Rolle oriental

Eurystomus orientalis - Oriental Dollarbird

Systématique
  • Ordre
    :

    Coraciiformes

  • Famille
    :

    Coraciidés

  • Genre
    :

    Eurystomus

  • Espèce
    :

    orientalis

Descripteur

Linnaeus, 1766

Biométrie
  • Taille
    : 32 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 117 à 186 g
Distribution

Distribution

Description identification

Chez l'adulte, le front, les lores, le capuchon les moustaches et le menton présentent une teinte brun noirâtre qui tranche à peine avec les parotiques et la nuque brun-olive très foncé. Le manteau, les scapulaires, le dos et le croupion sont olive bleuâtre. Sur la queue, les rectrices centrales sont noirâtres excepté la base bleu foncé et sont encadrées par les rectrices externes noirâtres bordées de bleu-violet avec une base bleu verdâtre. Les sus-alaires et les tertiaires affichent une couleur bleu-vert-olive. Les secondaires sont noires bordées de bleu. Les primaires portent une tache circulaire pâle de 35 mm de diamètre. La gorge est violette avec de fines stries bleues La poitrine, les flancs, le ventre, les sous-caudales et les sous-alaires forment un vaste ensemble bleu-vert. La poitrine est nuancée de grisâtre. Le dessous de la queue, des primaires et des secondaires sont violet brillant et noir. La base des primaires est bleu pâle brillant. Bec vermillon avec une pointe noir, iris brun foncé, pattes vermillon.

Indications subspécifiques 10 Sous-espèces

  • Eurystomus orientalis cyanocollis (Himalayas through China to se Siberia, Korea and Japan)
  • Eurystomus orientalis orientalis (s Himalayas to Indochina, the Malay Pen., Sumatra, Java, Borneo and the Philippines)
  • Eurystomus orientalis laetior (sw India)
  • Eurystomus orientalis gigas (s Andaman Is.)
  • Eurystomus orientalis irisi (Sri Lanka)
  • Eurystomus orientalis oberholseri (Simeulue I.. off nw Sumatra.)
  • Eurystomus orientalis pacificus (Lesser Sundas, n and e Australia)
  • Eurystomus orientalis waigiouensis (New Guinea, w Papuan islands, D'Entrecasteaux Arch. and the Louisiade Arch.)
  • Eurystomus orientalis crassirostris (Bismarck Arch.)
  • Eurystomus orientalis solomonensis (Solomon Is.)

Noms étrangers

  • Oriental Dollarbird,
  • Carraca Oriental,
  • Dollarvogel,
  • kéknyakú csörgőmadár,
  • Dollarvogel,
  • Ghiandaia marina orientale,
  • Rödnäbbad blåkråka,
  • Orientråke,
  • širokozobka tyrkysová,
  • mandelík východní,
  • Grøn Ellekrage,
  • aasiansininärhi,
  • gaig blau oriental,
  • kraskówka azjatycka,
  • austrumu zilvārna,
  • Восточный широкорот,
  • Tiong-lampu biasa,
  • ブッポウソウ,
  • 三宝鸟,
  • นกตะขาบดง,
  • 佛法僧〔三寶鳥〕,

Voix chant et cris

Habitat

C'est un oiseau qui s'adapte très bien à la présence humaine, puisqu'on le trouve fréquemment dans les forêts sempervirentes secondaires en cours de régénération, les clairières cultivées des forêts ainsi que dans les plantations d'hévéas et de caféiers.Dans le nord de son aire, il fréquente plutôt les forêts de feuillus, les rives boisées des cours d'eau mais également les coupes où subsistent quelques vieux arbres. Selon les régions et les sous-espèces, il occupe des altitudes bien différentes : présent surtout dans les plaines et les zones de collines chaudes jusqu'à 500 mètres au Kerala (sud de l'Inde), il
grimpe jusqu'à 1000 mètres dans le sud de l'Himalaya et jusqu'à 1400 mètres en Asie du Sud-Est et en Nouvelle-Guinée. Au Queensland, certains vols migratoires sont capables de franchir des chaînes supérieures à 2400 mètres. A Irian Jaya, dans l'ouest de la Nouvelle-Guinée, on a trouvé des sujets morts sur la glace à près de 4500 mètres d'altitude. Sa vaste aire de distribution s'étale du nord-ouest de l'Inde jusqu'en Mandchourie, le Japon, Hainan, Taiwan. Vers le sud, il occupe toute l'Indochine et le sud-est asiatique, Andaman, l'Indonésie , les Philippines, les îles de la Sonde, les îles Salomon et l'Australie.
Sous-espèces (9) : Eurystomus Orientalis Abundus - nord de l'Inde, Népal, nord Assam, du nord de la Chine au cours inférieur de l'Amour, Mandchourie. Espèce migratrice. E.O.Orientalis, race type - du sud de l'Himalaya jusqu'à Madra, sud Assam, Birmanie, Thailande, Indochine, île Ryu Kyu, Malaisie, Sumatra, Java, Bornéo et Philippines. Espèce migratrice. E.O. Gigas - ïle Rutland et sud Andaman. E.O Laetior - sud de l'Inde ( Kerala, ouest Mysore, ouest du Timul Nadu). E.O. Irisi - centre-sud du Sri lanka. E.O Pacificus - nord de l'Australie (notamment péninsule du Cap York), espèce accidentelle dans l'est de l'Australie, en Tasmanie, Nouvelle-Zélande et Polynésie. E.O Waigiouensis - Nouvelle-Guinée, îles de la Papouasie Occidentale, archipel d'Entrecasteaux et de la Louisiade. E.O. Crassirostris - archipel Bismarck - E.O. Solomonensis - îles Bougainville, Buka, Feni et sans doute Nissan.

Comportement traits de caractère

Le rollier d'Orient vit en solitaire ou en couple. Il passe une grande partie de la journée perché sur une branche morte qui domine la cime des arbres, sur des cables éléctriques ou des fils téléphoniques. Il reste la plupart du temps immobile, tournant seulement la tête mais il se dresse parfois, levant et abaissant la queue juste avant de s'envoler ou après s'être posé. Les rolliers d'Orient chassent surtout le soir ou en fin d'après-midi. C'est à ce moment de la journée que les individus non-nicheurs se regroupent pour chasser. Cependant, ils chassent à n'importe quelle heure après une averse ou si le temps est instable. Les gros coléoptères sont rapportés au perchoir pour y être achevés. Les rolliers percent et détachent les élytres des insectes avant de les consommer. Le pied des perchoirs régulièrement fréquentés en sont généralement jonchés. La plupart des populations tropicales sont sédentaires, toutefois les nicheurs du centre et du nord de la Chine ainsi que ceux du sud de l'Australie sont migratrices. Les premières prennent la direction du sud et hivernent jusqu'en Malaisie, les secondes se dirigent vers le nord, franchissent le détroit de Torrès pour passer la mauvaise saison en Nouvelle-Guinée, aux Molluques ou à Sulawesi. Les adultes partent peu après que les jeunes soient sortis du nid et ces derniers migrent plus tard.
Le vol : Vol rapide, allure de faucon, composé de battements d'ailes suivis de longs et rapides planés. Agile comme une hirondelle lorsqu'il poursuit une proie.

Alimentation mode et régime

Le rollier d'Orient consomme surtout des insectes à carapace dure et notamment les coléoptères. A son menu figurent également grillons, mantes, criquets, cigales, punaises à bouclier, papillons, hétérocères, et termites. La plupart de ces proies sont capturées dans l'espace. Cependant quelques insectes et parfois des lézards sont saisis à terre.

Reproduction nidification

Le rollier est assez casanier et occupe souvent le même site de nidification pendant plusieurs années consécutives. Les parades nuptiales destinées à marquer le territoire peuvent durer de longues minutes au cours desquelles l'oiseau crie presque sans cesse. Il monte à une grande hauteur, pique, effectue une vrille, remonte et répète cette manoeuvre à de multiples reprises. Le nid est une cavité naturelle située dans le tronc d'un arbre mort ou vivant, à une hauteur qui varie entre 8 et 20 mètres au-dessus du sol. Mais cet oiseau peut également occuper un ancien nid de pic ou de barbu. La ponte est constituée de 3 ou 4 oeufs qui sont déposés directement sur le bois nu. Compte- tenu des grandes variations de latitudes et de longitudes, la saison de reproduction intervient à des périodes diverses. En Assam et dans le nord de l'Inde, elle se déroule de mars à mai alors qu'elle à lieu de septembre à mai, avec des pointes en mars-avril au Kérala. Autres périodes : avril-mai au Japon, mars à Sumatra, octobre-février en Papouasie-Nouvelle-Guinée, juillet-septembre à Bougainville, octobre-janvier en Australie.

Distribution

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 15/01/2006 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net