Râle de Swinhoe

Coturnicops exquisitus - Swinhoe's Rail

Systématique
  • Ordre
    :

    Gruiformes

  • Famille
    :

    Rallidés

  • Genre
    :

    Coturnicops

  • Espèce
    :

    exquisitus

Descripteur

Swinhoe, 1873

Biométrie
  • Taille
    : 13 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 24.5 g
Distribution

Distribution

Description identification

Les Râles de Swinhoe sont des oiseaux de très petite taille dont les secondaires blanches sont très visibles en vol. Le front, le capuchon, la nuque, l'arrière du cou et l'ensemble des parties supérieures sont brun noirâtre sombre avec des plumes qui ont de larges bordures olive-cannelle, des liserés plus fins sur la calotte, et des longues rayures tout au long du dos. La queue est brun-noir. Il y a des mouchetures blanches à partir de la nuque et des longues barres noires du manteau jusqu'à l'extremité de la queue.
Les petites couvertures varient du fauve à l'isabelle. Les grandes et le moyennes couvertures ont les mêmes ornements que les couvertures alaires. Les primaires et les secondaires sont brun chamoisé. Les parties terminales des rectrices sont blanches, les tertiaires sont semblables au dessus. Les axillaires et les couvertures sous-alaires sont entièrement blanches.
Le manteau et le haut de la gorge sont grisâtres. Les côtés de la tête sont ornés de gris. Le devant du cou, la poitrine, les flancs et les sous-caudales sont fauves avec des barres particulièrement visibles sur les flancs et sur les cuisses. La poitrine et le ventre sont blancs.
Les iris sont bruns, le bas de mandibule jaune verdâtre. Les pattes et les pieds sont brun-chair.
Les sexes sont identiques.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Swinhoe's Rail,
  • Polluela Exquisita,
  • Pinto-d'água-pequeno,
  • Mandschurensumpfhuhn,
  • mandzsuríai vízicsibe,
  • Mandsjoerijse Ral,
  • Rallo di Swinhoe,
  • Asiatisk gulrall,
  • Mandarinrikse,
  • chriašteľ bielokrídly,
  • chřástal bělobřichý,
  • Vagtelrikse,
  • aasianrääkkiäinen,
  • rasclet de Swinhoe,
  • rudokurka syberyjska,
  • Svinhū ormanītis,
  • Белокрылый погоныш,
  • シマクイナ,
  • 花田鸡,
  • 史溫侯秧雞〔花田雞〕,

Voix chant et cris

On ne possède aucun enregistrement numérique du chant et des cris de cette espèce. Toutefois, on présume qu'il est assez semblable à celui du Râle jaune (Coturnicops noveboracensis) dont l'aire de distribution se situe en Amérique du Nord et au Canada.
Le répertoire du Râle de Swinhoe est décrit comme une série de grognements, de caquètements et de hurlements. Il résonne comme un bruit rude qui donne l'impression de 2 cailloux qui frappent l'un contre l'autre. Parfois, le chant ressemble à une note courte, tranquille et légèrement descendante, ne durant pas plus de 3 secondes.

Habitat

Les Râles De Swinhoe se reproduisent dans les prairies humides et dans les marais qui sont recouverts de courtes herbes. Ce lieu de vie privilégié ressemble nettement aux habitats qu'on trouve en Mandchourie et qui sont occupés par les Râles jaunes. Pendant la migration et au cours de la période d'hivernage, ces oiseaux fréquentent aussi les marécages, les champs d'élevage humide et les rizières, ce qui représente un habitat assez uniforme pendant toute l'année.

Comportement traits de caractère

Bien qu'ils aient une nature assez craintive, il est assez difficile de faire fuir les Râles de Swinhoe. Toutefois, une femelle capturée dans la région méridionale de la Chine a été aperçue s'enfuyant à courtes foulées et en agitant faiblement les ailes sur une faible distance comme un papillon.
D'après Potapov et Flint (une étude récente de 1987), les Râles de Swinhoe nichent près du lac Baïkal et migrent vers le sud à partir de la fin avril. Ils passent par le nord de la Corée, le Japon et rejoignent les provinces chinoises de Laoning, Shandong, Sichuan et éventuellement Hebei. D'octobre à mai, ils sont observés à 300 kilomètres à l'est de Pékin, au Japon, d'octobre à avril.

Alimentation mode et régime

On ne connaît pas beaucoup de renseignements sur le menu de cette espèce. Il est vraisemblablement identique à celui du Râle jaune qui vit à des latitudes similaires en Amérique du Nord et au Canada.

Reproduction nidification

Il y a peu d'informations disponibles concernant la reproduction des Râles de Swinhoe.
Ses mœurs reproductives sont sans doute semblables à celles du Râle jaune qui appartient au même genre Coturnicops.
En Russie, 2 nids ont été découverts dans la région du lac Baïkal. La ponte contenait 3 œufs. Au début du XXème siècle, et plus précisément en 1906, on a trouvé un nid de râle de cette espèce contenant 3 œufs de couleur chamois-crème, avec une multitude de grossiers points noirs.
Ceux-ci mesuraient 30 mm sur 20, étaient de forme ovale et légèrement brillante. Dans une étude de Dementiev, ces œufs ressemblaient beaucoup à ceux des Râles des genêts (Crex crex).
Certains œufs ont un fond jaune rosâtre avec des mouchetures éparses brunes ou lilas. Ils mesurent 27 mm sur 20 et pèsent environ 7 grammes dans les régions d'Irkoutsk et de Darasun.

Distribution

Les Râles de Swinhoe nichent en Transbaïkalie, dans les pays de l'Oussouri, dans l'est de la Mandchourie (province est du Heilongjiang). Ils hivernent au Japon : Hokkaïdo, Honshu, Shikkaku, Kyushu. À cette période de l'année, on les trouve également en Corée, dans les îles de l'archipel des Rykkyk (Okinawa) et plus au sud vers la Chine Méridionale (Fujian et Guangdong).

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les Râles de Swinhoe sont considérés comme VULNERABLES. Ils sont estimés comme assez rares dans le sud-est de la Sibérie et rares au Japon, d'après une étude récente de 1991. Les lieux de reproduction sont assez réduits, dans les réserves et les parcs naturels (Zhalong, Heidlongjiang, Vladivostock). Ils sont rarement aperçus au passage pendant les migrations. Cet échassier de petite taille est sensible à la modification de son habitat quelques que soient les périodes de l'année.
Le déclin de cette espèce est dû principalement aux destructions des zones humides qui interviennent aussi bien pendant la nidification que durant la saison d'hivernage.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 05/10/2016 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net