Rougequeue d'Eversmann

Phoenicurus erythronotus - Eversmann's Redstart

Systématique
  • Ordre
    :

    Passériformes

  • Famille
    :

    Muscicapidés

  • Genre
    :

    Phoenicurus

  • Espèce
    :

    erythronotus

Descripteur

(Eversmann, 1841)

Biométrie
  • Taille
    : 15 cm
  • Envergure
    : -
  • Poids
    : 15 à 22 g
Distribution

Distribution

Description identification

En plumage nuptial, le mâle présente des ailes et une queue assez semblables à celles du rougequeue de Przewalski (Phoenicurus alaschanicus). En effet, les ailes sont noires avec une large bande alaire blanche au niveau des couvertures alaires et des couvertures primaires. La queue est noire en ce qui concerne les rectrices centrales, roux-orange en ce qui concerne les rectrices extérieures. Le dessus de la tête, du front jusqu'à la nuque en passant par le capuchon est gris pâle. La face est traversée par un masque noir qui se poursuit jusqu'aux oreillons et aux côtés du cou. Le menton, la poitrine et les flancs sont roux-orange et contrastent avec l'abdomen et la zone anale qui sont blancs. Le bec et les pattes sont noirs.
En plumage hivernal, les parties supérieures du mâle sont écaillées de chamois blanchâtre. La bande alaire peut être discontinue. La femelle affiche un plumage brun clair avec deux étroites barres alaires chamois qui sont visibles même au repos. La queue présente les mêmes motifs ornementaux que le mâle.
Les juvéniles ont une livrée plus claire que la femelle, avec des écailles plus foncées et plus proéminentes sur le dessus et sur le dessous. La queue très caractéristique est semblable à celle des adultes.

Indications subspécifiques espèce monotypique

Noms étrangers

  • Eversmann's Redstart,
  • Colirrojo de Eversmann,
  • Rabirruivo de Eversmann,
  • Sprosserrotschwanz,
  • vöröshátú rozsdafarkú,
  • Красноспинная горихвостка,
  • 红背红尾鸲,
  • Eversmanns Roodstaart,
  • Codirosso dorsorossiccio,
  • Altairödstjärt,
  • Altairødstjert,
  • pleszka ałtajska,
  • žltochvost červenochrbtý,
  • rehek středoasijský,
  • Gråhovedet Rødstjert,
  • siperianleppälintu,
  • ,
  • セアカジョウビタキ,

Voix chant et cris

Les rougequeues d'Eversmann chantent à partir d'un arbre ou d'un buisson, occasionnellement en vol ou à partir d'un rocher. Le chant est un pot-pourri de notes brèves et peu mélodieuses, délivrées sur un ton rude, strident, bourdonnant ou poussif et exécutées à une hauteur très variable. Il comprend aussi parfois quelques imitations. Le répertoire de cris comprend un "drr-drr" ou un "krreck-krreck" bas, un "gre-er" croassant, un "chaaan" nasal et grinçant ainsi qu'un "few-eet" puissant, portant loin.

Habitat

Les rougequeues d'Eversmann fréquentent les broussailles rocheuses, les champs enclos par des petits murs de pierre, les lisières et les clairières des zones boisées arides composées de conifères dans les régions montagneuses. Ils apprécient les trouées et les sous-bois broussailleux à l'intérieur des forêts. Ils aiment également les souches d'arbres tombés et les alignements d'arbres jusqu'à 5 400 mètres d'altitude. Au Kirghizstan, ils occupent des milieux plus humides que les rougequeues à tête bleue (Phoenicurus caeruleocephala).
Pendant la période hivernale, les rougequeues d'Eversmann descendent jusqu'à 2 100 mètres dans les régions humides, les plantations d'acacias ou de prosopis, les dunes, les lits assèchés de rivière, les boisements de genévriers, les oliveraies et les vergers. Au Pakistan, pendant cette période, on les trouve dans les régions de collines qui possèdent des arbres épars sur les versants pentus et dans les ravins. On peut aussi les observer le long des rivières qui sont bordées de genévriers nains, d'amandiers, de saules et de buissons de tamaris.

Comportement traits de caractère

Les rougequeues d'Eversmann chassent généralement à l'affût à partir d'un perchoir. Dès qu'ils aperçoivent une proie, ils jaillissent rapidement et entament une brève poursuite dans les airs. Cependant, ces oiseaux prospectent également à terre et dans les buissons où ils glanent des invertébrés et picorent des baies. Ces oiseaux ont des postures très caractéristiques, agitant la queue et la faisant trembloter. Les rougequeues d'Eversmann hivernent du Cachemire jusqu'au centre-ouest du Népal. Ils arrivent à la fin du mois d'octobre ou au début de novembre et ne repartent qu'à la fin du mois de mars. Les mâles effectuent le voyage de retour une ou deux semaines avant les femelles. Les effectifs ne sont pas constants, ce qui suggère que ces oiseaux n'ont pas définitivement fixé leurs lieux d'hivernage, effectuant leur choix en fonction des conditions climatiques.

Alimentation mode et régime

Les rougequeues d'Eversmann sont majoritairement insectivores : pendant l'été, ils consomment principalement des adultes et des larves de coléoptères ainsi que des chenilles mais on possède peu de détails sur la composition du menu. En dehors de la saison de nidification, les fruits et les graines jouent un rôle non négligeable. Au coeur de l'hiver, ils deviennent même très importants dans la diète. Pendant la période hivernale au Kazakhstan, les estomacs contiennent des libellules, des sauterelles, des punaises, des mouches et leurs larves, des fourmis, des coléoptères de 6 familles différentes, des araignées, des mille-pattes ainsi qu'une grande variété de graines et de baies. Des rapports en provenance du Kirghizstan, du Tadjikistan et de l'Ouzbékistan donnent des informations nouvelles sur les matières végétales qui sont ingérées : baies d'argousiers ou d'épine-vinettes (berberis), graines de polygonacées (rhubarbe), fruits tels que les myrtilles ou les airelles.

Reproduction nidification

En Asie Centrale et dans le sud de la Sibérie, les rougequeues d'Eversmann se reproduisent aux mois de juin et de juillet. Le nid est une coupe de tiges végétales, de brins d'herbes et de mousse qui repose sur un socle construit avec des brindilles. L'intérieur est garni avec de la laine ou de la fourrure animale. L'édifice est placé à terre sous des racines ou entre des rochers.
Le ponte comprend 3 à 6 œufs vert pâle avec des taches gris brunâtre. On ne possède pas d'informations supplémentaires.

Distribution

Les rougequeues d'Eversmann sont originaires du centre du continent asiatique. Leur aire de distribution qui s'étale sur plus d'un demi-million de kilomètres carrés, couvre la région du lac Baïkal, le nord et l'ouest de la Mongolie, le sud et l'est du Kazakhstan, l'ouest de la Chine (Xinjiang) et le nord du Tadjikistan. Ces oiseaux passent l'hiver dans le nord du sous-continent indien. Ils sont considérés comme monotypiques, c'est à dire qu'ils ne sont pas divisés en sous-espèces.

Menaces - protection

Statut de conservation IUCN
Eteint
Menacé
Préoccupation
mineure
Éteint
à l'état sauvage
Quasi
menacé
Non
évalué
EX EW CR EN VU NT LC NE

Les rougequeues d'Eversmann ne sont pas globalement menacés. La répartition est assez irrégulière : ils sont généralement assez communs dans le sud de la Sibérie, mais plutôt rares en Chine. Au Pakistan, ils sont relativement abondants sur les lieux d'hivernage.

Références utilisées

Autres références utiles

Fiche créée le 10/08/2012 par Daniel Le-Dantec © 1996-2017 Oiseaux.net