Pluvier fauve

Pluvialis fulva - Pacific Golden Plover

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvialis fulva

((Gmelin, JF, 1789))


Ordre : Charadriiformes

Famille : Charadriidés  ;

Genre : Pluvialis

Espèce : fulva

Espèce monotypique

Chant :

Biométrie :

Taille : 26 cm
Envergure : 60 à 72 cm.
Poids : 97 à 192 g

Longévité : 7 ans

Statut de conservation IUCN :

Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué

EX EW CR EN VU NT LC NE

Distribution :
Distribution

Synonymes : Asiatiese Goue Strandkiewiet (af), kulík pacifický (cs), Sibirisk Hjejle (da), Tundra-Goldregenpfeifer (de), Pacific Golden Plover (en), Chorlito Dorado Siberiano (es), siperiankurmitsa (fi), Ázsiai pettyeslile (hu), Piviere dorato asiatico (it), ミナミムナグロ (ja), Sibirlo (nb), Aziatische Goudplevier (nl), siewka złotawa (pl), Tarambola-dourada-siberiana (pt), Бурокрылая ржанка (ru), kulík krátkochvostý (sk), Sibirisk tundrapipare (sv), 金鸻 (zh)

Identification :
Pluvier fauve Le pluvier fauve n'est pas souvent facile à différencier de ses proches parents du genre Pluvialis, le pluvier doré européen (Pluvialis apicaria) et le pluvier bronzé américain (Pluvialis dominica). Même si de ces 3 espèces, c'est assurément le plus petit et le plus mince. Même dans la main, en plumage nuptial, le pluvier fauve et le pluvier bronzé ne peuvent parfois être distingués l'un de l'autre. La face et les parties inférieures noires sont entourées par une étroite bande blanche qui descend des sourcils jusqu'aux flancs en passant par les côtés de la poitrine. La zone anale a tendance a être majoritairement blanche avec des mouchetures noires clairsemées. Les parties supérieures sont pailletées d'or brillant et de noir. Le dessous Pluvier fauve des ailes est gris brunâtre. Les pattes noires sont longues, ce qui justifie son classement dans l'ancienne catégorie des échassiers. Les ailes dépassent nettement de la queue. La femelle est un tant soit peu moins noire que son partenaire.
Quelques pistes permettent toutefois de distinguer les 3 espèces du genre Pluvialis : en plumage nuptial, le pluvier fauve affiche plus de blanc sur les flancs et le dessous de la queue. La bande noire au-dessus du nez est plus étroite. Il y a souvent plus de mouchetures dorées sur les parties supérieures. Le bec et les pattes sont proportionnellement plus longs que chez les autres espèces du genre Pluvialis.
En plumage hivernal, les pluviers fauves ont Pluvier fauve un dessus brun pâle, tacheté et liseré de jaune brillant. Le sourcil est nuancé de chamois-jaune. La poitrine est infiltrée de chamois-brun et moucheté de jaune brillant.
Les juvéniles ont un dessus brunâtre tacheté et bordé de jaune brillant. Le sourcil proéminent est blanc jaunâtre. La poitrine est fortement teintée de chamois et mouchetée de jaune éclatant. Le centre du ventre et les sous-caudales sont d'un blanc pur.

Chant : Les pluviers fauves ont un répertoire de cris puissants monosyllabiques ou disyllabiques. Ils sont plus rudes et moins veloutés que ceux de leurs proches parents, les pluviers dorés d'Europe (Pluvialis apicaria). On peut entendre des rapides "tu-ee" ou des "chu-wit" Pluvier fauve qui rappellent beaucoup les chevaliers arlequins (Tringa erythropus). Ces oiseaux émettent également des "kl-ee" ou des "ki-wee" assez semblables à ceux des vanneaux huppés. Ces derniers sont très utiles pour les différencier des pluviers dorés européens. Apparemment, la communication du pluvier fauve est tout à fait identique à celle du pluvier bronzé américain, mais une étude plus détaillée est sans doute requise.

Habitat : Les pluviers fauves nichent dans les parties les plus sèches de la toundra. On ne les trouve pas sur le littoral marin. Aux toundras composées d'arbres, ils préfèrent généralement celles qui sont composées de broussailles Pluvier fauve et de petits arbrisseaux. On les trouve aussi dans les montagnes bien drainées dont les escarpements sont recouverts de mousses et de lichens. Dans les monts Chukotskyi et Koryaskyi, les pluviers fauves fréquentent les toundras alpines qui sont caractérisées par des arbustes rabougris peu élevés par rapport au sol.
A contrario, pendant la période hivernale, ces oiseaux peuvent être observés dan les régions côtières, dans les champs ou les prairies dont les herbes sont courtes, dans les terres labourées, les marais salants, les plages, les étendues sableuses et les vasières. On peut également les observer dans les parcours de golf, les aires de jeu et les aéroports. Les jeunes oiseaux marquent une nette préférence pour les vasières de l'intérieur des terres et pour les surfaces plates battues par les marées. Les pluviers fauves Pluvier fauve se reposent aux mêmes endroits que ceux où ils se nourrissent. Ils forment également des dortoirs sur les plages exposées et sur les rochers. Là où ce genre de lieu de repos n'existe pas, les pluviers fauves perchent parfois sur les toits des bâtiments.

Distribution : Les pluviers fauves nichent dans l'extrême nord de la Sibérie, de la péninsule de Yamal jusqu'à la péninsule de Chukotskyi, non loin du détroit de Béring. La limite méridionale de leur aire de nidification va jusqu'au mont Koryakskyi, à la limite nord-centre de la péninsule du Kamtchaka. Ils se reproduisent également dans l'extrême ouest de l'Alaska. Après la période de reproduction, ces oiseaux Pluvier fauve effectuent un long périple vers le sud et atteignent la corne de l'Afrique, la péninsule indienne, l'Indochine et l'Asie du Sud-Est, les îles de la Sonde, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Les populations nicheuses de l'Alaska survolent le Pacifique et atteignent les îles Hawaï, les fidjis et les îles de la Micronésie. Une population isolée hiverne dans le sud de la Californie.

Comportements : Les pluviers fauves recherchent leur nourriture en bandes de 100 individus ou plus. Pendant la migration, les oiseaux occupent le même territoire, ils y restent fidèles plusieurs années consécutives.
Les pluviers fauves sont des migrateurs de longue distance. Les populations de la péninsule de Taymyr migrent vers le sud à partir de la fin mai et font une halte dans la Pluvier fauve taïga le long du fleuve Iénisseï. Ils s'arrêtent en petites bandes de 3 à 7 oiseaux dans les parcelles de forêt en plein dégel à proximité des villages. Après une pause, ils repartent à la fin août ou au début septembre. La migration vers le sud de l'Asie s'effectue alors en larges bandes et de nuit. Les non-nicheurs commencent à migrer 2 à 4 semaines avant les reproducteurs. Les jeunes ferment le bal et migrent quelques semaines après les adultes. Les populations nicheuses d'Alaska volent sans interruption pendant 4 500 kilomètres au-dessus de l'océan. Les adultes arrivent aux iles Hawaï en août, les juvéniles Pluvier fauve en septembre. L'arrivée aux Fidji a lieu en début septembre, en Nouvelle-Zélande en octobre. Certaines populations sibériennes arrivent dans la corne de l'Afrique ou dans la péninsule indienne après un interminable trajet au-dessus du continent asiatique

Nidification : Les pluviers fauves se reproduisent pendant l'été nordique, c'est à dire principalement en juin. Ces oiseaux sont probablement monogames et ils sont extrêmement fidèles, années après années, à leurs sites de nidification, surtout les mâles. Ils s'installent souvent à moins de 100 mètres de l'année précédente, parfois ils utilisent le même nid. La densité est généralement d'un couple par kilomètre carré, dans les habitats les plus favorables, elle peut atteindre 6 ou 7 couples pour une superficie identique. Pluvier fauve La concentration de paires peut varier considérablement selon les saisons.
Le nid est une petite dépression garnie de lichens et placé dans un endroit sec, sur un petit monticule garni de mousses de la toundra. La ponte comprend habituellement 4 œufs qui sont couvés pendant 26 jours par les 2 parents. A leur naissance, les poussins ont un dessus qui présente un mélange de noir et de doré. Le dessous est blanc. Après l'éclosion, les parents et leur progéniture se déplacent vers d'autres lieux où il y a des parcelles humides d'arbustes, de la toundra composé d'herbes ou de mousses vertes. Les petits sont soignés par les parents ou seulement par le mâle si la couvée est tardive. Les pluviers les plus âgés pondent jusqu'à l'âge de 6 ans et demi.

Régime : Les pluviers fauves consomment Pluvier fauve principalement des insectes des mollusques, des vers de terre, des crustacés et des araignées. Ils ingurgitent aussi des baies qui sont très importantes dans la toundra. Occasionnellement, ils mangent aussi des graines et des feuilles. Les pluviers fauves recherchent leur nourriture dans le style typique des charadriidés. Ils glanent et ils prospectent aussi dans la vase, le sable et les prairies.

Protection / Menaces : D'après le Handbook, cette espèce n'est pas globalement menacée. La population qui migre aux indes et dans le sud-centre de l'Asie est estimée à 100 000 oiseaux, celle qui passe l'hiver en Asie du Sud-Est est équivalente ou peut-être supérieure. Il y a 9 000 migrants en Australie et 500 en Nouvelle-Zélande. Dans la première partie du XXème siècle, un petite population de pluviers fauves migraient en direction de l'Europe de l'Ouest, mais ils ont disparu depuis bien longtemps de nos horizons.

Sources :

 

Autres liens :
D'après Buffon : LES PLUVIERS.
Iucn
Birdlife
Xeno_Canto
Avibase
Hbw Alive


Fiche créée le 26/12/2012 par Daniel LE-DANTEC


Partager cette page sur facebook Flus rss Twitter oiseaux.net
A propos | Nous aider | Mentions légales | Sources | Contacts | Version imprimable
Mis à jour le 20/08/2014 04:34:20 - © 1996-2014 Oiseaux.net

Tundra Plovers: The Eurasian, Pacific and American Golden Plovers and Grey Plover

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve

Pluvier fauve