Pouillot boréal

Phylloscopus borealis - Arctic Warbler

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Phylloscopidés

  • Genre
    :

    Phylloscopus

  • Espèce
    :

    borealis

Descripteur

Blasius, JH, 1858

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 9 à 15 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les sexes sont similaires. En plumage frais, les adultes nuptiaux affichent des parties supérieures uniformément vert-olive, avec une nuance grisâtre ou brunâtre. Parfois, la calotte est légèrement plus sombre. Le sourcil blanc jaunâtre est étroit mais évident. il atteint presque la nuque et il est légèrement infléchi vers le haut dans sa partie terminale. Les lores et le trait oculaire sont brun olive sombre, contrastant avec l'anneau orbital clair. Les joues et les couvertures auriculaires sont jaune blanchâtre avec des mouchetures olive foncé. Le dessous présente une teinte blanchâtre ou crème, souvent avec de légères stries jaunes. La poitrine est mouchetée de gris pâle, les côtés de la poitrine et les flancs sont infiltrés de brun-olive. La zone anale et les sous-caudales sont chamois-jaune pâle ou blanc jaunâtre.
La queue est brun foncé avec des liserés vert-olive et l'extrémité des 3 rectrices les plus extérieures terminée de blanc. Les rémiges, l'alule et les couvertures primaires présentent une teinte brun sombre avec des bordures vert-olive. Les petites couvertures sont identiques. Les couvertures moyennes portent une barre alaire jaunâtre. Les grandes couvertures ont des filets extérieurs blanc-crème qui forment une seconde barre alaire claire. Le dessous des ailes est jaune pâle. La mandibule supérieure est brun corne sombre avec un bord tranchant jaune-orange. La mandibule inférieure est rosâtre avec une pointe sombre. Les pattes sont brun-jaune ou gris brunâtre. L'iris est brun foncé.
En plumage usé (octobre-décembre), les parties supérieures ont une nette nuance grise. Les parties inférieures sont plus grisâtres. Les infiltrations vert-olive des flancs et des côtés de la poitrine sont souvent absentes. Les stries jaunes sont réduites. Les barres alaires sont usées, la barre supérieure ayant habituellement disparu, la barre inférieure restant évidente. La queue et les rémiges sont abrasées.

Indications subspécifiques 2 Sous-espèces

  • Phylloscopus borealis borealis (n Europe to n Siberia and ne China)
  • Phylloscopus borealis kennicotti (w Alaska)

Noms étrangers

  • Arctic Warbler,
  • Mosquitero boreal,
  • Felosa-boreal,
  • Wanderlaubsänger,
  • északi füzike,
  • Noordse Boszanger,
  • Luì boreale,
  • Nordsångare,
  • Lappsanger,
  • kolibiarik severský,
  • budníček severní,
  • Nordsanger,
  • lapinuunilintu,
  • mosquiter boreal,
  • Norðsöngvari,
  • świstunka północna,
  • ziemeļu ķauķītis,
  • severna listnica,
  • Пеночка-таловка,
  • Cikrak kutub,
  • メボソムシクイ,
  • 极北柳莺,
  • นกกระจิ๊ดขั้วโลกเหนือ,
  • 極北柳鶯,

Voix chant et cris

Pouillot boréal
adulte

Le chant est un trille simple mais caractéristique pouvant contenir jusqu'à 15 notes tremblantes et durer entre 4 et 5 secondes. Le début du chant, calme et tranquille, se termine de la façon suivante : 'zez zez zez zez zee'. Dans sa version la plus longue, il rappelle le chant de la Fauvette babillarde ou celui du Bruant zizi. Le chant est souvent émis en alternance avec le cri d'appel. Ce dernier est constitué d'une seule note rauque 'dzik' ou 'chik'. Il est parfois dissyllabique 'zirik' ou 'tset tset'.

Habitat

Le pouillot boréal fréquente une grande variété d'habitats forestiers généralement humides : peupliers et bouleaux dans la toundra, cèdres, épicéas ainsi que forêts mixtes de conifères et de bouleaux dans la taïga. Il occupe également les forêts qui bordent les cours d'eau, notamment les peuplements de saules et bouleaux dans la taïga. On le trouve à la limite supérieure des arbres dans les régions montagneuses, jusqu'à 2500 mètres d'altitude. En hiver, le pouillot boréal réside à des altitudes plus modestes, jusqu'à 1200 mètres, dans les régions boisées ouvertes (forêts pluviales éparses, forêts secondaires, ou lisières) mais aussi dans les régions cultivées, les jardins, les prairies et les mangroves.
L'aire du pouillot boréal se situe exclusivement sur le vieux continent. Elle s'étend du nord de l'Europe et de la Scandinavie en direction de l'est jusqu'au détroit de Béring, les rivages de la mer d'Okhotsk et la région du fleuve Amour. Sa limite méridionale se situe au niveau du 68ème degré de latitude nord en Scandinavie, un peu plus au sud en Russie Occidentale, et au niveau du 60ème degré de latitude nord dans la région de l'Oural. En Asie Orientale, elle atteint le nord de la Mongolie, la région de l'Oussouri et la Corée. Pendant la période hivernale, le pouillot boréal migre en Asie du Sud-Est

Comportement traits de caractère

Le pouillot boréal vit habituellement en solitaire ou en couples mais aussi parfois en groupe nomadique de 2 ou 3 oiseaux appartenant à la même famille. Toutefois, en dehors de la période de reproduction, il intègre souvent des bandes d'autres petits oiseaux. Fortement arboricole, il fréquente néanmoins le bas étage de la végétation pour rechercher sa nourriture. Il n'est pas particulièrement timide mais il demeure difficile à observer en raison de son habitude à rechercher sa nourriture dans le feuillage épais et à filer comme une flêche. Actif et toujours en mouvement, il se déplace à grande vitesse, à l'intérieur et à proximité du couvert, donnant toujours l'air d'être excité, faisant trembler nerveusement ses ailes et remuer sa queue. Il volète et pratique le vol stationnaire pour capturer les insectes qui ont été forcés de sortir de leur abri. Son vol est léger, confiant et beaucoup plus rapide que celui de la plupart des autres oiseaux du genre phylloscopus.

Alimentation mode et régime

Le pouillot boréal se nourrit principalement d'insectes, en particulier de moustiques. Il recherche son alimentation à différents étages de la végétation, dans les branches, le feuillage et les plantes terrestres.

Reproduction nidification

La femelle construit son nid dans la toundra herbeuse ou à terre au milieu d'un bouquet de saules. C'est un édifice en forme de dôme avec une entrée latérale, construit principalement avec des herbes fines, des feuilles et de la mousse. L'intérieur est garni d'herbes et de crin. La ponte comprend 5 à 7 oeufs blancs tachetés ou occasionnellement recouverts d'une guirlande de points roses ou brun rougeâtre. On ne connaît pas grand chose sur les moeurs reproductives de cette espèce. On pense toutefois que la femelle couve seule et que les jeunes oisillons quittent le nid 10 ou 11 jours après l'éclosion. Les deux parents s'occupent de l'alimentation et de l'éducation des petits une fois que ces derniers ont brisé leur coquille.

Distribution

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 12/05/2007 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net