Râle insulaire

Sarothrura insularis - Madagascan Flufftail

Systématique
  • Ordre
    :

    Gruiformes

  • Famille
    :

    Sarothruridés

  • Genre
    :

    Sarothrura

  • Espèce
    :

    insularis

Descripteur

Sharpe, 1870

Biométrie
  • Taille
    : 14 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 30 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez le mâle adulte, la tête, l'arrière et l'avant du cou, le menton et la poitrine sont châtain éclatant. Le manteau, le dos, le croupion et les scapulaires sont noir brunâtre foncé avec d'abondantes stries jaunâtres. Le dessus des ailes est également brun noirâtre foncé mais avec des stries blanches. Les grandes et parfois les moyennes couvertures ont des stries plus jaunâtres et souvent les couvertures secondaires paraissent plus tachées que striées. Les rémiges sont brun terne foncé. Les primaires sont plus pâles avec des stries et des taches jaunâtres à la bordure extérieure. Les secondaires et les tertiaires sont plus sombres avec d'irrégulières stries ou taches qui varient du jaune au roux pâle. Les axillaires et le dessous des ailes sont gris-brun avec des mouchetures blanchâtres. Les flancs et le ventre sont brun noirâtre foncé avec des stries blanches. Le bas du ventre et les sous-caudales sont plus brunâtres. Le dessous de la queue et les sous-caudales sont châtain éclatant.
Les iris sont brun foncé presque noirs, le bec est noir ou gris-noir souvent avec une petite tache pâle au niveau de la pointe. Les pattes et les pieds varient du brun jaunâtre au brun rosâtre.
Chez la femelle adulte, les parties supérieures, du front jusqu'aux sus-caudales, sont entièrement brun noirâtre. La partie qui va du front jusqu'en haut du dos est finement striée de roux. Le bas du dos, le croupion, les sus-caudales sont barrés de roux clair. Les scapulaires et le dessus des ailes sont mouchetés de la même couleur. Les rémiges sont brunes. Les primaires, les secondaires et les tertiaires reçoivent les même ornements roux pâle que l'ensemble du dessus. La queue est châtain avec de fines barres noirâtres.
Les lores et les côtés de la tête affichent une teinte chamois-ocre avec de fines mouchetures noirâtres sur les oreillons et les joues. Le menton et la gorge varient de l'ocre au blanc. La poitrine et les côtés du cou sont ocre-rougeâtre avec des taches noires. Le reste des parties inférieures est brun noirâtre avec des barres ocre. Les parties nues sont semblables à celles du mâle.
Chez les juvéniles, le mâle est probablement entièrement brun fuligineux, avec quelques taches blanches sur la poitrine et le haut du ventre. Les jeunes femelles ne sont pas décrites.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Madagascan Flufftail,
  • Polluela Malgache,
  • Frango-d'água-malgaxe,
  • Hovaralle,
  • hova bolyhosfarkú,
  • Hova-ral,
  • Codapiuma del Madagascar,
  • Madagaskarpygmérall,
  • Gasserdunrikse,
  • páperochvost madagaskarský,
  • chřástal ostrovní,
  • Madagaskardunhale,
  • madagaskarinrääkkiäinen,
  • rasclet de Madagascar,
  • kusokurka madagaskarska,
  • Мадагаскарский пушистый погоныш,
  • マダガスカルシマクイナ,
  • 马岛侏秧鸡,
  • 馬達加斯加侏秧雞,

Voix chant et cris

Le cri le plus courant est sans doute délivré par les deux sexes. Il s'agit d'une série de "kee" ou de doubles "keekee" caractéristiques, sonnants, aigus, puissants et répétitifs qui sont combinés de façon assez différente mais qui commence presque toujours par des notes simples et se termine presque invariablement par des séries. Ce cri dure environ 20 secondes. Il diminue en volume sur la fin et il est parfois précédé de notes trillées "drr". Il ressemble un peu au cri territorial du râle affin (Sarothrura affinis) bien que les notes soient assez différentes en qualité. Les autres cris du râle insulaire ne sont que des versions courtes ou des extraits du cri principal. Les râles insulaires communiquent pendant la jour. Ils sont audibles pendant toute l'année.

Habitat

Les râles insulaires tolèrent une grande variété d'habitats. On les trouve principalement dans les prairies à proximité des clairières ou à la lisière des forêts, qu'elles soient primaires ou dégradées. Ils fréquentent également les buissons, les fougères arborescentes, les herbes hautes et les zones pourvues d'arbustes du genre Philippia de la famille des éricacées. Ils ne dédaignent pas les terres exploitées de manière intensive, excepté les cultures de manioc. Les râles insulaires occupent aussi les sous-bois des forêts, on peut parfois les observer dans les marécages qui possèdent de longues herbes, des roseaux ou des joncs. Occasionnellement, ils visitent les rizières. Cette espèce vit du niveau de la mer jusqu'à environ 2300 mètres d'altitude.

Comportement traits de caractère

Les râles insulaires sont des oiseaux très discrets, donc très difficiles à observer. Leur apparition dans le champ de vision est généralement assez brève. Quand ils s'estiment en situation de danger, ces oiseaux courent rapidement pour rejoindre le couvert. Ils éprouvent quelque répugnance à prendre leur envol, mais parfois ils volent pendant quelques mètres avant de se mettre à courir. Les râles insulaires sont probablement monogames, ils adoptent un comportement territorial au moins pendant la période durant laquelle ils se reproduisent, mais peut-être également pendant le reste de l'année. Ces oiseaux sont sans doute sédentaires, aucun déplacement, même local, n'est répertorié.

Alimentation mode et régime

Les renseignements sont assez laconiques. Globalement, les râles insulaires ont un régime mixte, ingurgitant à la fois des insectes et des graines. Le détail du menu n'est pas fourni.

Reproduction nidification

Les râles insulaires pondent au mois d'octobre. Ils déposent également leurs œufs en septembre et probablement en juillet. Le nid est construit avec des brins d'herbe coupants qui sont grossièrement reliés entre eux par des végétaux plus délicats. Il a une longueur externe de 17 centimètres, la profondeur de la coupe n'est que de 8 cm. Le diamètre mesure environ 12 centimètres. L'édifice est placé à terre dans les hautes herbes.
La ponte comprend 3 ou 4 œufs blancs et légèrement brillants. Ces derniers ont une forme ovale mais un aspect mal taillé. Ils mesurent en moyenne 27 millimètres sur 21, leur poids est d'environ 6 grammes. L'incubation est principalement la tâche de la femelle, mais le mâle participe peut-être épisodiquement.
On ne connaît pas grand chose sur le développemlent des oisillons. On sait simplement qu'ils demeurent avec leurs parents au moins jusqu'à la mue post-juvénile qui intervient au mois de mai.

Distribution

Les râles insulaires sont endémiques de Madagascar. On ne les trouve que sur la côte est et sur le haut plateau. Leur aire de distribution va du cap d'Ambre à l'extrême nord jusqu'au sud de la province de Fianarantsoa au sud-est. L'espèce est monotypique, c'est à dire qu'elle n'est pas divisée en sous-epèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les râles insulaires sont très répandus et assez régulièrement répartis sur l'ensemble de leur aire de distribution. Partout, ils sont considérés communs ou abondants. Ces oiseaux sont capables de s'adapter aux habitats dégradés et ne sont donc pas sensibles aux menaces environnementales. D'après l'IUCN, l'espèce est classée comme "de préoccupation mineure".

Références utilisées

Autres références utiles

QRcode Râle insulaireFiche créée le 22/08/2011 par Daniel Le-Dantec © 1996-2018 Oiseaux.net