Roselin de Mongolie

Bucanetes mongolicus - Mongolian Finch

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Fringillidés

  • Genre
    :

    Bucanetes

  • Espèce
    :

    mongolicus

Descripteur

(Swinhoe, 1870)

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 18 à 26 g
Distribution

Distribution

Description de la famille

Les Fringillidés sont des passereaux de taille petite à moyenne (9 à 25 cm de longueur). Leur plumage est extrêmement variable et souvent haut en couleurs. Leur bec court et conique est adapté à une alimentation granivore, mais non exclusive. Ils occupent des milieux souvent dominés par les l... lire la suite

Description identification

Roselin de Mongolie
♂ adulte nuptial

Chez ce passereau de taille moyenne, le corps est trapu, la tête est large et le bec est raboté. Les ailes sont longues, la queue fourchue. Chez le mâle, le dessus de la tête, du front à la nuque, est gris-brun pâle avec des stries plus foncées. Les côtés du cou affichent une teinte chamois clair ou sableux. Les parties supérieures ressemblent à la nuque mais elles sont un peu plus gris avec des stries plus sombres. Le croupion est brun-sable avec une nuance rose. Les sus-caudales sont sable avec des pointes gris-brun.
Les lores sont ternes, le sourcil se fond dans le brun des oreillons. Il y a un anneau orbital très clair ou blanchâtre. La zone qui va des joues au menton forme un ensemble sable clair qui se poursuit jusqu'à la gorge avec une tendance rose. La queue est noire ou brunâtre avec une large bordure blanche sur les rectrices externes. Les moyennes couvertures sont comme les scapulaires, avec des terminaisons rosâtres. Les grandes couvertures noirâtres ont d'épais liserés blancs ou rose foncé à l'extérieur. L'alula, les couvertures primaires et les rémiges ont des bordures rose pâle sur les primaires, du blanc sur les secondaires internes et du brun sur les tertiaires.
En plumage frais, les flancs et les côtés de la poitrine sont roses, le ventre et les sous-caudales sont blancs. A la fin de l'été, en plumage usé, il y a moins de rose sur le croupion et sur les ailes, les couleurs sont plus uniformément brun-gris.
Les iris sont brun sombre ou noirs. Le bec est jaune grisâtre, avec une base plus pâle sur la mandibule inférieure. Les pattes sont brun clair.
La femelle est semblable au mâle en plumage de fin d'été, mais il est plus chamois-brun sur le dessus jusqu'au croupion et aux sous-caudales. Les juvéniles sont plus bruns ou plus brun sableux que leur mère. Chez eux, le rose est absent, le capuchon, la nuque et les parties supérieures sont striés ou plus bruns. Le dessous est chamois-brun, le bec est brun jaunâtre terne.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Mongolian Finch,
  • Camachuelo mongol,
  • Trombeteiro da Mongólia,
  • Mongolengimpel,
  • mongol sivatagipinty,
  • Монгольский снегирь,
  • 蒙古沙雀,
  • Mongoolse Woestijnvink,
  • Fringuello di Mongolia,
  • Mongolfink,
  • Steinfink,
  • gilak mongolski,
  • hýľovec skalný,
  • hýl mongolský,
  • Mongolsk Ørkendompap,
  • rotkotulkku,
  • ,
  • モウコナキマシコ,

Voix chant et cris

Roselin de Mongolie
♂ adulte nuptial

Les roselins de Mongolie chantent pendant la saison de nidification, y compris la nuit. Ils vocalisent de la hauteur des sous-bois jusqu'au sommet des éboulis. On peut aussi les entendre en vol au cours duquel ils émettent un "do-mi-sol-mi" ou un "twit-two-wit-tu-tu-huhr" à la fois montant et descendant. Cette suite de notes forme une phrase variable qui est répétée et qui alterne avec des pépiements irréguliers.
Plusieurs mâles peuvent chanter en commun à partir d'un perchoir. Ces oiseaux sont généralement silencieux en hiver, ce qui ne les empêche pas de commettre des "dju-wid" des "wtjwit" discrets. Les bandes qui recherchent leur nourriture produisent des gazouillement constants du type "t'yuck -t'yuck -t'yuck-t'yuck".

Habitat

Les roselins de Mongolie fréquentent les chaînes rocheuses, au pied des montagnes, dans les zones arides, semi-désertiques et désolées qui sont pourvues de pentes, de falaises, d'éboulis, de ravins et de vallées profondément creusées.
On les trouve également sur les zones ouvertes caillouteuses, sur les étendues de sable qui sont parfois recouvertes de touffes d'herbes et de broussailles basses.
Parfois, on peut les observer en bordures des prairies alpines et des champs cultivés, de 800 à 2 700 m en Turquie, au-dessus de 2 900 mètres en Afghanistan, entre 500 et 2 000 mètres au Kazakhstan, entre 2 750 et 3 350 au nord du Pakistan, et jusqu'à 4 500 mètres dans la région du Ladakh.
En dehors de la période de nidification, ces oiseaux occupent le même type d'habitat mais à des hauteurs plus modestes, c'est à dire de 1 500 à 3 000 mètres.

Comportement traits de caractère

Les roselins de Mongolie recherchent leur nourriture à terre ou sous la végétation du sous-bois. Ils sautillent généralement ou adoptent une position horizontale. Ils picorent les graines qui sont sur les épis, légèrement courbés vers l'avant.
Ils extraient également celles qui sont dans les bouses de bétail. Les roselins de Mongolie sont souvent timides et discrets.
Ils vivent en couples ou en petits groupes. En dehors de la période de nidification ou au début du printemps, ils sont plus sociaux et se regroupent alors en plus larges bandes allant jusqu'à 50 individus. Exceptionnellement, ils peuvent se rassembler jusqu'à 1 000 membres ayant le même âge et le même sexe.
A l'aube et au crépuscule, les mâles accomplissent des vols d'assez grande distance pour trouver de l'eau.
Les roselins de Mongolie voyagent souvent loin du nid pour récolter leur pitance. D'octobre à mai, ils descendent des montagnes et on peut les observer à des hauteurs plus clémentes.

Alimentation mode et régime

Roselin de Mongolie
adulte

Les roselins de Mongolie se nourrissent surtout de petites graines. ils consomment aussi des bourgeons et des jeunes pousses, en particulier celles des Artémisia et de Salsola. Ils ne dédaignent pas les graminées et les joncs qu'ils trouvent parfois dans les régions marécageuses.
En période de nidification, le menu est composé principalement de graines pour les oisillons.

Reproduction nidification

La saison de reproduction se déroule de la mi-avril à la fin juillet et au début août. Dans le sud du Caucase et le nord-est de l'Iran, il y a deux nichées. Ces petits passereaux monogames nichent en solitaire ou en semi-colonies.
La formation des couples a lieu pendant les regroupements hivernaux ou durant la migration de printemps. Les mâles réalisent des chants en vol, mais la plupart des parades rituelles sont réalisées à terre, avec le plumage lisse mais le duvet du capuchon légèrement dressé et penché vers la partenaire. La même posture est adoptée pendant le "touchage" du bec. Des offrandes rituelles de nourriture sont parfois rapportées.
Le nid est construit par la femelle. La fondation est réalisée avec des brindilles, des tiges végétales, du duvet, des fibres, des feuilles et du crin animal. Il a la forme d'une coupe peu profonde placée sur le sol sous un buisson, une touffe d'herbes ou sur une pente caillouteuse entre des rochers et des blocs de pierre.
Les roselins de Mongolie nichent également dans une crevasse de falaise ou de façade rocheuse, dans le mur d'un bâtiment en bon état ou en ruine dont l'entrée est constituée par un tunnel de 40 centimètres.
La ponte comprend 4 à 6 œufs, de couleur bleu clair nuancé de rosâtre avec des taches ou des mouchetures noir brunâtre. Elle est couvée par les 2 parents pendant un période indéterminée. Les oisillons sont nourris et soignés par les adultes pendant environ 18 jours. Les poussins deviennent indépendants 12 à 13 jours après l'éclosion.

Distribution

Les roselins de Mongolie sont originaires du Moyen-Orient et de l'Asie Centrale. Leur aire de distribution s'étend de l'est de la Turquie jusqu'en Mongolie Extérieure en passant par les régions montagneuses de l'Iran, de l'Afghanistan, du Pakistan et du nord-est de la Chine. Ils hivernent un peu plus au sud, au Baloutchistan.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

D'après le Handbook des oiseaux du Monde, cette espèce n'est pas globalement menacée. Elle est seulement rare ou locale. Les populations qui vivent en Turquie sont peu nombreuses et la surface de leur territoire non définie avec précision. Des couples nicheurs sont présents an Arménie et les premiers nichages dans le Caucase datent des années 70.

Iconographie

plus de photos

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 11/10/2014 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net