

Identification :
Pluvier ceinturé Pas de variation saisonnière, le plumage nuptial est identique au plumage d'hver. La totalité du dessus de la tête, incluant les lores, les couvertures auriculaires et l'arrière du cou sont noirs, parfois avec une légère nuance brun verdâtre, ce qui forme un capuchon bien proéminent. Le menton est blanc, la gorge et les côtés du cou sont soulignés de noir, ce qui fait qu'ils s'intègrent directement dans la large bande pectorale noire qui descend jusqu'à la partie supérieure des flancs. Le noir est remplacé par du châtain sur la partie basse des flancs. Cette couleur se morcèle en petites taches sur l'arrière des cuisses. Le dessous de la queue est tacheté de brun. Le reste des parties inférieures est blanc.
Les parties supérieures sont brunes Pluvier ceinturé avec un lustre vert métallique. La bordure supérieure des flancs est blanche. Au repos, elle forme une ligne de séparation entre le dessus et les couleurs noires ou châtain de la poitrine et des flancs. Les primaires sont noires avec des filets intérieurs terminés de blanc. Les secondaires ont de larges liserés blancs. La paire centrale de rectrices est noir brunâtre, les autres paires sont majoritairement blanches. Le croupion et le bas du dos sont également bordés de blanc.
Le dessus de la tête des juvéniles a également une apparence foncée comme chez les adultes, mais le capuchon affiche une teinte brun sombre qui se fond dans la couleur des parties supérieures. Les couvertures alaires et les tertiaires sont plus ternes que chez les adultes et ont des liserés chamois clair assez larges. Le manteau et les scapulaires ont également des bordures. Les parties inférieures sont blanches, excepté les côtés de la poitirine qui sont légèrement obscurcies par de petites taches brunes.

Chant : Le cri principal en vol ou en cas d'alarme est un "wit-wit" ou un "chet-chet" double, clair et plutôt rude. Pendant les parades ou en cas de menace, on peut entendre un trille bref et melodieux : "prr prip-prip".

Habitat : Les pluviers ceinturés fréquentent les zones humides de l'intérieur des terres, c'est à dire les marécages, les lacs, les réservoirs artificiels créés par les humains et les mares. Ils marquent une nette préférence pour les étendues d'eau douce temporaires ou permanentes, notamment pour les régions où les précipitations abondantes provoquent le débordement du lit des rivières et l'inondation des prairies. Les habitats qu'ils occupent sont généralement très exposés, avec de la végétation très clairsemée, des eaux peu profondes ainsi que de la vase et de l'argile. La plupart du temps, les pluviers ceinturés évitent les eaux salées ou saumâtres. En effet, ils ne possèdent pas de glande supraorbitale adaptée à ce genre de milieu.

Distribution : Les pluviers sont originaires de l'Océanie. Leur aire de distribution couvre le sud de la Nouvelle-Guinée et presque la totalité du continent australien. En Nouvelle-Guinée, on les trouve presque exclusivement dans les plaines alluviales de la Fly, alors qu'en Australie, ils occupent l'ensemble de l'espace, hormis les régions les plus sèches, c'est à dire le centre-ouest et le centre-sud. Les pluviers ceinturés sont considérés comme monotypiques, il n'y a pas de sous-espèces régionales.

Comportements : Ces oiseaux s'alimentent de jour, glanant et prospectant dans les zones vaseuses à proximité des cours d'eau. Ils pataugent habituellement dans de l'eau superficielle, bien que parfois il leur arrive de nager sur des étendues plus profondes. Ils utilisent aussi une méthode appelée "foot-trembling" qui consiste à avancer la patte et à faire trembler le sol pour en faire sortir les proies. Les pluviers forment des rassemblements de 10 à 100 oiseaux ou même plus. Dans leurs relations avec les autres espèces, ils font parfois preuve d'une grande agressivité.
Les pluviers ceinturés sont majoritairement sédentaires, mais ils vagabondent parfois, sans doute pour trouver de l'eau douce. Durant les périodes de sécheresse, ils se dirigent vers le sud et en direction des régions côtières. A la saison humide et pendant les crues, leur nombre augmente considérablement à l'intérieur des terres. Pendant les déplacements et le séjour sur les terres inondées, les groupements peuvent atteindre plusieurs centaines d'individus.

Nidification : Les pluviers ceinturés nichent en été, en automne et au début de l'hiver après les fortes pluies. La saison de nidification s'étend d'août à décembre et se prolonge parfois jusqu'à janvier. Ils vivent en bandes avant la reproduction, en couples isolés ou en colonies lâches pouvant compter jusqu'à 30 nids quand vient le moment de se reproduire. Les pluviers ceinturés sont territoriaux. Ils nichent sur le sable, le sol humide ou la vase, le long de la côte sur des petites îlettes. ils adoptent souvent des endroits où la végétation est épaisse. On les trouve fréquemment dans des colonies mixtes en compagnie d'échasses blanches (Himantopus himantopus), d'Avocettes d'Australie (Recurvirostra novaehollandiae) ou de grèbes argentées (Poliocephalus poliocephalus). Le nid est une petite dépression sur le sol, généralement pauvrement garnie bien que située dans des zones susceptibles d'être envahies par les eaux. Il est bâti avec des brindilles, des herbes, d'autres matérieux végétaux et des débris. Il peut aussi être placé sous des touffes de plantes aquatiques.
La ponte comprend en moyenne 4 œufs qui sont déposés probablement à 1 jour d'intervalle. Les parents commencent à couver dès que la ponte est complète mais la durée d'incubation est inconnue. Lorqu'ils naissent, les oisillons ont un dessus brun doré avec des taches noires et des parties inférieures blanches. Ils sont élevés et protégés par les parents qui lancent un cri d'alarme en cas de danger. Les petits trouvent alors refuge en pataugeant ou en nageant jusqu'à une touffe située dans l'eau.
Beaucoup de couvées échouent à cause du piétinement par le bétail, la prédation par les corbeaux australiens (Corvus coronoides) ou par les mammifères introduits. La perturbation par les humains est aussi une cause de l'abandon des nids.

Régime : Les pluviers ceinturés mangent des escargots, des bivalves, des crustacés, des araignées ainsi que toutes sortes d'insectes et leurs larves. Ils ingurgitent aussi des graines.

Protection / Menaces : Cette espèce n'est pas globalement menacée. La population globale australienne est estimée à 26 000 individus et sans doute plus. Les effectifs ont augmenté dans les régions côtières du sud-est depuis les années 1940 et 1950. Le statut de la population néo-guinéenne est incertaine.

Sources :

 

Autres liens :
D'après Buffon : LES PLUVIERS.
Iucn
Birdlife
Avibase
Hbw Alive


Fiche créée le 28/12/2012 par Daniel LE-DANTEC


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 25/10/2014 18:03:34 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Des oiseaux à protéger--

Pluvier ceinturé